Gilgamesh : Dieu et homme

De Elkodico.

L'épopée de Gilgamesh


L'épopée de Gilgamesh (Prologue)
Tablette I : Les deux héros

Gilgamesh : Dieu et hommeEnkidou : les premiers âgesLe chasseur : L'intermédiaireLa femme : l'initiatriceParoles de la femmeRéponse de EnkidouParoles de la femme IIRêves de Gilgamesh

Tablette II : La rencontre, l'amitié, le projet d'aventure

Les bergers : l'apprentissageOurouk aux rempartsLa lutteL'amitiéL'aventureLa vaillance

Tablette III : Préparatifs et départ

Les préparatifs de l'expédition

Tablette IV : Le voyage

Les songes de Gilgamesh : sur la route des cèdres

Tablette V : Prouesses dans la forêt des Cèdres, victoire sur Humbaba

La forêt des cèdres : la mort de Houmbaba

Tablette VI : Nouveau triomphe et démesure : le Taureau-céleste

Ishtar : l'amourLe refus de GilgameshLamentations d'IshtarLe retour des deux héros

Tablette VII : La mort d'Enkidu

Mort d'Enkidou

Tablette VIII : Les funérailles d'Enkidu

L'homme-scorpion

Tablette IX : Gilgamesh à la recherche de l'Immortalité

Shamash : Le dieu-soleil

Tablette X : L'arrivée au but

Sidouri : la cabaretièreL'humaine conditionOur-Shanabi : batelier des dieux

Tablette XI : L'échec et le retour à la vie ordinaire

Outa-Napishtim : l'aïeul immortelLe déluge : la plante d'immortalité

Tablette XII : Autre version de la mort d'Enkidu
L'épopée de Gilgamesh (Épilogue)

 

Gilgamesh : Dieu et homme

Gilgamesh
Dieu et homme
Après que Gilgamesh eut été créé par les grands dieux
Shamash lui accorda la beauté
et Adad la vaillance.
Pour deux tiers il est dieu
pour un tiers il est homme.
Il est semblable à un taureau sauvage
si force est incomparable
ses armes sont invincibles.
Aux battements du tambour
son peuple est attentif.
En leurs maisons les gens d’Ourouk
vivent sans cesse dans la crainte
Ils disent :
«Gilgamesh ne laisse pas un fils à son père
jour et nuit règne sa violence
mais Gilgamesh le pasteur d’Ourouk aux remparts
est notre pasteur,
le fort l’admirable, l’omniscient.
Il ne laisse pas une vierge à sa mère
fille de guerrier ou promise à un héros. »
Enfin les grands dieux d’en haut, les grands dieux
du ciel entendent leurs lamentations et leurs plaintes
ils appellent le dieu Anou, seigneur d’Ourouk:
«C’est Arourou qui créa Gilgamesh
semblable à un taureau sauvage.
Sa force est incomparable
ses armes sont invincibles.
Aux battements du tambour
son peuple est attentif.
Gilgamesh ne laisse pas un fils à son père,
nuit et jour règne sa violence
mais Gilgamesh est le pasteur d’Ourouk
leur pasteur,
le fort, l’admirable, l’omniscient.
Il ne laisse pas une vierge à celui qui l’aime
fille de guerrier ou promise à un héros
Anou le souverain ayant entendu leurs plaintes
appelle Arourou, la grande déesse:
«C’est toi Arourou qui créa cet homme,
crée maintenant pour lui un rival
qu’il lui soit par la force du cœur
et du corps comparable,
qu’ils luttent sans cesse ensemble,
ainsi Ourouk gagnera la paix et la tranquillité
Arourou ayant entendu ces paroles
conçoit en elle une image d’Anou
elle lave ses mains, prend une poignée d’argile,
la lance dans la plaine
et dans la plaine est créé Enkidou le héros,
substance de Ninourta.


Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2018
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique

Analyse de texte

Outils personnels