Grade 2.0 : L'accentuation

De Elkodico.

La onzième leçon de cette méthode d'apprentissage s'intéresse à l'accentuation et tout ce qui a trait à la bonne prononciation de l'elko. Le grade correspondant à la maîtrise de cette leçon est le grade 2.0. À l'issue de cette leçon vous devriez prononcer l'elko parfaitement et sans accent.


La grammaire méthodique
Niveau 1 : les basesNiveau 2 : l'essentielNiveau 3 : les nuancesNiveau 4 : la maîtrise
 
Niveau précédent Niveau suivant
 


Passer la graduation


Sommaire

Leçon

L'accentuation est la partie de la prononciation qui s'intéresse à tout ce qui caractérise la phonologie de l'elko et contribue à avoir "l'accent elko", on distingue quatre axes d'étude :

L'accent français

Le fait de mal prononcer certains sons vous donne un "accent" qui trahi votre origine. Les francophones se font souvent trahir par :

  • La prononciation fermée des voyelles e et o.[1]
  • La prononciation grasseyée[2] du r.
  • L'absence de prononciation du h[3].
  • La nasalisation[4] des voyelles suivies de "n" ou "m".

Par ailleurs, l'elko est parlé par plusieurs peuples du Losda, chacun dispose de son propre accent : Ainsi il existe entre autres un accent asique[5], un accent vanique, un accent nalique et un accent thorique.

L'accent tonique

L'accent tonique est une insistance faite sur la prononciation de certaines syllabes des mots. En elko, l'accent tonique se porte toujours sur le catégorisateur. Cette prononciation permet de repérer plus facilement les coupures entre les mots. Tous les catégorisateurs prennent donc l'accent tonique. Cette insistance n'est pas flagrante, mais subtile, elle existe dans toutes les langues, en français elle se trouve sur la dernière syllabe.


kandulo


Dans cet exemple, l'accent tonique porte sur le catégorisateur dul. Pourquoi sur le catégorisateur, me direz-vous ? Et bien car c'est le seul élément commun à tous les mots de l'elko. En effet certains ne possèdent pas de spécificateur mais tous possèdent un catégorisateur.

L'intonation

L'intonation est indissociable des types de phrases que nous développerons au grade 2.3. Il existe quatre types d'intonations allant de paire avec les quatre types des phrases :

  • L'intonation exclamative : la voix monte sur toute la phrase.
  • L'intonation interrogative : la voix monte sur la dernière syllabe.
  • L'intonation injonctive : La voix descend brutalement sur la dernière syllabe.
  • L'intonation énonciative[6] : pas de changement, la voix reste stable.

Texte

Gėlo Wese Musdar[7]
. Musdar , buda Nimozini wido[8]
, kori nutu mėki moka dankiwo dankiwo musreka .
. kaskiwo kaskiwo wildewe[9][10] wedu geni tėla wela gėko gėko , keso keso nutu mabo mabo diwi gewe tėlo tėlo .[11]
. tade mėki mano mano wete tėla tėla lono lono .


Auteur : Fafner

Hymne aux Muses
Muses, filles de la sage Mnémosyne,
Dansez et guidez ces pauvres mortels en quête d'inspiration,
Maintes fois les poètes vos divins talents ont mandés, c'est par vous que textes et histoires se font.
À nouveau guidez les hommes dans vos arts.


Traduction : Ziecken

Retrouvez le vocabulaire des leçons

Exercices

Thème

Prononcez le texte à haute voix en pensant à bien placer l'accent tonique sur le catégorisateur et en évitant de laisser transparaître votre accent français.



Solution des exercices

Liens


Passer la graduation


Niveau précédent Niveau suivant
 
La méthode d'apprentissage







Voir aussi : Le kit d'elko

 

Notes

  1. Un francophone aura tendance à prononcer les lettres E et O /e/ et /o/ au lieu de /ɛ/ et /ɔ/
  2. C'est-à-dire la prononciation française du R et non légèrement roulé.
  3. Et oui, le H se prononce en elko.
  4. Les fameuses voyelles nasales : an, on, oin, en, ... n'existent pas en elko !
  5. C'est l'accent de référence, celui devenu aujourd'hui la norme)
  6. énonciative ou déclarative
  7. La clé DAR (famille) utilisée en catégorisateur exprime une forme de pluriel spéciale que l'on utilise avec les noms propres désignant des personnes faisant partie de la même famille ou du même clan (→ le clanique).
  8. La relation se marque en mettant le nom propre avant le nom commun.
  9. On aurait aussi pu dire wile dewo.
  10. Ce mot se termine par -e, il doit être placé avant un mot en -i puis qu'il lié au verbe il est placé logiquement placé dans le même constituant que lui..
  11. Dans cette phrase, vous observez nettement les mouvement syntaxiques du français vers l'elko dus à la rigidité de la syntaxe elkanne : sujet - verbe - complément.
Outils personnels