Alvissmal, les dits d'Alviss

De Elkodico.

Le dénombrement des runes par Odin ("Runatals thattr Odhinns") est un texte fondamental de la culture germanique. Il raconte l'origine des runes. Ce texte est extrait du Havamal (st.138-142, 144-145)


Alvissmal, les dits d'Alviss
 

Alvissmal, les dits d'Alviss

Alviss dit :
« Pour joncher de paille les bancs
Que la fiancée
Se hâte avec moi vers la maison :
À chacun semblera
Que ce mariage est bien hâtif,
Chez soi, point ne faut prendre repos. »


Thorr dit :
« Quel est cet homme ?
Pourquoi es-tu si pâle du nez ?
Étais-tu cette nuit chez les cadavres ?
Il me semble que tu as
Forme de Thurses ?
Tu n'es point pour cette fiancée. »


Alviss dit :
« Alviss je m'appelle,
J'habite en-dessous terre,
J'ai sous une pierre ma demeure.
À l'homme du char
Je suis venu rendre visite,
Que nul ne rompe les promesses du mariage. »

Thorr dit :
« Je les romprai
Car sur la fiancée j'ai
Presque tous pouvoirs, comme père ;
Je n'étais pas à la maison
Quand elle te fut promise,
Moi seul suis son tuteur parmi les dieux. »


Alviss dit :
« Qu'est-ce que cet homme
Qui prétend puissance avoir
Sur la fascinante femme ?
Quel vagabond
T'as conçu avec droits d'hoirie ? »


Thorr dit :
« Vingthorr je m'appelle
Et j'ai en maints lieux voyagé,
Je suis fils de Sidgrani ;
Sans mon consentement,
Tu n'auras pas la jeune femme
Et n'obtiendras point ce parti. »


Alviss dit :
« Ton consentement,
Je veux l'avoir sous peu
Et obtenir ce parti ;
On préfère avoir
Plutôt que de s'en passer
Cette femme blanche comme neige. »


Thorr dit :
«  L'amour de la vierge
Te sera accordé,
Hôte sage,
Si tu sais
Dire de chaque monde
Tout ce que je veux savoir


«  Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment dans chaque monde
S'appelle cette Terre
Qui s'étend pour les fils des hommes ?»


Alviss dit :
« Terre s'appelle chez les hommes,
Mais chez les Ases, Sol,
Les Vanes l'appellent Chemins,
Toute-Verte, les géants,
Les Alfes, Germinante,
Les dieux suprêmes l'appellent Argile


Thorr dit :
«  Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment ce Ciel s'appelle
Qui n'a point de terme,
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Ciel s'appelle chez les hommes,
Mais Corps Céleste chez les dieux,
Les Vanes l'appelle Tisse-Vent,
Les géants, Monde d'en haut,
Les Alfes, Beau Toit,
Les nains, Gouttante Salle


Thorr dit :
« Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment la Lune s'appelle
Celle que les hommes voient
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Lune s'appelle chez les hommes,
Mais Nuée chez les dieux,
On l'appelle Tourbillonnante Roue dans Hel,
Les géants, Hâtive,
Mais les nains, Éclats,
Les Alfes l'appellent Compte-années


Thorr dit :
«  Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment ce Soleil s'appelle
Que voient les fils des hommes
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Soleil s'appelle chez les hommes,
Mais Lumière du Sud chez les dieux,
Les nains l'appelle Jouet de Dvalinn,
Les géants Éclat Éternel,
Les Alfes, Belle Roue,
Toute Claire, les fils des Ases


Thorr dit :
« Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment ces Nuages s'appellent
Qui se résolvent en averses
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
«  Nuages s'appellent chez les hommes,
Mais Espoir d'Averse chez les dieux,
Les Vanes les appellent Radeaux du Vent,
Espoir d'Ondée, les géants,
Les Alfes, Force du Vent,
On les appelle dans Hel Heaume d'Invisibilité


Thorr dit :
«  Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment ce Vent s'appelle
Qui en tous lieux voyage
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
«  Vent s'appelle chez les hommes,
Mais Errant chez les dieux,
L'appellent Rétif les puissances suprêmes,
Hurlant, les géants,
Les Alfes, Assourdissants
On l'appelle dans Hel Bourrasque


Thorr dit :
«  Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment cette Mer s'appelle
rament les hommes
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
«  Mer s'appelle chez les hommes,
Mais Éternelle étendue chez les dieux,
L'appellent Vague les Vanes,
Séjour de l'Anguille, les géants,
Les Alfes, Assise Liquide,
Les nains l'appelle Océan Profond


Thorr dit :
«  Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment ce Feu s'appelle
Qui brûle pour les fils des hommes
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
«  Feu s'appelle chez les hommes,
Mais chez les Ases, Flammes,
L'appellent Docile les Vanes,
Glouton, les géants,
Mais Ardeur, les nains,
On l'appelle dans Hel Précipité


Thorr dit :
« Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment cette Forêt s'appelle
Qui croît pour les fils des hommes
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Forêt s'appelle chez les hommes,
Mais Crinière de la Plaine chez les dieux,
L'appellent Varechs des Collines les nains,
Combustible, les géants,
Les Alfes, Belles Branches,
L'appellent Baguettes les Vanes


Thorr dit :
« Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment cette Nuit s'appelle
La fille de Nörr,
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Nuit s'appelle chez les hommes,
Mais Toute Noire chez les dieux,
L'appellent Masquée les Puissance suprême,
Obscure, les géants,
Les Alfes, Plaisir du Sommeil,
L'appellent les nains Brumes des Rêves


Thorr dit :
« Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment cette Semence s'appelle
Que sèment les fils des hommes
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Orge s'appelle chez les hommes,
Mais Escourgeon chez les dieux,
L'appellent Plante, les Vanes,
Comestible, les géants,
Les Alfes, Assise de Boisson,
On l'appelle en enfer Retombante


Thorr dit :
« Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment cette Bière s'appelle
Que boivent les fils des hommes
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Ale s'appelle chez les hommes,
Mais chez les Ases Bière,
L'appellent Boisson les Vanes,
Pure Liqueur, les géants,
Mais dans Hel Hydromel,
L'appelle Banquet les fils de Suttungr


Thorr dit :
« En un seul sein
Oncques n'ai vu
Plus d'antique science.
Grande fourbe
Je le déclare, t'a abusé.
Sur toi, nain, l'aube point.
Voici que le soleil scintille dans la salle


Auteur : Odin

 


Alwismal , isoho Alwis'a

Alwis kowi :
' u nakkome anlini petrumo
hou Ahėto
dadai te ri peloi :
Uikoi risa
hou ka wėtio me dada,
se , ne gau gibi nozo .'


Thor kowi :
' ka neto kiwe ?
lo tire kinlina u tumbao weze ?
lo ka noko Idanoe ?
risa ri hou la
mawo u Thursa ne ?
lo ne keta ka Ahėtoi .'


Alwis kowi :
' keno ra Alwis ,
ro pela nėre ,
ra pelo ra gebe bono .
ro bau waki u kėwi
netoi u hako ,
hou nunkio ne tėdi ikoso u hėtio .'

Thorr dit :
« Je les romprai
Car sur la fiancée j'ai
Presque tous pouvoirs, comme père ;
Je n'étais pas à la maison
Quand elle te fut promise,
Moi seul suis son tuteur parmi les dieux. »


Alviss dit :
« Qu'est-ce que cet homme
Qui prétend puissance avoir
Sur la fascinante femme ?
Quel vagabond
T'as conçu avec droits d'hoirie ? »


Thorr dit :
« Vingthorr je m'appelle
Et j'ai en maints lieux voyagé,
Je suis fils de Sidgrani ;
Sans mon consentement,
Tu n'auras pas la jeune femme
Et n'obtiendras point ce parti. »


Alviss dit :
« Ton consentement,
Je veux l'avoir sous peu
Et obtenir ce parti ;
On préfère avoir
Plutôt que de s'en passer
Cette femme blanche comme neige. »


Thorr dit :
«  L'amour de la vierge
Te sera accordé,
Hôte sage,
Si tu sais
Dire de chaque monde
Tout ce que je veux savoir


«  Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment dans chaque monde
S'appelle cette Terre
Qui s'étend pour les fils des hommes ?»


Alviss dit :
« Terre s'appelle chez les hommes,
Mais chez les Ases, Sol,
Les Vanes l'appellent Chemins,
Toute-Verte, les géants,
Les Alfes, Germinante,
Les dieux suprêmes l'appellent Argile


Thorr dit :
«  Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment ce Ciel s'appelle
Qui n'a point de terme,
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Ciel s'appelle chez les hommes,
Mais Corps Céleste chez les dieux,
Les Vanes l'appelle Tisse-Vent,
Les géants, Monde d'en haut,
Les Alfes, Beau Toit,
Les nains, Gouttante Salle


Thorr dit :
« Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment la Lune s'appelle
Celle que les hommes voient
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Lune s'appelle chez les hommes,
Mais Nuée chez les dieux,
On l'appelle Tourbillonnante Roue dans Hel,
Les géants, Hâtive,
Mais les nains, Éclats,
Les Alfes l'appellent Compte-années


Thorr dit :
«  Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment ce Soleil s'appelle
Que voient les fils des hommes
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Soleil s'appelle chez les hommes,
Mais Lumière du Sud chez les dieux,
Les nains l'appelle Jouet de Dvalinn,
Les géants Éclat Éternel,
Les Alfes, Belle Roue,
Toute Claire, les fils des Ases


Thorr dit :
« Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment ces Nuages s'appellent
Qui se résolvent en averses
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
«  Nuages s'appellent chez les hommes,
Mais Espoir d'Averse chez les dieux,
Les Vanes les appellent Radeaux du Vent,
Espoir d'Ondée, les géants,
Les Alfes, Force du Vent,
On les appelle dans Hel Heaume d'Invisibilité


Thorr dit :
«  Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment ce Vent s'appelle
Qui en tous lieux voyage
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
«  Vent s'appelle chez les hommes,
Mais Errant chez les dieux,
L'appellent Rétif les puissances suprêmes,
Hurlant, les géants,
Les Alfes, Assourdissants
On l'appelle dans Hel Bourrasque


Thorr dit :
«  Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment cette Mer s'appelle
rament les hommes
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
«  Mer s'appelle chez les hommes,
Mais Éternelle étendue chez les dieux,
L'appellent Vague les Vanes,
Séjour de l'Anguille, les géants,
Les Alfes, Assise Liquide,
Les nains l'appelle Océan Profond


Thorr dit :
«  Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment ce Feu s'appelle
Qui brûle pour les fils des hommes
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
«  Feu s'appelle chez les hommes,
Mais chez les Ases, Flammes,
L'appellent Docile les Vanes,
Glouton, les géants,
Mais Ardeur, les nains,
On l'appelle dans Hel Précipité


Thorr dit :
« Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment cette Forêt s'appelle
Qui croît pour les fils des hommes
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Forêt s'appelle chez les hommes,
Mais Crinière de la Plaine chez les dieux,
L'appellent Varechs des Collines les nains,
Combustible, les géants,
Les Alfes, Belles Branches,
L'appellent Baguettes les Vanes


Thorr dit :
« Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment cette Nuit s'appelle
La fille de Nörr,
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Nuit s'appelle chez les hommes,
Mais Toute Noire chez les dieux,
L'appellent Masquée les Puissance suprême,
Obscure, les géants,
Les Alfes, Plaisir du Sommeil,
L'appellent les nains Brumes des Rêves


Thorr dit :
« Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment cette Semence s'appelle
Que sèment les fils des hommes
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Orge s'appelle chez les hommes,
Mais Escourgeon chez les dieux,
L'appellent Plante, les Vanes,
Comestible, les géants,
Les Alfes, Assise de Boisson,
On l'appelle en enfer Retombante


Thorr dit :
« Dis-moi ceci, Alviss,
Toutes les destinées des hommes
Je tiens, nain, que tu les sais :
Comment cette Bière s'appelle
Que boivent les fils des hommes
Dans chaque monde ?»


Alviss dit :
« Ale s'appelle chez les hommes,
Mais chez les Ases Bière,
L'appellent Boisson les Vanes,
Pure Liqueur, les géants,
Mais dans Hel Hydromel,
L'appelle Banquet les fils de Suttungr


Thorr dit :
« En un seul sein
Oncques n'ai vu
Plus d'antique science.
Grande fourbe
Je le déclare, t'a abusé.
Sur toi, nain, l'aube point.
Voici que le soleil scintille dans la salle

Traduction :

 
Versions
Version 2012
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique
Outils personnels