Demoiselle Méline, la princesse (troisième partie)

De Elkodico.

Demoiselle Méline, la princesse
1e partie - 2e partie - 3e partie
 


Demoiselle Méline, la princesse

La mariée retourna dans la chambre du prince.

- Ça y est, cria-t-elle, je me rappelle maintenant de ce que j'ai dit aux orties. Et elle répéta les paroles qu'elle venait d'entendre.

- Et qu'as-tu dit aux marches de l'église lorsque nous les montions ? demanda à nouveau le prince.

- Aux marches de l'église ? s'étonna la mariée. je ne parle jamais aux marches.

- Tu n'es donc pas la vraie mariée.

Et la mariée dit promptement :


Ma femme de chambre, j'appelle, car dans mes pensées lit-elle.


Elle sortit par la porte en courant et s'en prit de nouveau à Méline :

- Servante ! Qu'as-tu dit aux marches devant l'église ?

- je leur ai dit simplement :


Supportez-moi, les marches, souffrez que je vous emprunte,

De la mariée qui n'en est pas une, écoutez la complainte.


- Cela te coûtera la vie, l'avertit la mariée, mais elle retourna vite auprès du prince pour lui expliquer :

- Ça y est, je sais ce que j'ai dit à l'escalier !

Et elle répéta ce que la jeune fille lui avait dit.


- Et qu'as-tu dit à la porte de l'église ?

- À la porte de l'église ? S'affola la mariée. je ne parle pas aux portes.

- Tu n'es donc pas la vraie mariée.

Elle sortit en courant et elle harcela Méline à nouveau :

- Servante ! Qu'avais-tu à raconter à la porte de l'église?

- Je ne lui ai rien raconté, j'ai dit seulement :


Ô toi, la grande porte ! Que je passe, supporte !

De la mariée qui n'en est pas une, écoute la demande infime.


- Tu me le paieras, tu auras la tête coupée, dit la mariée, folle de rage ; mais elle se dépêcha de revenir auprès du prince pour lui dire :

- Je me souviens maintenant ce que j'avais dit à la porte.


Et elle répéta les paroles de Méline.

- Et est le collier que je t'ai donné devant la porte de l'église ?

- Quel collier ? dit-elle. Tu ne m'as pas donné de collier.

- Je te l'ai moi-même passé autour du cou. Si tu ne le sais pas, tu n'es pas la vraie mariée.

Il lui arracha son voile et vit son visage incroyablement laid. Effrayé, il fit un bond en arrière.

- Comment es-tu arrivée  ? Qui es-tu ?

- Je suis ta fiancée promise, mais j'avais peur que les gens se moquent de moi en me voyant dans la rue. C'est pourquoi j'ai ordonné à la petite souillon de mettre ma robe et d'aller à l'église à ma place.

- est cette fille ? demanda le prince. Je veux la voir. Va la chercher !

La mariée sortit de la chambre et dit aux serviteurs que sa femme de chambre était une faussaire, et qu'il fallait sans tarder l'amener dans la cour et lui couper la tête. Les serviteurs attrapèrent Méline et voulurent l'emmener. Mais Méline se mit à crier et à appeler au secours si fort que le prince entendit sa voix et arriva en courant. Il ordonna qu'on relâche la jeune fille sur-le-champ. On apporta la lumière et le prince put voir que la Jeune fille avait autour du cou le collier en or qu'il lui avait donné.

- C'est toi la vraie mariée, dit-il, c'est toi que j'ai amenée à l'autel. Viens dans ma chambre.

Et une fois seuls, le prince demanda :

- Pendant le trajet vers l'église, tu as parlé de la princesse Méline à laquelle j'ai été fiancé. Si Je pouvais espérer que cela fût possible, je penserais qu'elle est devant moi ; tu lui ressembles tant !

Et la jeune fille répondit :

- Je suis Méline, celle qui, par amour pour toi, fut emprisonnée pendant sept ans dans un cachot obscur, celle qui a souffert de faim et de soif et qui a vécu si longtemps dans la misère et la détresse. Mais aujourd'hui enfin le soleil a de nouveau brillé pour moi. On nous a mariés à l'église et je suis ta femme légitime. Ils s'embrassèrent et vécurent heureux jusqu'à la fin de leurs jours.


Auteur : Jacob et Wilhelm Grimm

Titre en elko

Texte en attente de traduction


Traduction : Nom du traducteur

Versions
Version 2012
Outils personnels