La princesse au petit pois

De Elkodico.

La princesse au petit pois
 

La princesse au petit pois

Il était une fois un prince qui voulait épouser une princesse, mais une vraie princesse. Il fit le tour de la terre pour en trouver une mais il y avait toujours quelque chose qui clochait ; des princesses, il n'en manquait pas, mais étaient-elles de vraies princesses ? C'était difficile à apprécier, toujours une chose ou l'autre ne lui semblait pas parfaite. Il rentra chez lui tout triste, il aurait tant voulu avoir une véritable princesse.

Un soir, par un temps affreux, éclairs et tonnerre, cascade de pluie que c'en était effrayant, on frappa à la porte de la ville et le vieux roi lui-même alla ouvrir.

C'était une princesse qui était dehors. Mais grands dieux ! de quoi avait-elle l'air dans cette pluie, par ce temps ! L'eau coulait de ses cheveux et de ses vêtements, entrait par la pointe de ses chaussures et ressortait par le talon ... et elle prétendait être une véritable princesse !

- Nous allons bien voir ça, pensait la vieille reine, mais elle ne dit rien. Elle alla dans la chambre à coucher, retira la literie et mit un petit pois au fond du lit ; elle prit ensuite vingt matelas qu'elle empila sur le petit pois et, par-dessus, elle mit encore vingt édredons en plumes d'eider. C'est -dessus que la princesse devrait coucher cette nuit-.

Au matin, on lui demanda comment elle avait dormi.

- Affreusement mal, répondit-elle, je n'ai presque pas fermé l'oeil de la nuit. Dieu sait ce qu'il y avait dans ce lit. J'étais couchée sur quelque chose de si dur que j'en ai des bleus et des noirs sur tout le corps ! C'est terrible !

Alors, ils reconnurent que c'était une vraie princesse puisque, à travers les vingt matelas et les vingt édredons en plume d'eider, elle avait senti le petit pois. Une peau aussi sensible ne pouvait être que celle d'une authentique princesse.

Le prince la prit donc pour femme, sûr maintenant d'avoir une vraie princesse et le petit pois fut exposé dans le cabinet des trésors d'art, on peut encore le voir si personne ne l'a emporté.

Et ceci est une vraie histoire.


Auteur: Andersen
 

Bamou Arihido

Kelau urde, oriwido rosu debėti aoho, bu sada aho. Ogo telmegi wese peki aho, bu nande o rawa. Ariwido wila bu aho sada ? Ko gura nuri, nande o du o risa weala. Ogo tėsa denaki peloe, tire wosu pala sada aho.


Kelau delo, kėllae, itero tu tazo, lalnuko, ko nosa ! Eko mili teutinoe tu dina tirau riho tianaki.


Ko ariwido bikau hute. Bu welo ! Ago risa o, ka laloe, ka lahoe ? Lano hoi ikomoa tu ibohoa, weti ėgėumunoa tu wuti rėboa ... tu ago kowu kiwi sada ariwido !


- Eko sadi ko, regia dina Ariwo, bu nunta kowa. Aho waki norotoe, deta norgeo tu bewi bamo. Ago wude biti gamta normulo, tu kebe, Ago biti gamta norzėla zallino. Ko kebe ariwido rėwu nori ko noko.


Geze, eko geni ahi nori bege ?


- Kėle, aho gesa. Aro kade ne lumbai noke. Ne teka ka noroe. Aro norbea kebe o tire sora aro rannia tu noknia linbosa nanbae ! Ko kėla !


Hone, igo ripi ko sada ariwido, lene gamta normulo tu gamta norzėla zallino, aho sawa bamo. Linbao tire sawa nuwe pala sada ariwidoa.


Oriwido debėti ahi, oho pėta pali sada aoho tu bamo wudu moka wotoe ilonpekoa, ko guka lambai ho wėdu nunki luka ho.


Tu kadau ko sada mabo


Traduction: Ziecken
 
Versions
Version 2011
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique
 
Outils personnels