Le Livre de Shalya (paragraphe 76)

De Elkodico.

Le Mahâbhârata

I Le Livre des commencements • II Le Livre de l'assemblée • III Le Livre de la forêt • IV Le Livre de Virata • V Le Livre des préparatifs • VI Le Livre de Bhîsma • VII Le Livre de Drona • VIII Le Livre de Karna • IX Le Livre de Shalya • X Le Livre de l'attaque nocturne • XI Le Livre des femmes • XII Le Livre de l'apaisement • XIII Le Livre de l'enseignement • XIV Le Livre du sacrifice royal • XV Le Livre du séjour en forêt • XVI Le Livre des pilons • XVII Le Livre du grand départ • XVIII Le Livre de la montée au ciel

 
Le Livre de Shalya

74757677

 

Le pèlerinage

9.29. Les Pândava cherchent Duryodhana, mais ne le trouvent pas. Duryodhana est entré dans le lac et en a solidifié les eaux. Les trois survivants des Kaurava exhortent Duryodhana à sortir de son lac (le lac Dvaipâyana) et à reprendre le combat. Ashvatthâman jure de ne pas retirer sa cuirasse tant que les Pândava ne seront pas vaincus. Duryodhana est fatigué et repousse le combat à plus tard. Des chasseurs entendent leur conversation et rapportent à Bhîma que Duryodhana se cache dans le lac. Les Pândava se rendent au bord du lac. En les entendant arriver, les trois guerriers se sauvent et, réfugiés sous un banian, se demandent ce qui va arriver.

9.30. Yudhishthira s’aperçoit que le lac a été solidifié par les pouvoirs de Duryodhana, qui a ainsi trouvé un refuge inviolable. Krishna enjoint à Yudhishthira de dissiper l’illusion. Yudhishthira défie Duryodhana et fait appel à son honneur. Duryodhana répond que seule la fatigue l’a amené à chercher refuge dans le lac. Il combattra plus tard. De toutes façons, il se retirera dans la forêt. Yudhishthira peut bien régner sur cette terre dévastée. Yudhishthira refuse avec dédain ce cadeau. La terre, il la prendra en tuant Duryodhana.

9.31. Duryodhana plaide qu’il est seul et désarmé. Il combattra les Pândava, mais un à un. Yudhishthira accorde ces conditions. Si Duryodhana tue l’un d’eux, il aura gagné. Duryodhana choisit la massue. Yudhishthira le combattra. Duryodhana sort du lac. Il répète qu’il veut combattre les Pândava l’un après l’autre. Il serait contraire aux règles du combat d’agir autrement. Yudhishthira lui rappelle la mort d’Abhimanyu. Il lui permet de prendre une cuirasse et de choisir son opposant. S’il le tue, il restera roi. Duryodhana est prêt à combattre celui qui osera l’affronter.

9.32. Krishna reproche à Yudhishthira sa folie. Il a encore fait un pari stupide. Comment a-t-il pu dire : Combats, en choisissant ton arme : si tu tues l’un d’entre nous, tu resteras roi !». Par désir de tuer Bhîma, Duryodhana s’est entraîné pendant treize ans à la massue sur une statue de fer. Seul Bhîma serait capable de l’affronter, mais il n’est pas aussi expérimenté à la massue. Entre la force et l’expérience, l’expérience prévaut. Aucun des Pândava ne peut vaincre Duryodhana à la massue dans un combat loyal. Bhîma se fait fort de vaincre Duryodhana. Krishna félicite Bhîma. Il lui rappelle ses exploits durant la bataille, mais lui conseille néanmoins la prudence. Bhîma annonce qu’aujourd’hui même, il se vengera des affronts de Duryodhana. Bhîma et Duryodhana s’avancent au combat. Bhîma rappelle à Duryodhana ses méfaits. Duryodhana le défie au combat et le met en garde contre des agissements déloyaux.

9.33. Balarâma (le frère de Krishna) arrive. Il désire assister au combat de ses deux disciples. Salutations réciproques. Tout le monde s’installe pour assister au combat.

9.34. Après l’ambassade manquée de Krishna auprès de Dhritarâshtra, Balarâma, (le frère de Krishna) lui avait demandé de prêter assistance aux Kaurava. Devant le refus de Krishna, Balarâma est parti en pèlerinage à la Sarasvatî. Préparatifs de départ. Visite des lieux saints en cours de route. Distributions aux brâhmanes. Prabhâsa. Histoire de Soma. Soma, maudit, y a été guéri de la phtisie. Daksha avait donné ses vingt-sept filles en mariage à Soma. Soma se consacre exclusivement à Rohinî. Ses autres femmes sont jalouses. Daksha demande à Soma de se comporter équitablement envers toutes. Mais Soma continue comme avant. Daksha le maudit et lui inflige la phtisie. Soma dépérit. En conséquence les plantes à feuilles caduques dépérissent, et les êtres vivants. Les dieux s’enquièrent de la cause. Ils demandent à Daksha de retirer sa malédiction. Si Soma traite toutes ses femmes équitablement et s’il se baigne à Prabhâsa (embouchure de la Sarasvatî), il croîtra pendant quinze jours, et dépérira pendant quinze jours. A chaque nouvelle lune, Soma se baigne à Prabhâsa et retrouve son éclat. Camasobheda. Udapâna la Sarasvatî devient souterraine.

9.35. Histoire de Trita. Dans un yuga précédent, trois frères, Ekata, Dvita et Trita, se livrent à l’ascèse. Les rois sacrifiants s’adressent à Trita, le meilleur des trois frères, après la mort de leur père Gautama. Les trois frères célèbrent un sacrifice et reçoivent beaucoup de bétail. Au retour, Trita tombe dans un trou. Ses frères, jaloux, l’abandonnent. Trita se demande comment il pourra, dans ce trou, célébrer le sacrifice et boire le soma. En voyant une liane, il imagine la présence d’eau et célèbre son sacrifice mentalement. Les dieux descendent pour recevoir leur part de soma. Ils accordent un voeu à Trita. Trita demande que ceux qui se baigneront dans ce trou soient purifiés. La Sarasvatî emplit le trou et le délivre ainsi. Trita retourne chez lui, maudit ses frères et les transforme en loups.

9.36. Vinashana, la Sarasvatî disparaît. Subhûmika, fréquenté par les apsaras, sur les rives de la Sarasvatî. Tîrtha des Gandharva. Gargasrota, Garga a obtenu la connaissance du temps. Shankha, sur les rives de la Sarasvatî, se trouve l’arbre Mahâshanka habité par des êtres célestes. Lac Dvaita. Nâgadhanvan, demeure de Vâsuki. Endroit la Sarasvatî tourne vers l’est. A l’âge krita, un grand sacrifice de douze années avait été célébré dans la forêt Naimisha. Nombreux étaient les ascètes qui s’étaient déplacés. La Sarasvatî détourne son cours pour leur donner des plans d’eau célébrer leurs rites. Saptasârasvata l’ermite Mankanaka a effectué ses austérités.

9.37. La Sarasvatî est septuple. Invoquée, elle est apparue à sept reprises, sous sept noms différents, au cours de sacrifices offerts par des dieux, des ascètes ou des rois. Énumération de ses apparitions. Histoire de Mankanaka. Tandis qu’il procède à ses ablutions, une femme se baigne, nue, dans la rivière. Son sperme s’échappe et il le recueille dans un pot. Ce sperme se divise en sept parties dont naissent sept Anciens d’ procèdent les quarante-neuf Marut. Un jour Mankanaka se perce la main avec une herbe kusha. De la sève sort de la blessure, au lieu de sang. Fou de joie, il se met à danser. Shiva lui demande pourquoi il danse. Mankanaka lui explique qu’il danse parce que de la sève est sortie de sa blessure. Shiva fait sortir de la cendre de son propre pouce. Mankanaka le reconnaît et l’adore. Shiva augmente son ascétisme et habite avec lui à Saptasârasvata. D’ l’excellence de ce lieu saint.

9.38. Aushanasa ou Kapâlamocana. Histoire de Mahodara. Râma, le fils de Dasharatha, coupe la tête d’un râkshasa. Cette tête tombe sur la cuisse de Mahodara et y reste fixée. L’ermite se baigne, sans succès, dans tous les lieux saints pour s’en libérer. Il entend parler d’Aushanasa et s’y baigne. Il est libéré de la tête du râkshasa qui se fond dans l’eau. Ermitage de Rushangu, Ârshtishena s’est livré à de grandes austérités et Vishvâmitra est devenu brâhmane. Histoire de Rushangu. C’est un vieil ascète. Il demande à ses fils de le transporter à un endroit l’eau est abondante. Il se baigne dans la Sarasvatî et dit à ses fils : Celui qui quittera son corps dans la Sarasvatî en récitant des hymnes sacrés, ne subira plus la mort.».

9.39. Histoire de Ârshtishena. A l’âge krita un brâhmane, Ârshtishena, malgré un long séjour chez son maître, n’arrivait pas à acquérir la connaissance des veda. Il pratique de farouches austérités en ce lieu saint, et acquiert ainsi la maîtrise du veda. Il donne trois dons à ce lieu sacré, puis monte au ciel. Plusieurs y obtiennent l’état de brâhmane. Histoire de Vishvâmitra. Fils de Gâdhi, son père l’installe sur le trône. Il n’arrive pas à protéger ses sujets. En poursuivant des râkshasa, il endommage l’ermitage de Vasishtha. Vasishtha ordonne à sa vache de créer des attaquants terribles (savara). Les soldats de Vishvâmitra fuient. Vishvâmitra se livre à de terribles austérités. Brahmâ lui accorde de devenir brâhmane.

9.40. Ermitage de Dâlbya Baka. Histoire de Dâlbya Baka. Après avoir distribué le bétail qu’il a reçu en offrande, Dâlbya Baka demande une aumône en bétail à Dhritarâshtra. Celui-ci, en colère parce que son bétail mourait sans cause apparente, lui offre des animaux morts. Dâlbya Baka, furieux, fait au bord de la Sarasvatî un sacrifice avec la chair des animaux morts, pour la destruction du royaume de Dhritarâshtra. Le royaume perd sa prospérité. Ses conseillers expliquent à Dhritarâshtra pourquoi son royaume périclite. Le roi se jette aux pieds de Dâlbya et demande son pardon. Dâlbya Baka libère le royaume. Brihaspati avait fait de même, au même endroit, pour la destruction des asura. Yâyâta, Yayâti a sacrifié, faisant des aumônes à profusion. Vasishtâpavâha, le courant est rapide.

9.41. L’ermitage de Vishvâmitra se trouve en face de celui de Vasishtha, sur la rive opposée de la Sarasvatî. Vishvâmitra, jaloux de Vasishtha, décide de faire amener celui-ci jusqu’à lui par les eaux de la rivière, pour le tuer. Il invoque la Sarasvatî, qui se présente à lui, et il lui demande d’emporter Vasishtha jusqu’à lui, afin qu’il puisse le tuer. Sarasvatî informe Vasishtha des intentions de Vishvâmitra. Elle tremble d’être maudite par l’un des deux ascètes. Vasishtha lui demande de l’emporter dans son courant. Elle lui obéit et l’emporte vers l’ermitage de Vishvâmitra. Vasishtha loue Sarasvatî. Vishvâmitra se prépare à tuer Vasishtha, mais Sarasvatî l’emporte de nouveau sur l’autre rive. Elle a ainsi obéi aux deux. Vishvâmitra la maudit, et ses flots se chargent de sang pour une année entière.

9.42. Des râkshasa s’installent sur ses bords pour boire le sang. Des ermites arrivent à cet endroit, et voient les eaux chargées de sang et les râkshasa qui font bombance. Ils interrogent la Sarasvatî, qui leur raconte ce qui s’est passé. Ils invoquent Shiva et, par leurs austérités, purifient les eaux de la rivière. Les râkshasa se plaignent d’être ainsi affamés. Les ermites leur donnent comme part la nourriture souillée, que, désormais, les hommes devront s’abstenir de manger. Ils demandent à la Sarasvatî de former un nouveau bras, du nom d’Aruna, pour que les râkshasa puissent s’y purifier et monter au ciel. Indra vient s’y purifier de son péché. Histoire de Namuci. L’asura Namuci était entré dans un rayon de soleil, par peur d’Indra. Indra fait un pacte avec lui, lui promettant de ne pas le tuer avec quelque chose qui soit mouillé, ou avec quelque chose qui soit sec. Il suscite un brouillard, et coupe la tête de Namuci avec l’écume. La tête de Namuci le poursuit et lui reproche sans cesse sa conduite. Sur les conseils de Brahmâ, il se baigne dans Aruna après avoir offert de nombreux sacrifices. Il est ainsi libéré du péché d’avoir tué un brâhmane. La tête de Namuci tombe également dans Aruna, et il obtient les mondes célestes. Tîrtha de Soma. C’est que Soma a offert son sacrifice royal sous la conduite d’Atri. Après ce sacrifice, une grande bataille eut lieu entre les dieux et les démons. C’est que Skanda a été nommé commandant en chef de l’armée des dieux. Il y a un gigantesque figuier réside Skanda.

9.43. Histoire de Skanda. Autrefois la semence de Shiva était tombée dans un feu. Mais Agni ne pouvait supporter l’énergie de cette semence. Sur les conseils de Brahmâ, il la jette dans la Gangâ. Gangâ, incapable à son tour de supporter son énergie, la dépose sur le mont Himavant, sur une touffe de roseaux. Le fils d’Agni grandit . Les six Krittikâ l’adoptent. Skanda prend six bouches pour téter. Il grandit, dans l’admiration générale. Un jour il voit Shiva entouré de créatures horribles. Description de ces créatures. Il va voir de plus près. Shiva, Pârvatî, Gangâ et Agni se demande qui il va saluer en premier. Skanda se multiplie en quatre et les salue en même temps. Les quatre formes de Skanda. Émerveillés, les dieux demandent à Brahmâ d’accorder un don à cet enfant. Brahmâ lui donne le statut de commandant en chef sur toutes les créatures. Les dieux, avec Skanda, se rendent sur les bords de la Sarasvatî.

9.44. Investiture de Skanda. Liste des présents. Cérémonie d’investiture. Chaque dieu donne des compagnons à Skanda et de nombreux combattants. Description des compagnons de Skanda.

9.45. Liste des mères qui suivent Skanda. Leur description. Don des différents dieux. Skanda promet aux dieux de détruire leurs ennemis. Skanda se lance contre les asura. Il tue Taraka et les autres chefs des asura. Skanda massacre les démons. Bali se réfugie sur la montagne Kraunca. Skanda perce la montagne. Victoire totale de Skanda. Réjouissances des dieux. Taijasa, Varuna a été installé par les dieux.

9.46. Les dieux nomment Varuna Seigneur des Eaux. Varuna veille sur les océans, les rivières, les lacs. Agnitîrtha, le feu s’est caché dans le bois de l’acacia. Maudit par Bhrigu, Agni se cache dans un acacia. Les dieux le cherchent et finissent par le trouver. Agni est devenu, suite à la malédiction de Bhrigu, un "mangeur de n’importe quoi". Brahmayoni, Brahmâ a procédé à la création et s’est baigné. Kaubera, , après une longue ascèse, Kubera a obtenu d’être le maître des richesses. Badarapâcana, l’on trouve des fruits et des fleurs en toutes saisons.

9.47. Histoire de Srucâvatî. , Srucâvatî, la fille de Bharadvâja, s’était livrée à des austérités afin d’obtenir Indra pour époux. Indra, satisfait de son ascèse, prend la forme de Vasishtha pour lui rendre visite. Srucâvatî lui offre l’hospitalité, mais refuse de lui donner sa main, qu’elle réserve à Indra. Indra la félicite de son ascèse, et lui demande de faire bouillir cinq jujubes. Elle essaye en vain, mais les jujubes ne veulent pas bouillir. En manque de bois, elle brûle ses propres pieds. Indra alors se révèle à elle. Il l’emmène pour vivre au ciel avec lui. Depuis, cet endroit est béni. Indra raconte à Srucâvatî l’histoire d’Arundhatî. Histoire d’Arundhatî. Les sept Grand Anciens y avaient laissé Arundhatî pour aller cueillir des fruits dans l’Himavant à cause d’une grande famine, et ils y étaient restés douze ans. Arundhatî, pendant ce temps, se livrait à des austérités. Shiva se présente à elle sous la forme d’un brâhmane et lui demande de cuire des jujubes. Il s’entretient avec elle tandis que les jujubes cuisent et les douze années passent comme un jour, elle occupée à cuire les jujubes et à l’écouter, sans manger. Les Grands Anciens reviennent après la sécheresse. Shiva reprend sa forme et complimente Arundhatî pour ses austérités. Elle a passé douze années à cuire, sans manger. Il lui accorde un voeu : elle demande que ce lieu devienne un lieu saint renommé. Indra, en l’honneur de Srucâvatî, renforce encore les mérites de ce lieu saint. Indra retourne au ciel, Srucâvatî abandonne son corps et devient son épouse. Histoire de Srucâvatî (suite). Srucâvatî est née dans une coupe de feuilles l’ermite Bharadvâja avait recueilli sa semence émise à la vue de la nymphe Ghritâcî.

9.48. Tîrtha de Shakra. C’est qu’Indra a offert cent sacrifices sous la conduite de Brihaspati. C’est depuis qu’on l’appelle Shatakratu. Tîrtha de Râma. Après avoir débarrassé la terre de tous les kshatriya, Râma a offert à cet endroit un sacrifice vâjapeya et cent sacrifices du cheval, sous la conduite de Kashyapa et a offert de riches honoraires aux brâhmanes. Yamunâ, Varuna a offert un sacrifice royal. Au début de ce sacrifice, une bataille avait eu lieu entre les dieux et les démons, à la fin une bataille entre les kshatriya. Tîrtha d’Âditya le soleil a obtenu la souveraineté sur tous les astres. Les dieux y résident en permanence et Vishnu y a fait ses ablutions.

9.49. Histoire de Asita Devala. C’est dans ce lieu qu’habitait l’ascète Asita Devala, parfaitement accompli dans les rites domestiques. Jaigîshavya, un yogin méritant, lui rend visite et habite avec lui. Asita Devala le révère et le sert. Mais il s’étonne que l’autre ne lui adresse jamais la parole. Asita Devala se rend aux bords de l’océan et y trouve Jaigîshavya, arrivé avant lui. Il s’en étonne, fait ses ablutions et rentre dans son ermitage. Il y trouve Jaigîshavya qui l’attend. Il décide de le surveiller. Il monte donc dans le ciel, et voit Jaigîshavya se rendre successivement dans toutes les régions des dieux et dans celles sont célébrés les différents sacrifices, puis disparaître dans les mondes de Brahmâ Asita Devala ne peut le suivre. Asita Devala revient alors à son ermitage il trouve Jaigîshavya. Convaincu de ses pouvoirs, il lui demande humblement de lui enseigner la voie du Yoga. Asita Devala devient yogin. Toutes les créatures pleurent : Qui nous donnera à manger maintenant ?». Asita Devala renonce. Toutes les plantes pleurent alors : Asita Devala va de nouveau nous cueillir !». Asita Devala réfléchit, et opte finalement pour le Yoga. Il y excelle bientôt.

9.50. Tîrtha de Soma, , après que le soleil eut célébré son sacrifice royal, une grande bataille eut lieu avec le démon Taraka. Tîrtha de Sârasvant. Histoire de Dadhîca. Dadhîca est le fils de Bhrigu : il est très grand et exceptionnellement fort. C’est un ascète dont les austérités inquiètent Indra. Indra lui envoie la nymphe Alambusâ. La semence de l’ermite tombe dans la Sarasvatî qui la garde précieusement. A sa naissance, Sarasvatî donne l’enfant (Sârasvant) à Dadhîca. Dadhîca fait l’éloge de la Sarasvatî. Indra, à la recherche d’armes pour vaincre les asura, demande ses os à Dadhîca, qui les lui donne aussitôt. Avec ces os, Indra construit maintes armes et son foudre et obtint la victoire sur les démons. Histoire de Sârasvant. Longtemps après survint une famine de douze années. Les ermites vont ailleurs chercher leur nourriture. Sârasvant veut en faire autant, mais la Sarasvatî promet de subvenir à ses besoins. Sârasvant reste et continue à sacrifier. Après les douze années de famine, les ermites, le ventre vide, ont oublié le veda. Ils demandent à Sârasvant de les enseigner et deviennent ses disciples, bien qu’il soit jeune. Tîrtha anonyme.

9.51. Histoire de la vieille fille. L’ascète Kunigarga se crée une fille par ses pouvoirs ascétiques, puis monte au ciel. Sa fille pratique de sévères austérités, et ne veut pas se marier. Devenue vieille, elle se prépare à abandonner son corps. Nârada la prévient qu’elle ne peut atteindre des mondes heureux, car elle n’a pas été purifiée par les rites du mariage. Elle se rend à une assemblée d’ermites et propose la moitié de ses mérites contre un mariage. Le fils de Gâlava accepte de l’épouser et de passer une nuit avec elle. Pour cette nuit, elle redevient jeune et extrêmement belle. Puis, elle monte au ciel après avoir béni l’endroit. Le fils de Gâlava, inconsolable, abandonne son corps et la rejoint au ciel. Balarâma apprend l’issue de la bataille du Kurukshetra. Samantapancaka.

9.52. Samantapancaka, l’éternel autel de Brahmâ situé au nord, est appelé Kurukshetra. Histoire du Kurukshetra. Kuru laboure avec persévérance et Indra lui en demande la raison. Kuru répond que c’est afin que ceux qui mourront sur ce sol puissent aller au ciel. Indra se moque de lui, mais Kuru continue à labourer. Indra relate aux dieux les agissements de Kuru, et ceux-ci sont inquiets : si les hommes montent au ciel seulement en mourant , les sacrifices cesseront !. Indra promet à Kuru que les hommes qui mourront après un jeûne prolongé, ou au cours d’une bataille, iront au ciel, et Brahmâ approuve. Kuru est satisfait et cet endroit devient particulièrement sacré. Liste des "bonus" attachés à cette terre.

9.53. L’ermitage. Balarâma arrive à un ermitage. Histoire de cet ermitage. Vishnu y a pratiqué des austérités. Une brâhmane la fille de Shândilya, ayant fait voeu de célibat, y a gagné le ciel. Balarâma entreprend l’ascension de l’Himavant. Plakshaprasravana. Kârapacana. Ermitage d’Indra et d’Agni sur la Yamunâ. Arrivée de Nârada. Nârada raconte l’extermination des Kaurava. Il lui annonce le combat imminent entre Bhîma et Duryodhana. Balarâma fait l’éloge de la Sarasvatî et se rend sur le lieu du combat.


Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2017
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique
Le Mahâbhârata









  • Livre VIII : 73

  • Livre IX : 74757677

  • Livre X : 7879



  • Livre XIII : 8990

  • Livre XIV : 9192


  • Livre XVI : 96

  • Livre XVII : 97

  • Livre XVIII : 98

 

Analyse de texte

Outils personnels