Leçon 15 (elko)

De Glossopedia.

La quinzième leçon de cette méthode d'apprentissage s'intéresse au politif et à ses applications. Le grade correspondant à la maîtrise de cette leçon est le grade 2.4. À l'issue de cette leçon vous devriez maîtriser cette spécificité de l'elko et pouvoir exprimer le respect, le souhait et la politesse.


La grammaire méthodique
Niveau 1 : les basesNiveau 2 : l'essentielNiveau 3 : les nuancesNiveau 4 : la maîtrise
 
Leçon 14 Leçon 16
 


Passer la graduation


Sommaire

[modifier] Leçon

Le politif est une spécificité de la grammaire elkanne, il traduit l'idée générale de respect et entre dans la construction de plusieurs types de locutions et d'expressions. Il se marque au moyen du suffixe "-ė" principalement noté -ei[1] pour des raisons de commodités évidentes.

[modifier] La politesse

Le politif est essentiellement utilisé pour exprimer la marque politesse que l'on appelle aussi "déférence". Il est très couramment utilisé sur les pronoms (Il peut s'appliquer à toutes les personnes).


tėlo "tu" → tėlei "vous"


Remarque : Le politif n'est généralement pas répété à tous les mots d'un texte, seul le premier prend le suffixe -ei, les autres prennent le suffixe pronominal habituel : -o, la déférence est alors sous-entendue.

[modifier] Le respect

Le politif est aussi utilisé pour exprimer le respect.


Emano "homme" → Emanei "cher monsieur"

[modifier] Le souhait

Le politif est souvent utilisé pour souhaiter quelque chose à quelqu'un.


delo "soir" → delė ou delei "bonsoir"


Le souhait peut traduire une locution verbale introduite par "que" :


tėla riwo wakei "que ton règne arrive"


Le souhait peut également s'accompagner d'un démonstratif tel que moka (ce, cet, cette, ces) :


  • moka delo "ce soir" → moka delei "à ce soir"
  • moka dago "ce jour" → moka dagei "à un de ces jours"

[modifier] Le vocatif

Le vocatif est utilisé pour interpeller ou attirer l'attention, il s'exprime en elko au moyen du suffixe cumulé "-ei" que l'on accompagne du point d'injonction pour ne pas le confondre avec le politif qui est souvent accompagné du point d'exclamation. Par défaut on utilise la racine "h" pour porter le suffixe.


Hei ! "salut !" (le politif) → hei !! "ohé !" (le vocatif)

[modifier] Texte

Nisei
. naro nabi wese wosei[2] wese tėlo wese neba wero .
'. werei !, kulei !'[3]
. tėla iwoso sapei !
. moka neba wero gėpei wese tėlo taso nutu wuno !
. naro pami tėlo nutu (naro)[4] tire regi wese tėlo.
. hei[5] !


Auteur : Ziecken

Cher ami,
Je t'écris pour te présenter mes vœux pour la nouvelle année.
"Bonne année !, bonne santé !"
Que tes vœux se réalisent !
Que cette nouvelle année t'apporte bonheur et prospérité !
Je t'embrasse et je pense fort à toi.
Salut !


Traduction : Ziecken


Retrouvez le vocabulaire des leçons

[modifier] Exercices

[modifier] Thème

  • Trouvez-vous cet homme intéressant ?
  • Ma chère amie.
  • Bonne nuit !
  • Ohé ! venez avec nous !

[modifier] Version

  • . tėlei rosa waki gewe naro e ?
  • . netei Odin .
  • . togei !
  • . tisei !!

[modifier] Clés

NAS (intérêt) • NET (homme) • NIS (ami) • NOK (nuit) • TIS (pitié) • TOG (accueil)


Solution des exercices

[modifier] Liens

Passer la graduation


Leçon 14 Leçon 16
 


La méthode d'apprentissage







Voir aussi : Le kit d'elko

 

[modifier] Notes

  1. Le suffixe -ei n'est pas attribué, il peut donc être assimilé sans problème au suffixe "-ė".
  2. Non accompagné de point d'exclamation, un mot au le politif|politif est assimilé à un verbe (souhaiter, présenter ses vœux, etc...)
  3. Les guillemets elkans ne sont composés que d'une apostrophe droite de chaque côté, pas de doubles ni de chevron.
  4. Il n'est pas nécessaire de répéter le pronom puisqu'il ne change pas de puis le début de la phrase.
  5. Ne cherchez pas à comprendre l'origine du "h", il sera expliqué à la leçon 32.
Outils personnels