La phrase complexe

De Elkodico.

Une phrase est dite complexe si elle a entre autres, recours au ligatif, si elle utilise le péricaryon ou si elle répète l'un de ses constituants.

Sommaire

Le ligatif

Le ligatif est une spécificité de la phrase complexe. Il revêt plusieurs formes mais se caractérise par le suffixe -u.


ro sau waki te ri "je veux venir avec toi"

Le péricaryon

Alors que la phrase simple se concentre sur le caryon ou "noyau" la phrase complexe, elle, se concentre sur le péricaryon et notamment le connecteur. Ainsi, si une phrase utilise un connecteur logique c'est que nous avons à faire à une phrase complexe.


. beu , go ne sau waki o . "Cependant, il ne voulait pas venir "

Les constituants

La phrase simple compte 4 constituants ou moins. La phrase complexe compte plus de quatre constituants (l'un des constituants est dupliqué).


kereko wamai babo bemoe uidele "le chien mange un os dans le jardin chaque soir"


Dans cette exemple il y a deux circonstants : un complément circonstanciel de lieu (dans le jardin) et un complément circonstanciel de temps (chaque soir).

Le connecteur

Le connecteur est le syntagme dans lequel se trouvent les connecteurs logiques, il se situe dans le péricaryon, c'est-à-dire en tête de proposition ou entre deux propositions. Il permet d'introduire une nouvelle proposition ou de faire le lien entre deux autres. Les mots placés dans le connecteur sont appelés connecteurs logiques et se reconnaissent facilement à leur suffixe -eu parfois simplifiés en -u.

La phrase complexe se définit par la présence de deux propositions liées. Qui dit deux "liée" dit "ligature" et donc "ligatif". La ligature en question est appelée "connecteur" dans la grammaire elkanne. On y retrouve dons les conjonctions de coordination et les conjonctions de subordination, mais pas seulement. On y retrouve également tous les mots permettant de lier deux propositions.


  • . go waki lamze bu go ne basa ko. ("Il allait au cinéma mais n'aimait pas cela")
  • . go waki lamze dewu go lara niso . ("Il allait au cinéma lorsqu'il a croisé un ami")


La phrase complexe peut l'être davantage en utilisant plusieurs connecteurs :


. bau, go waki lamze bu go ne basa ko. ("Il est allé au cinéma mais n'aimait pas cela")

La virgule

La virgule est un signe de ponctuation utilisé pour ajouter des constituants à une phrase. Dès lors qu'une phrase simple emploie des constituants supplémentaire, elle devient complexe.

La virgule est utilisée pour ajouter des constituants à une phrase.

L'ajout de constituant

La virgule sert principalement à ajouter des constituants supplémentaire à une phrase simple, celle-ci devient, de ce fait, une phrase complexe.


. Ero wami tomo bemoe, deloe . Je mange un gâteau dans le jardin le soir.


Ici "dans le jardin" et "le soir" sont deux compléments circonstanciels et se traduisent tous deux par le locatif en elko. Se doublon occasionne l'usage de la virgule.

Le déplacement syntaxique

La virgule permet aussi de déplacer un constituant de son emplacement originel. L'emploi de la virgule est indispensable pour ne pas occasionner une mauvaise interprétation de la phrase. Le plus souvent il s'agit d'une antéposition.


. bemoe, Ero wami tomo . Je mange un gâteau dans le jardin.

Les conjonctions

On distingue habituellement deux sortes de conjonctions : les conjonctions de coordination et les conjonctions de subordination. Si ces éléments sont de même nature ou de même valeur, il s'agira de conjonction de coordination. Si en revanche, ces éléments sont de nature ou de valeur différente, il s'agira à coup sûr de conjonctions de subordination. Seules leurs fonction les différencient car leur apparences sont identiques. Ainsi nutou ("et") est une conjonction de coordination tandis que wopou ("comme") est une conjonction de subordination.

Les conjonctions de coordination

Les conjonctions de coordination sont des mots de liaisons qui réunissent deux éléments de même nature ou de même valeur : deux noms, deux adjectifs, deux groupes nominaux, ... Il en existe sept : bu (mais, or), du (ou), tu (et), fu (donc), nu (ni) et ku (car).


. hido tu lilo . L'enfant et le jouet

Les conjonctions de subordination

Les conjonctions de subordination sont des mots de liaison qui permettent d’introduire une proposition subordonnée. C’est-à-dire une nouvelle phrase au sein de la première. La plupart du temps elle ne sont pas traduites, juste remplacées par des points-virgules.


. Olo waki, Olo rosi . Tu viens quand tu veux

Caractéristiques

Liens

Outils personnels