La forêt des cèdres : la mort de Houmbaba

De Elkodico.

L'épopée de Gilgamesh


L'épopée de Gilgamesh (Prologue)
Tablette I : Les deux héros

Gilgamesh : Dieu et hommeEnkidou : les premiers âgesLe chasseur : L'intermédiaireLa femme : l'initiatriceParoles de la femmeRéponse de EnkidouParoles de la femme IIRêves de Gilgamesh

Tablette II : La rencontre, l'amitié, le projet d'aventure

Les bergers : l'apprentissageOurouk aux rempartsLa lutteL'amitiéL'aventureLa vaillance

Tablette III : Préparatifs et départ

Les préparatifs de l'expédition

Tablette IV : Le voyage

Les songes de Gilgamesh : sur la route des cèdres

Tablette V : Prouesses dans la forêt des Cèdres, victoire sur Humbaba

La forêt des cèdres : la mort de Houmbaba

Tablette VI : Nouveau triomphe et démesure : le Taureau-céleste

Ishtar : l'amourLe refus de GilgameshLamentations d'IshtarLe retour des deux héros

Tablette VII : La mort d'Enkidu

Mort d'Enkidou

Tablette VIII : Les funérailles d'Enkidu

L'homme-scorpion

Tablette IX : Gilgamesh à la recherche de l'Immortalité

Shamash : Le dieu-soleil

Tablette X : L'arrivée au but

Sidouri : la cabaretièreL'humaine conditionOur-Shanabi : batelier des dieux

Tablette XI : L'échec et le retour à la vie ordinaire

Outa-Napishtim : l'aïeul immortelLe déluge : la plante d'immortalité

Tablette XII : Autre version de la mort d'Enkidu
L'épopée de Gilgamesh (Épilogue)

 

La forêt des cèdres : la mort de Houmbaba

Mort de Houmbaba
Ils franchissent l’entrée
et arrivent au cœur de la forêt.
Séduits, ils regardent la montagne verte
et admirent la beauté des cèdres.
Ils suivent les pistes bien tracées
que Houmbaba utilise.
Ils contemplent la Montagne des Cèdres,
demeure des dieux sanctuaire de la souveraine Ishtar.
Autour d’eux, partout les cèdres se dressent
leur ombre immense et leur senteur
réjouissent le cœur.
Devant Shamash
Gilgamesh les larmes aux yeux
se prosterne, il implore son aide :
« Ô divin Shamash
tu as promis à ma mère Ninsoun
d’être près de moi.
Ne m’abandonne pas
ne t’éloigne pas de moi, entends mon appel
Gilgamesh prend sa hache et se met à couper un cèdre
sa chute fait un bruit assourdissant
lorsque Houmbaba l’entend, il s’écrie furieux :
« Qui a pénétré dans la forêt
et a porté la main sur les arbres
qui poussent sur ma montagne ?
Qui a coupé le cèdre ?»
Le dieu Shamash déchaîne alors les grands ouragans :
le vent du nord et le vent du sud
le vent chaud et le vent de tempête
le cyclone et le tourbillon.
Houmbaba aveuglé ne peut plus bouger
les deux amis prennent la hache
ils tirent le glaive du fourreau
entourent Houmbaba qui s’écrie :
« Que la malédiction du dieu Enlil
vous poursuive !»
Les deux amis ignorent ces paroles
et Enkidou dit :
« Houmbaba
seul on ne peut vaincre
mais deux ensemble le peuvent,
l’amitié multiplie les forces
une corde triple ne peut être coupée
et deux jeunes lions sont plus forts que leur père
Gilgamesh et son ami Enkidou
frappent à mort le gardien des cèdres.
A deux doubles heures
la forêt se lamente et les cèdres gémissent
Gilgamesh et Enkidou ont frappé à mort
Houmbaba le gardien de la forêt
et son cri de mort fait trembler
l’Hermon et le Liban.
Ils s’avancent avec leurs armes dans la forêt
et coupent les cèdres.
Sur les rives de l’Euphrate
le courant emporte les cèdres vers Ourouk


Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2018
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique

Analyse de texte

Outils personnels