Chant XI

De Elkodico.

Les Gathas


Chant IChant IIChant IIIChant IVChant VChant VIChant VIIChant VIIIChant IXChant XChant XIChant XIIChant XIIIChant XIVChant XVChant XVIChant XVII


 

Chant XI

1. Vers quel pays dois-je aller ?
donc me réfugier,
emmener mes parents,
Mes amis et compagnons ?
Aucun homme ne m’honore !
Je n’ai que des adversaires,
Surtout parmi les tyrans !
Comment pourrai-je arriver
A répandre Ta doctrine,
O Pouvoir divin suprême ?
2. Je sais pour quelle raison
Je suis ainsi sans ressources :
Je sais que je suis perdu
Parmi tant d’hommes inertes !
Jette les yeux, ô Ahoura,
Sur moi qui veux implorer
Ton secours, Ton assistance !
Apporte-moi réconfort,
Comme un ami qui console
Le meilleur de ses amis.
Donne-moi la plénitude
Des trésors du Bon Esprit !
3. Quand ferez-vous rayonner
La cause de la Justice,
Messagers de lumière ?
Quand ferez-vous triompher
Cet Enseignement du vrai,
O prophètes de la Loi ?
A qui, pour leur avantage,
Seront-ils, un jour, donnés,
Tous les dons du Bon Esprit ?
Pour moi, je T’ai choisi : Toi !
Pour unique précepteur,
Toi, Pouvoir divin suprême !
4. Le méchant est avec ceux
Qui combattent la Justice :
Adversaires des troupeaux,
Adversaires des cultures,
Et de la prospérité !
Cet homme au langage inique
Périra en conséquence
De ses actes criminels,
Et qui le mettra au ban,
Affaiblira son emprise;
Pour délivrer le troupeau,
Il écoutera le Sage.
5. Si un tyran est avare,
Ou tourmente ses sujets,
(Qui réclament son secours)
Par des décrets oppressifs
Ou des impôts déloyaux
Que l’intègre, l’homme droit
Qui vit selon la Justice,
Discernant ce mécréant,
Révèle son infamie,
Ses actes de malfaiteur,
Et que le Pouvoir suprême
Punisse l’homme cruel !
6. Et celui qui, le pouvant,
Ne voudra pas l’éclairer,
Sera, sans l’ombre d’un doute,
A son tour, un malfaiteur !
Celui- est un méchant
Que les méchants jugent bon,
Et celui- est un Juste
Qui a pour ami un Juste !
C’est ainsi, Pouvoir suprême,
Que Tu as, dans Ta sagesse,
Établi les lois du monde
Dès l’origine des temps.
7. O Pouvoir divin suprême !
Quel sera le protecteur
Que Tu voudras me donner ?
Le méchant veut se saisir
De moi, pour me torturer !
Quels aides, sinon le Feu
Et l’Esprit issu de Toi
Et dont le pouvoir sublime
Manifeste Ton Royaume ?
Donne-moi cette Sagesse
Afin que je puisse agir
Et répandre Ta doctrine !
8. De celui qui fait agir
Ses semblables contre moi,
Que la haine ne m’atteigne
Jamais, ni les vils méfaits !
Lui aussi, sans aucun doute,
Sera maudit, malheureux,
Sans félicité aucune,
Opprimé par la souffrance.
9. Je connais ceux qui m’honorent,
Ainsi que moi je T’honore !
Comme moi, ils Te témoignent
Tout leur amour par leurs actes,
A Toi, qui es le seul digne
D’être invoqué, Maître pur !
Ce que dit en vérité
Le Créateur du troupeau,
Mes disciples, à leur tour,
Désirent de moi l’apprendre,
Parce qu’ils sont animés
De Sagesse et Bon Esprit.
10. Tous ceux qui, hommes ou femmes,
Veulent partager leurs forces
Avec moi qui vis en Juste,
Ceux dont j’ai le sûr appui,
Eux tous, je pourrai conduire
Aux bienfaits du seul vrai culte.
Avec eux traverserai
Le pont qui, au paradis,
Mène au Jugement suprême.
11. Les faux prêtres et despotes
Se sont joints à ces puissances
Qui s’inspirent des ténèbres,
Dans le but de rendre esclave,
Par leurs projets criminels,
Tout le genre humain sur terre !
Et leur âme, leur nature,
S’endurcissent à ce point
Qu’au suprême Jugement
Ils seront tous condamnés
Au châtiment implacable !
12. Mais si, parmi les régents,
Petit-fils et descendants
Du Touranien Fryana,
Il en est qui, par leur zèle,
Font prospérer la Sagesse,
C’est que Mazda s’est uni
A eux, par le Bon Esprit :
Le Pouvoir divin suprême
Les conduit vers le bonheur.
13. Celui qui, chez les mortels,
Respecte le vrai savoir,
Celui- est digne aussi
De répandre la Justice !
Mazda lui ouvre les mondes
Par la voix du Bon Esprit !
Il augmente les produits
Et les trésors de la Terre ;
Il est, s’il demeure pur,
Un disciple véritable.
14. Zoroastre, quel ami,
Sûr, fidèle et véritable,
As-tu pour te seconder
Dans la grande œuvre entreprise ?
Qui, veut annoncer au monde
Ton Enseignement divin ?
C’est Vistaspa, noble prince !
Je veux ainsi proclamer
Les noms, avec bienveillance,
De ceux que Tu as choisis,
O Pouvoir divin suprême,
Dans mes proches, mes parents !
15. Hécat-Aspas, race élue,
Vous avez su discerner
L’homme juste de l’injuste !
Pour les actes équitables,
Accomplis en bon Esprit,
Vous avez eu Connaissance,
Apportant tous autres dons
Provenant d’ Ahoura Mazda.
16. Frashaostra, chevalier,
Noble champion de la Loi !
Huogvide va combattre
Pour ceux qui sont nos aimés !
Bonheur à la créature !
règne Humilité
Et les forces excellentes
De l’esprit de vérité,
Le Pouvoir divin suprême
Règne dans les cœurs, les âmes.
17. Dites les louanges pures,
Conformes aux règles saintes,
Conformes au vrai savoir,
O Jamaspa Huogvide !
Lui qui reçoit les prières,
Les offrandes et les hymnes,
Qui sent notre obéissance,
Qui discerne la franchise,
Découvre l’hypocrisie,
Que Lui seul soit notre Guide
Et dirige toutes choses
Dans Sa Justice infinie !
18. Que celui qui est pour moi
Un ami me donnant joie,
Qu’il reçoive tous bienfaits !
Que le Bon Esprit lui donne
De tous biens la plénitude !
Mais que celui qui m’attaque
Ressente en retour l’angoisse
Qu’il a voulu m’infliger !
Pureté, Pouvoir suprême !
Je désire satisfaire
Toutes vos lois et préceptes,
J’en prends la décision
Dans mon cœur et ma raison !
19. Celui qui observera
L’Enseignement que je donne
Et qui, avec conscience,
Accomplira en fidèle
Ce qu’il propose à chacun,
Lui, recevra sûrement
La finale récompense :
La prospérité sur Terre,
Et les biens impérissables
De l’existence éternelle !
Tu le sais, Pouvoir suprême,
Toi qui me l’as révélé !


Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2017
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique

Analyse de texte

Outils personnels