Idéolangues et affinités

De Elkodico.

L'elko est une idéolangue qui se veut originale et a priori, toutefois, d'autres projets semblent néanmoins partager certaines similitudes. Cette page à pour but de répertorier ces idéolangues et des les comparer avec l'elko afin de repérer leurs points communs et leurs différences.

Cette page liste également les projet idéolinguistiques qui concurrence l'elko. Pour que l'elko soit vraiment perçu comme une langue innovante, elle se doit d'explorer de nouveaux horizons et d'innover.

Sommaire

L'aneuvien d'Anoev

  • Analogies
    • Quatre cas de déclinaison
    • Certains noms aneuviens construits sur des noms propres (→ la thétymologie)
    • Genre non marqué : neutre
    • Langue artistique
  • Différences
    • Caractère agglutinant moins marqué
    • Conjugaison flexionnelle
    • Langue pseudonaturelle
    • Quelques faux-amis (ego = "il" (ntr) en elko ; eg = "je" en aneuvien)
    • Langue naturaliste
  • Points forts
    • Beaucoup de travail
    • Dictionnaire conséquent
    • Grammaire disponible
    • Richesse phonologique
  • Points faibles
    • Peu de locuteurs
    • Difficile à apprendre

L'Arwelo de Djuna de Lannoy

  • Analogies
    • Accent tonique sur l'avant-dernière syllabe.
    • Un son pour une lettre et une lettre pour un son.
    • Suffixes grammaticaux : A (adjectifs), E (adverbes), I (verbes), O (noms).
    • Utilisation de suffixes cumulés pour plus de précision.
    • Genre facultatif exprimé au moyen de préfixes.
    • Utilisation d'auxiliaires temporels, aucune désinence verbale.
    • Syntaxe de type SVO.
    • La compositionnalité
    • L'extension
    • Expression de l'aspect au moyen de particules.
  • Différences
    • Alphabet latin de 25 lettres. (contre 22 pour l'elko)
    • Utilisation d'un article unique. (aucun en elko)
    • La syntaxe est non figée. (la syntaxe de l'elko est figée afin d'être plus facilement maîtrisée)
  • Points forts
  • Points faibles
    • Peu ou pas de locuteur

Le Ba gai Dun de Nemszev

L'Espéranto de Louis Lazare Zamenhof

Le Kobold de Yeva Agetuya

  • Analogies
    • Agglutination
    • Quelques locuteurs (à l'époque)
  • Différences
    • Langue a posteriori
    • Langue morte
  • Points forts
    • Astucieux
  • Points faibles
    • Son auteur : Yeva Agetuya, aussi fermé que l'auteur du Volapuk, et pour les mêmes raisons il a conduit son idéolangue à sa perte.

Le Laramin de Naphistim

Le Lojban du LLG

L'Oneirien d'Erana et Onirian

Le Rémaï de David Sicé

  • Analogies
    • Pansémie (le rémaï est plus pansémique que l'elko. L'elko tend vers plus de pansémie)
    • Langue logique et régulière
  • Différences
    • Alphabet utilisant des glyphes
  • Points forts
    • Originalité
  • Points faibles
    • Langue très hypothétique
    • Langue absconde
    • Peu ou pas de locuteurs

Le Sambahsa-Mundialect d'Olivier Simon

  • Analogies
    • Quelques locuteurs (moins que l'elko mais le SM ne publie aucun chiffre)
  • Différences
    • Langue naturaliste
    • Langue auxiliaire
  • Points forts
    • Plus internationale que l'elko car accessible dans plusieurs langues.
    • Plus de notoriété que l'elko.
    • Beaucoup de travail.
    • Beaucoup de traduction.
    • Nombreux contacts bien placés de l'auteur
    • Expérience conséquentes
    • Travail de recherche de qualité.
  • Points faibles
    • Subjectivement pas très eshétique à l'écoute.
    • Lexique conséquent mais moindre que celui de l'elko.


Le Toki Pona de Sonya Lang

  • Analogies
    • Langue simple, régulière et concise
    • Langue minimaliste
    • Rapprochement de la pensée positive du TAO.
  • Différences
    • Mots moins précis et plus longs
    • Racines à la morphologie irrégulières (en elko toutes les clés sont composées de trois lettres)
    • Pas de mnémotechnie pour retenir les radicaux
    • Langue fermée[1]
  • Points forts
    • Plus concis que l'elko moins de radicaux à apprendre donc plus rapide.
    • A priori plus de locuteurs que l'elko.
  • Points faibles
    • Phonologiquement assez pauvre.

Conclusion

L'elko est une langue qui a de sérieux atouts (richesse de la structure, facilité, rapidité d'apprentissage, expressivité, personnalisation, ...) mais qui manque cruellement de notoriété, cela étant sans doute dû à un manque de publicité sur la toile. Un travail à l'international et une diégèse associée semble être la clé de cette notoriété.

Liens

Notes et références

  1. Dans le sens où les locuteurs ne peuvent pas proposer de nouvelles racines où changer celles existantes
Outils personnels