Grade 1.5 : L'agglutination

De Elkodico.

La sixième leçon de cette méthode d'apprentissage présente l'agglutination. On appelle agglutination le fait d’associer plusieurs clés entre elles afin de former des concepts plus précis. L'agglutination est un phénomène linguistique très répandu en elko. Un mot agglutiné sera plus précis qu'un mot non-agglutiné. En d'autres termes, plus un mot est long, plus il contient de clés et plus il est précis.

L'agglutination fait partie des deux phénomènes linguistiques utilisés en elko en vue d'apporter de la précision au vocabulaire de la langue. L'autre est l'affixation, et, comme nous le verrons plus tard, il s'agit également d'une forme d'agglutination.


La connaissance de l'agglutination vous permet d'atteindre le grade 1.5


La grammaire méthodique
Niveau 1 : les basesNiveau 2 : l'essentielNiveau 3 : les nuancesNiveau 4 : la maîtrise
 
Grade précédent Grade suivant
 


Passer la graduation


Sommaire

Leçon

En elko, un mot se compose de quatre syllabes au maximum, le nombre des syllabes d'un mot dépend de ses composants qui peuvent être de trois types :


La disposition des clés au sein d’un mot n’est pas aléatoire. Chacune des clés qui compose un mot a une place et une fonction bien précise : ce sont les fonctions claviques. Placée à droite la clé jouera la fonction de catégorisateur, placée à gauche la fonction de spécificateur. À cela s'ajoutent les affixes, qui ne tiennent pas compte de cette organisation car rapidement identifiables ils peuvent s'immiscer partout : à l'avant (préfixes), à l'arrière (suffixes) et même en plein milieu du mot (infixes ou profixes).

Le catégorisateur

Le catégorisateur est la clé la plus à droite d’un mot (hors suffixe). Cette appellation est due au fait que cette clé permet de classer le mot dans une catégorie bien définie (activité, état, personne, animal,…). On parle parfois de classificateur ou de clé thématique et on le rencontre dans certaines langues, comme les langues bantoues ou langues de signes. Dans les exemples suivants : ranbaw (aile), gibbaw (main) ou encore kumbaw (dent) on rencontre le même catégorisateur : BAW (corps). De ce fait, tous les mots désignant des parties du corps possèderont ce même catégorisateur.


Remarque : L’elko a souvent tendance à réduire ses mots au maximum et dans bien des cas au catégorisateur. On départage ainsi tous les mots ayant un catégorisateur commun par le contexte. Ainsi le mot « loli » traduira à la fois chuter, effondrer, dérober, tomber, prenez-en bien garde lors de la traduction.

Le spécificateur

Le spécificateur est la clé précédant le catégorisateur. Un mot peut contenir jusqu’à trois spécificateurs, mais pour toujours un seul catégorisateur. Cette appellation est due au fait que cette clé permette de spécifier le mot et ainsi l’isoler de tous les autres ayant le même catégorisateur. Ainsi dans les exemples suivants : ranbaw (aile), ranwak (avion) ou encore ranwek (oiseau) : on observe le même spécificateur : RAN (ciel).

Les affixes

Voir l'article détaillé : Les affixes

Les affixes, toujours sous la forme de voyelles, ne jouent ni le rôle de catégorisateur ni celui de spécificateur. Ils ont un statut parfaitement neutre. Cela s'explique par le fait qu'il sont souvent omis à l'oral et ne sont pas aussi importants que le catégorisateur. En revanche, ils comptent bien en tant que clés car tous les affixes utilisés en elko proviennent bel et bien de clés, ce sont, comme nous le verrons au grade 3.1 des clés réduites.

Fonctionnement

Voir aussi : l'allomorphie, l'hyperonymie, l'hyponymie

Essayons à présent de traduire le mot "torche" au moyen de l'agglutination.

Lorsqu'on traduit un mot on commence toujours par le catégorisateur. La définition de torche dit qu'il s'agit d'un bâton auquel on y met le feu, le catégorisateur sera donc DUL (bâton). On ajoute en suite le suffixe des noms -o et on obtient : dulo bâton.

Pour obtenir le sens de torche il faut maintenant approfondir le sens du mot bâton et le compléter avec une clé, celle-ci jouera le rôle de spécificateur : la clé la plus parlante ici est KAN (feu), on la place donc avant DUL (bâton) et on obtient alors kandulo.

Glossaire

La composition

L'agglutination est souvent confondue avec la composition. Alors que la première accumule des éléments et préserve leurs sens, la seconde cumule des éléments pour offrir une signification tout autre. Ainsi le mot « garde-fou » ne désigne pas une personne qui garde les fous mais une rambarde de sécurité, il s’agit donc de composition et non d’agglutination. La composition n'existe pas en elko.

La compositionnalité

La compositionnalité décrit le fait qu’un mot est partiellement ou totalement déductible par le sens des clés qui le composent. ex : nėrwako de NĖR (souterrain) et de WAK (véhicule) : devinez le sens !

L'extension

On appelle extension le fait de trouver d’instinct tous les mots qui composent un champ sémantique à partir des composants claviques de ce dernier.

 

Texte

Wete Lorlewo

Auteur : Ziecken

Chez le fleuriste

Traduction : Ziecken

Retrouvez le vocabulaire des leçons

Exercices

Thème : Traduire en elko

Version : Traduire en français

Clés

BAB (os)GEN (question)GUR (difficulté)KER (chien)MEB (valeur)TAB (livre)TAN (arbre)WAM (aliment, nourriture, cuisine)WOK (conversion, traduction)


Solution des exercices

Liens


Passer la graduation


Grade précédent Grade suivant
 
La méthode d'apprentissage







Voir aussi : Le kit d'elko

 

Notes

  1. Le suffixe -ė est le suffixe marquant la politesse, le souhait et le respect, il est appelé politif
  2. La clé LAR (croix) traduit la notion de rencontre se traduit plus par "salutations" que par "bonjour", mais c'est tout comme.
Outils personnels