Histoire de celui qui s'en alla apprendre la peur (quatrième partie)

De Elkodico.


Histoire de celui qui s'en alla apprendre la peur
1ère partie - 2ème partie - 3ème partie - 4ème partie
 

Histoire de celui qui s'en alla apprendre la peur

Le lendemain, le roi s'en vint au château. Quand il vit le garçon étendu sur le sol, il pensa que les fantômes l'avaient tué. Il murmura :

- Quel dommage pour un si bel homme !

Le garçon l'entendit, se leva, et dit :

- Je n'en suis pas encore  !

Le roi s'étonna, se réjouit et lui demanda comment les choses s'étaient passées.

- Très bien. Voilà une nuit d'écoulée, les autres se passeront bien aussi.

Quand il arriva chez l'aubergiste, celui-ci ouvrit de grands yeux.

- Je n'aurais jamais pensé, dit-il, que je te reverrais vivant. As- tu enfin appris à frissonner ?

- Non ! répondit-il ; tout reste sans effet. Si seulement quelqu'un pouvait me dire comment faire !

Pour la deuxième nuit, il se rendit à nouveau au château, s'assit auprès du feu et reprit sa vieille chanson : «Ah ! si seulement je pouvais frissonner. » À minuit on entendit des bruits étranges. D'abord doucement, puis toujours plus fort, puis après un court silence, un grand cri. Et la moitié d'un homme arrivant par la cheminée tomba devant lui.

- Holà ! cria-t-il. Il en manqua une moitié. Ça ne suffit pas comme ça !

Le vacarme reprit. On tempêtait, on criait. Et la seconde moitié tomba à son tour de la cheminée.

- Attends, dit le garçon ; je vais d'abord ranimer le feu pour toi.

Quand il l'eut fait, il regarda à nouveau autour de lui : les deux moitiés s'étaient rassemblées et un homme d'affreuse mine s'était assis à la place qu'occupait le jeune homme auparavant.

- Ce n'est pas ce que nous avions convenu, dit-il. Ce tour est à moi !

L'homme voulut l'empêcher de s'y asseoir mais il ne s'en laissa pas conter. Il le repoussa avec violence et reprit sa place. Beaucoup d'autres hommes se mirent alors à dégringoler de la cheminée les uns après les autres et ils apportaient neuf tibias et neuf têtes de mort avec lesquels ils se mirent à jouer aux quilles. Le garçon eut envie d'en faire autant.

- Dites, pourrais-je jouer aussi ?

- Oui, si tu as de l'argent.

- J'en ai bien assez, répondit-il ; mais vos boules ne sont pas rondes.

Il prit les têtes de mort, s'installa à son tour et en fit de vraies boules.

- Comme ça elles rouleront mieux, dit-il. En avant ! on va rire !

Il joua et perdit un peu de son argent. Quand sonna une heure, tout avait disparu. Au matin, le roi vint aux renseignements.

- Que t'est-il arrivé cette fois-ci ? demanda-t-il.

- J'ai joué aux quilles, répondit le garçon, et j'ai perdu quelques deniers.

- Tu n'as donc pas eu peur ?

- Eh ! non ! dit-il, je me suis amusé ! Si seulement je savais frissonner !

La troisième nuit, il s'assit à nouveau sur son tour et dit tristement :

- Si seulement je pouvais frissonner !

Quand il commença à se faire tard, six hommes immenses entrèrent dans la pièce portant un cercueil.

- Hi ! Hi ! Hi ! dit le garçon, voilà sûrement mon petit cousin qui est mort il y a quelques jours seulement.

Du doigt, il fit signe au cercueil et s'écria :

- Viens, petit cousin, viens !

Les hommes posèrent la bière sur le sol ; il s'en approcha et souleva le couvercle. Un mort y était allongé. Il lui toucha le visage. Il était froid comme de la glace.

- Attends, dit-il, je vais te réchauffer un peu. Il alla près du feu, s'y réchauffa la main et la posa sur la figure du mort. Mais celui-ci restait tout froid. Alors il le sortit du cercueil, s'assit près du feu et l'installa sur ses genoux en lui frictionnant les bras pour rétablir la circulation du sang. Comme cela ne servait à rien, il songea tout à coup qu'il suffit d'être deux dans un lit pour avoir chaud. Il porta le cadavre sur le lit, le recouvrit et s'allongea à ses côtés. Au bout d'un certain temps, le mort se réchauffa et commença à bouger.

- Tu vois, petit cousin, dit le jeune homme, ne t'ai-je pas bien réchauffé ?

Mais le mort, alors, se leva et s'écria :

- Maintenant, je vais t'étrangler !

- De quoi ! dit le garçon, c'est comme ça que tu me remercies ? retourne au cercueil !

Il le ceintura, et le jeta dans la bière en refermant le couvercle. Les six hommes arrivèrent alors et l'emportèrent.

- Je ne réussis pas à frissonner, dit-il. Ce n'est décidément pas ici que je l'apprendrai.

À ce moment précis entra un homme plus grand que tous les autres et qui avait une mine effrayante. Il était vieux et portait une longue barbe blanche.

- Pauvre diable, lui dit-il, tu ne tarderas pas à savoir ce que c'est que de frissonner : tu vas mourir !

- Pas si vite ! répondit le garçon. Pour que je meure, il faudrait d'abord que vous me teniez.

- Je finirai bien par t'avoir ! dit le monstrueux bonhomme.

- Tout doux, tout doux ! ne te gonfle pas comme ça ! je suis aussi fort que toi. Et même bien plus fort !

- C'est ce qu'on verra, dit le vieux. Si tu es plus fort que moi, je te laisserai partir. Viens, essayons !

Il le conduisit par un sombre passage dans une forge, prit une hache et d'un seul coup, enfonça une enclume dans le sol.

- Je ferai mieux, dit le jeune homme en s'approchant d'une autre enclume.

Le vieux se plaça à côté de lui, laissant pendre sa barbe blanche. Le garçon prit la hache, fendit l'enclume d'un seul coup et y coinça la barbe du vieux.

- Et voilà ! je te tiens ! dit-il, à toi de mourir maintenant !

Il saisit une barre de fer et se mit à rouer de coups le vieux jusqu'à ce que celui-ci éclatât en lamentations et le suppliât de s'arrêter en lui promettant mille trésors. Le jeune homme débloqua la hache et libéra le vieux qui le reconduisit au château et lui montra, dans une cave, trois caisses pleines d'or.

- Il y en a une pour les pauvres, une pour le roi et la troisième sera pour toi, lui dit-il.

Sur quoi, une heure sonna et le méchant esprit disparut. Le garçon se trouvait au milieu d'une profonde obscurité.

- Il faudra bien que je m'en sorte, dit-il. Il tâtonna autour de lui, retrouva le chemin de sa chambre et s'endormit auprès de son feu. Au matin, le roi arriva et dit :

- Alors, as-tu appris à frissonner ?

- Non, répondit le garçon, je ne sais toujours pas. J'ai vu mon cousin mort et un homme barbu est venu qui m'a montré beaucoup d'or. Mais personne ne m'a dit ce que signifie frissonner.

Le roi dit alors :

- Tu as libéré le château de ses fantômes et tu épouseras ma fille.

- Bonne chose ! répondit-il, mais je ne sais toujours pas frissonner.

On alla chercher l'or et les noces furent célébrées. Mais le jeune roi continuait à dire : «Si seulement j'avais peur, si seulement je pouvais frissonner ! » La reine finit par en être contrariée. Sa camériste dit :

- Je vais l'aider à frissonner.

Elle se rendit sur les bords du ruisseau qui coulait dans le jardin et se fit donner un plein seau de goujons. Durant la nuit, alors que son époux dormait, la princesse retira les couvertures et versa sur lui l'eau et les goujons, si bien que les petits poissons frétillaient tout autour de lui. Il s'éveilla et cria :

- Ah ! comme je frissonne, chère femme ! Ah ! Oui, maintenant je sais ce que c'est que de frissonner.


Auteur : Jacob et Wilhelm Grimm

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2012
Outils personnels