L'eau de vie (première partie)

De Elkodico.

L'eau de vie


1ère partie - 2ème partie - 3ème partie
 


L'eau de vie

Il était une fois un roi qui tomba malade et nul ne crut qu'il en réchapperait. Il avait trois fils qui l'aimaient beaucoup et en furent très affectés.

Un jour qu'ils se trouvaient dans le jardin du palais et se lamentaient, ils virent venir à eux un vieillard qui leur demanda le sujet de leur chagrin. Ils lui apprirent que leur père était très malade, que les remèdes n'étaient d'aucune efficacité, et que certainement il ne se rétablirait pas.


Le vieux leur dit alors :

- Je connais un remède, c'est l'eau de vie ; votre père guérira s'il en boit, mais il n'est pas facile à trouver.

L'aîné dit :

- Je la trouverai bien moi.

Il se rendit auprès du roi malade et lui demanda L'autorisation de se mettre à la recherche de ce remède souverain. Mais le roi lui répondit qu'il préférait mourir plutôt que de consentir à ce que son fils s'exposât aux dangers de cette expédition. Cependant le prince insista tant que le roi céda. Le jeune homme se disait : " Si je rapporte cette eau à mon père, je deviendrai le préféré et hériterai de la couronne. "


Il se mit donc en route, et, après avoir longtemps chevauché, il trouva sur sa route un nain qui lui demanda il allait si vite :

- Méchant nain, cela ne te regarde pas, lui répondit-il avec hauteur. Et il continua sa route.

Mais le, petit homme fut irrité de cette réponse et il lui jeta un sort. Le prince s'engagea bientôt entre deux montagnes, dans une gorge qui se resserra tellement qu'il ne, put bientôt plus avancer, il lui fut également impossible de revenir sur ses pas. Il voulut mettre pied à terre, impossible encore, il demeura donc dans cet état d'immobilité. L'auguste malade l'attendit longtemps, mais il ne revint pas.


Le second prince demanda alors à son père l'autorisation de se mettre, à la recherche de l'eau salutaire. Le roi refusa également tout d'abord, mais il finit par céder.

Le jeune homme prit donc le même chemin, et rencontra le même nain qui l'arrêta également et lui demanda il se rendait avec tant de hâte.

- Méchant nain, cela ne te regarde pas, lui répondit le second prince. Et il s'en fut sans se retourner.

Mais le nain lui jeta également un sort et il s'engagea comme son frère dans une gorge d' il ne put sortir. C'est le lot des orgueilleux.


Voyant que ses frères ne revenaient pas, le troisième, prince sollicita à son tour l'autorisation de se mettre à la recherche de l'eau de vie et son père dut le laisser partir.


Il rencontra également le nain, et quand celui-ci lui demanda il se rendait en si grande hâte, il arrêta son cheval et lui répondit obligeamment :

- Je suis en quête de l'eau de vie, car mort père est à l'agonie.

- Sais-tu la trouver lui demanda le petit homme.

- Non, répondit le prince.

- Je vais te l'apprendre et te dire comment tu y arriveras, puisque tu t'es mieux conduit que tes frères. L'eau de vie jaillit d'une fontaine qui se trouve dans la cour d'un château enchanté ; tu n'y accéderas pas sans une baguette de fer et deux petits pains que je vais te remettre. Avec la baguette tu frapperas trois fois à la porte de fer du château et elle s'ouvrira ; à l'intérieur tu verras deux lions qui voudront te dévorer. En leur jetant à chacun un pain, ils se calmeront, tu te hâteras alors d'aller chercher l'eau de vie avant que sonnent douze coups, car à ce moment- la porte se referme et tu te trouverais emprisonné.

Le prince remercia avec effusion, prit la baguette et les pains et suivit sa route. Il arriva à destination et trouva tout comme le nain le lui avait prédit. La porte s'ouvrit au troisième, coup de baguette, et, après avoir apprivoisé les lions avec le pain, il pénétra dans le château. Il entra dans une grande, salle richement décorée étaient assis des princes enchantés. Il retira leurs bagues de leurs doigts et prit un pain et un glaive qui se trouvait .


Auteur : Jacob et Wilhelm Grimm

Titre en elko

Texte en attente de traduction


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2012
Outils personnels