L'Enfer (La Divine Comédie) - Chant XIX

De Elkodico.

La Divine Comédie

L'Enfer

Chant IChant IIChant IIIChant IVChant VChant VIChant VIIChant VIIIChant IXChant XChant XI
Chant XIIChant XIIIChant XIVChant XVChant XVIChant XVIIChant XVIIIChant XIXChant XXChant XXI
Chant XXIIChant XXIIIChant XXIVChant XXVChant XXVIChant XXVIIChant XXVIIIChant XXIXChant XXXChant XXXIChant XXXIIChant XXXIII

Le Purgatoire

Chant IChant IIChant IIIChant IVChant VChant VIChant VIIChant VIIIChant IXChant XChant XI
Chant XIIChant XIIIChant XIVChant XVChant XVIChant XVIIChant XVIIIChant XIXChant XXChant XXI
Chant XXIIChant XXIIIChant XXIVChant XXVChant XXVIChant XXVIIChant XXVIIIChant XXIXChant XXXChant XXXIChant XXXIIChant XXXIII

Le Paradis

Chant IChant IIChant IIIChant IVChant VChant VIChant VIIChant VIIIChant IXChant XChant XI
Chant XIIChant XIIIChant XIVChant XVChant XVIChant XVIIChant XVIIIChant XIXChant XXChant XXI
Chant XXIIChant XXIIIChant XXIVChant XXVChant XXVIChant XXVIIChant XXVIIIChant XXIXChant XXXChant XXXIChant XXXIIChant XXXIII

 

L'Enfer - Chant XIX

O Simon le magicien ! ô misérables qui suivez ses traces ! vous dont la rapacité prostitue, pour de l’or et pour de l’argent, les choses de Dieu, [[épouses[1]]] destinées aux bons ; il convient que pour tous sonne maintenant la trompette, puisque vous êtes dans la troisième bolge  ; car déjà nous étions montés à l’autre arche, en cette partie du roc qui surplombe exactement le milieu de la fosse.

O suprême sagesse ! combien grand est l’art que tu montres au ciel, sur la terre et dans la monde mauvais, et combien sont justes les dispensations de ta puissance ! Je vis, sur les côtés et au fond, la pierre livide pleine de. trous d’une égale largeur, et chacun était rond, ils me semblaient ni plus ni moins amples que, dans mon beau saint Jean, ceux qu’on a creusés pour les baptisants . Je brisai, l’un d’eux, il y a peu d’années, pour sauver un enfant qui se noyait : et que, par ce témoignage, tout homme soit détrompé .

De la bouche de chacun sortaient les pieds et les jambes d’un pécheur jusqu’au mollet, et le reste était dedans. Tous avaient les plantes des pieds embrasées ; par quoi si fortement se contractaient les jointures, qu’elles auraient rompu cordes et liens. Tel à la surface des choses graissées est le mouvement de la flamme ; tel était-il , des talons jusqu’au bout des doigts.

Maître, dis-je, quel est celui qui, dans son angoisse, frétille plus que ses compagnons, et que suce une flamme plus rouge ? Et lui à moi : »Si tu veux qu’en bas je te porte par cette rive d’au-dessous, tu sauras de lui-même qui il est, et quelles furent ses fautesEt moi : —Tout ce qui te plaît m’est bon ; tu es mon Seigneur, et sais qu’en rien, je ne m’écarte de ton vouloir, toi qui connais même ce qu’on [[tait…

Alors nous vînmes sur le quatrième rempart , et tournant, nous descendîmes à main gauche, dans le fond étroit et percé de trous.

Et le bon Maître ne m’écarta point de sa hanche, qu’il ne m’eût porté jusqu’à celui qui tant se lamentait avec les jambes. —0 toi qui, planté comme un pin, as en dessus ce qui devait être en dessous, qui que tu sois, âme triste, commençai-je à dire, parle, si tu le peux !…

Je me tenais comme le frère qui confesse le perfide assassin, et que, déjà dans la fosse, celui-ci rappelle pour retarder la mort , lorsqu’il cria : Es-tu debout déjà ? debout es-tu déjà, Boniface  ? L’écrit m’a menti de plusieurs années  ! Es-tu si tôt rassasié de ces richesses à l’aide desquelles tu n’as pas craint de t’emparer frauduleusement de la belle Dame , que tu as ensuite saccagée ?»

Tel que ceux qui, ne comprenant point ce qu’on leur dit, demeurent comme honteux, et ne savent que répondre, tel je fus. Lors Virgile : »Dis-lui vite : Je ne suis pas celui que tu crois !» Et je répondis comme il m’était prescrit. Sur quoi le damné tordit les pieds ; puis, soupirant et d’une voix plaintive, me dit : »Que demandes-tu donc ? Si de savoir qui je suis tu as tant de souci que tu aies pour cela parcouru ces rives, sache que je fus revêtu du grand manteau . Je fus vraiment fils de l’Ourse , et si avide que, pour enrichir les oursons, je mis -haut l’or, et ici moi-même dans la bourse. Sous ma tête sont couchés les simoniaques qui me précédèrent, tirés par la fente de la pierre. aussi je tomberai, quand viendra celui que je te croyais être, lorsque je fis la soudaine demande. Mais plus de temps il y a déjà que mes pieds brûlent et que j’ai été ainsi renversé, qu’il ne le sera lui-même, et que ses pieds ne brûleront ; car, souillé de plus laides œuvres, après lui viendra du Couchant un pasteur sans loi , tel que lui et moi il convient qu’il recouvre. Il sera un nouveau Jason duquel parlent les Machabées, et comme à celui- flexible fut son roi, à celui-ci le sera le roi qui régit la France

Je ne sais si je fus bien sensé, lui répondant en cette sorte : —Eh ! dis-moi quel trésor Notre-Seigneur exigea de saint Pierre, avant de lui remettre les clefs en son pouvoir ? Certes, pour toute demande il lui dit : Suis-moi ! et ni Pierre ni les autres exigèrent de Mathias de l’or ou de l’argent, quand par le sort il fut élu à l’office qui perdit l’âme criminelle . Reste donc , car justement es-tu puni, et garde bien les deniers mal perçus, qui contre Charles te rendirent hardi . Et n’était que, même ici, me le défend le respect pour les clefs souveraines que tu tins pendant la douce vie, j’userais de paroles encore plus rudes : car votre avarice attriste le monde, foulant aux pieds les bons, et élevant les mauvais. Ce furent vous, Pasteurs, qu’eut sous les yeux l’Evangéliste, quand avec les rois il vit forniquer celle qui est assise sur les [[eaux[16]]], celle qui naquit avec les sept lûtes et eut les dix cornes pour signe , tant que la vertu plut à son époux . Vous vous êtes fait un dieu d’or et d’argent ; et, entre vous et l’idolâtre, quelle différence, sinon qu’il en prie un, et vous cent ? Ah ! Constantin, de combien de maux fut mère, non ta conversion, mais cette dot que reçut de toi le premier Père enrichi [[[19]…

Et pendant qu’à lui je chantais dételles notes, soit colère, soit conscience qui le mordît, il remuait fortement les deux pieds. Je crois que cela plaisait à mon Guide, tant, d’un visage content, il écoutait les paroles empreintes de vérité. Cependant il me prit avec les deux bras, et, quand je fus sur sa poitrine, il remonta par il était descendu, et ne se fatigua point de me tenir serré contre soi, mais il me porta sur le sommet de l’arche qui forme le trajet du quatrième au cinquième rempart. doucement il posa la douce charge sur le rocher âpre et abrupt, qui serait aux chèvres un dur passage. De je découvris un autre bastion.


Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2016
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique

Analyse de texte

Outils personnels