L'Enfer (La Divine Comédie) - Chant XXXII

De Elkodico.

La Divine Comédie

L'Enfer

Chant IChant IIChant IIIChant IVChant VChant VIChant VIIChant VIIIChant IXChant XChant XI
Chant XIIChant XIIIChant XIVChant XVChant XVIChant XVIIChant XVIIIChant XIXChant XXChant XXI
Chant XXIIChant XXIIIChant XXIVChant XXVChant XXVIChant XXVIIChant XXVIIIChant XXIXChant XXXChant XXXIChant XXXIIChant XXXIII

Le Purgatoire

Chant IChant IIChant IIIChant IVChant VChant VIChant VIIChant VIIIChant IXChant XChant XI
Chant XIIChant XIIIChant XIVChant XVChant XVIChant XVIIChant XVIIIChant XIXChant XXChant XXI
Chant XXIIChant XXIIIChant XXIVChant XXVChant XXVIChant XXVIIChant XXVIIIChant XXIXChant XXXChant XXXIChant XXXIIChant XXXIII

Le Paradis

Chant IChant IIChant IIIChant IVChant VChant VIChant VIIChant VIIIChant IXChant XChant XI
Chant XIIChant XIIIChant XIVChant XVChant XVIChant XVIIChant XVIIIChant XIXChant XXChant XXI
Chant XXIIChant XXIIIChant XXIVChant XXVChant XXVIChant XXVIIChant XXVIIIChant XXIXChant XXXChant XXXIChant XXXIIChant XXXIII

 

L'Enfer - Chant XXXII

Si j’avais des rimes âpres et rauques, comme il conviendrait à l’affreux trou sur lequel s’appuient tous les autres cercles, plus pleinement j’exprimerais le suc de ma pensée ; mais n’en ayant pas, non sans-[] crainte je me hasarde dans mon récit : car entreprendre de décrire le fond de l’univers, point n’est-ce un jeu, ni d’une langue qui balbutie mamma et babbo Mais qu’aident mon vers celles qui aidèrent Amphion à clore Thèbes, de sorte que du fait le dire ne diffère pas.

O vous, la lie du peuple maudit, qui êtes dans le lieu dont il est douloureux de parler, mieux vous aurait valu être ici ou brebis, ou chèvres.

Lorsque nous fûmes dans le sombre puits, plus bas de beaucoup que les pieds du Géant et lorsque encore je regardais les hautes murailles, j’entendis qu’on me disait : »Prends garde comment tu passes, et à ne point fouler les têtes des pauvres misérables frèresM’étant retourné, je vis devant moi, au-dessous de mes pieds, un lac qui, à cause du gel, ressemblait plus à du verre qu’à de l’eau. Ni le Danube chez les Autrichiens, ni le Tanaïs, sous le froid ciel, ne cachent en hiver leur cours sous un voile aussi épais, qu’épaisse était la croûte de ce lac : dessus serait tombé le Tambernicchi , ou le Pietrapana , que les bords mêmes n’auraient pas craqué. Et comme pour coasser se tient la grenouille, le museau hors de l’eau, alors que souvent la villageoise songe qu’elle glane, livides jusque- se peint la honte, étaient les ombres dolentes dans la glace, claquant des dents comme craquètent les cigognes. Chacune tenait le visage baissé : la bouche, du froid, et les yeux de la tristesse du cœur, en elles rendent témoignage.

Après qu’autour mes regards eurent un peu erré, à mes pieds je les arrêtai : et j’en vis deux tellement serrés, que se mêlaient les poils de la tête. —Vous, dis-je, dont les poitrines tant s’étreignent, dites-moi qui vous êtes. Ceux-ci ployèrent leur cous , et après que sur moi ils eurent levé la vue, leurs yeux, auparavant seulement en dedans, dégouttèrent sur les lèvres, et la gelée, durcissant les larmes entre les paupières, les referma.

Jamais bande de fer ne lia si fortement bois à bois : par quoi, comme deux boucs, ils se cossèrent, si emportés furent-ils de colère.

Et un autre, qui par le froid avait perdu les deux oreilles, la face baissée, dit : »Pourquoi tant nous regardes-tu ? Si tu veux savoir qui sont ces deux, la vallée que descend le Bisenzio , appartient à leur père Alberto et à eux. Ils sortirent d’un même corps  ; et toute la Caïna tu pourras fouiller, sans y trouver d’ombre plus digne d’être plongée dans la gélatine  : non pas même celui de qui la main d’Artus perça d’un seul coup la poitrine et l’ombre , non pas même Focaccia , non pas même celui dont la tête m’encombre tellement, qu’au-delà je ne vois rien, et qu’on nommait Sassol Mascheroni . Si tu es Toscan, bien sais-tu maintenant qui il fut. Et pour qu’en plus de discours point tu ne m’engages, sache que je suis Camicion de Pazzi , et j’attends qu’ici Carlin me disculpeJe vis ensuite mille faces livides de froid : d’ vient et viendra toujours que les étangs gelés me donnent le frisson.

Pendant que nous allions vers le centre ou tend tout ce qui pèse, et que dans le froid éternel je tremblais, si ce fut vouloir ou destin, ou fortune, je ne sais : mais en marchant à travers les têtes, fortement, au visage, j’en heurtai une du pied.

Pleurant elle me cria : »: Pourquoi me froisses-tu ? Si tu ne viens pas pour accroître la vengeance de Mont’Aperti , pourquoi me tourmentes-tu ?» Et moi : —Maître, attends-moi ici, que je sorte d’un doute m’a mis celui- ; puis tu me hâteras autant que tu voudras. Le Guide s’arrêta ; et moi, je dis à ce damné qui violemment blasphémait encore : —Qui es-tu, toi qui ainsi réprimandes autrui ? «Et toi, qui es-tu, répond-il, qui, à travers l’Antenora , vas heurtant les joues des autres, tellement que trop serait-ce si tu étais [[vivant[21]]] ?» —Vivant suis-je, ce fut ma réponse : et si à la renommée tu aspires il pourrait te plaire que je joigne ton nom aux autres que j’ai notés. Et lui à moi : »Du contraire j’ai le désir. Va-t’en d’ici, et ne me fatigue, pas davantage ! mal sais-tu flatter dans cette fosseAlors je le pris par le chignon et dis : —Il faudra que tu te nommes, ou que pas un poil ici dessus ne te reste. Lors, lui à moi : »Pourquoi me pèles-tu le crâne ? Je ne te dirai qui je suis, ni ne te l’indiquerai quand mille fois tu me foulerais la tête

Je tenais déjà ses cheveux roulés dans ma main, et je lui en avais arraché plus d’une mèche, lui aboyant les yeux tournés en bas, lorsqu’un autre cria : »Qu’as-tu, Bocca ? Ne te suffit-il point de claquer des mâchoires, si encore tu n’aboies ? Quel diable te touche ?» A présent, dis-je, je ne veux plus que tu parles, méchant traître ; à ta honte je porterai de toi des nouvelles vraies. «Va, répondit-il, et conte ce que tu voudras. Mais, si tu sors d’ici, ne te tais point de celui qui tout à l’heure a eu la langue si prompte. Il pleure ici l’argent des Français ; j’ai vu, pourras-tu dire, de Duera , les pécheurs sont au frais. Si on te demande quels autres étaient , tu as à côté de toi le Beccaria , à qui Florence coupa la gorge. Gianni del Soldanier , je le crois plus bas avec Ganellon et Tribadello qui ouvrit Faenza pendant qu’on dormait

Nous avions déjà quitté celui-ci, quand je vis dans un trou deux gelés, disposés de manière que l’une des têtes à l’autre servait de chapeau. Et comme l’affamé mange le pain, celui de dessus dans l’autre enfonça les dents, le cerveau se joint à la nuque. Non autrement Tidée, dans sa fureur, rongea les tempes de Ménalippe , que celui-ci rongeait et le crâne et ce qui est dedans. —O toi, dis-je, qui par un acte si bestial montres ta haine contre celui que tu manges ! dis-moi le pourquoi, à cette condition que, si de lui à raison tu te plains, sachant qui vous êtes et sa faute, dans le monde d’en haut encore je te le rende , si cette langue qui te parle ne sèche point.


Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2016
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique

Analyse de texte

Outils personnels