Le Livre de l'attaque nocturne (paragraphe 78)

De Elkodico.

Le Mahâbhârata

I Le Livre des commencements • II Le Livre de l'assemblée • III Le Livre de la forêt • IV Le Livre de Virata • V Le Livre des préparatifs • VI Le Livre de Bhîsma • VII Le Livre de Drona • VIII Le Livre de Karna • IX Le Livre de Shalya • X Le Livre de l'attaque nocturne • XI Le Livre des femmes • XII Le Livre de l'apaisement • XIII Le Livre de l'enseignement • XIV Le Livre du sacrifice royal • XV Le Livre du séjour en forêt • XVI Le Livre des pilons • XVII Le Livre du grand départ • XVIII Le Livre de la montée au ciel

 
Le Livre de l'attaque nocturne (paragraphe 78)

7879

 

L’attaque nocturne

10.1. Les trois guerriers (Ashvatthâman, Kripa et Kritavarman) partent de nuit et se cachent dans une forêt proche du campement des Kaurava. Description de la forêt la nuit. Fatigués et blessés ils se couchent à même le sol. Ashvatthâman ne peut pas dormir. Il voit de nombreux corbeaux endormis dans un arbre. Une chouette s’approche et en tue un grand nombre pendant leur sommeil. Ashvatthâman réfléchit : s’il en faisait autant ?. Il a juré de tuer les Pâncâla, mais les affronter de jour serait sa fin. Les tuer de nuit pendant qu’ils dorment est contraire aux règles du combat, mais les Pândava n’ont pas toujours respecté ces règles. Sa décision est prise. Il réveille Kripa et Kritavarman et leur expose son projet. Ceux-ci ne sont pas d’accord. Ashvatthâman plaide sa cause.

10.2. Kripa expose que les hommes sont gouvernés par deux forces : le destin et l’action. Le succès dépend de ces deux forces. L’action est nécessaire, mais son résultat dépend du destin. Il est bon de demander le conseil des anciens avant d’agir. Duryodhana a refusé les conseils qui lui étaient donnés : d’ son malheur. Kripa pense qu’il faudrait, avant de se lancer dans une telle action, demander conseil à Dhritarâshtra et Gândhârî.

10.3. Ashvatthâman répond que la compréhension des choses est fortement subjective, et dépend de l’âge et des circonstances. Mais chacun est fier de sa compréhension des choses, qui le pousse à agir. De plus, chaque caste a ses propres objectifs. Il est devenu kshatriya, et doit donc être fidèle à son roi. Il profitera donc du sommeil des Pâncâla, rendus confiants par la victoire, pour les détruire. Ainsi, il sera fidèle à Duryodhana.

10.4. Kripa comprend son désir de vengeance. Il l’accompagnera volontiers le lendemain, en armes, pour combattre l’ennemi. Quand ils seront bien reposés, à eux trois, qui pourrait les vaincre ?. Ashvatthâman est assez fort pour défaire l’armée des Pâncâla au combat. Il convient donc maintenant de dormir. Ashvatthâman rétorque qu’il ne peut dormir. La pensée du traitement infligé à son père et à son roi l’en empêche. Il doit tuer Dhrishtadyumna. Sa colère ne peut être contenue. Il dormira après le massacre des Pâncâla.

10.5. Kripa montre à Ashvatthâman qu’il faut savoir écouter les conseils de ceux qui vous veulent du bien et sont sages. Le massacre de personnes endormies n’est pas approuvé. Ashvatthâman est d’accord sur le principe. Mais les Pândava ont été les premiers à enfreindre les règles du combat. Sa résolution de les tuer pendant leur sommeil est donc bien arrêtée, et peu importent les conséquences. Ashvatthâman attelle son char. Il répète sa résolution de tuer les Pâncâla pendant leur sommeil et se met en route. Kripa et Kritavarman le suivent. Ashvatthâman s’arrête devant l’entrée du campement des Pâncâla.

10.6. Un être monstrueux garde la porte du campement. Ashvatthâman essaie en vain de le vaincre, il déjoue toutes ses armes. Ashvatthâman voit le ciel empli d’images de Krishna. Ashvatthâman se souvient des paroles de Kripa. L’être qu’il vient d’affronter est sans aucun doute le résultat de sa décision peccamineuse. Ashvatthâman demande la protection de Shiva.

10.7. Louanges à Shiva. Un autel d’or apparaît devant Ashvatthâman. Sur cet autel, un brasier brillant. Et toutes sortes d’êtres difformes et inquiétants apparaissent. Ashvatthâman n’éprouve cependant aucune crainte et s’offre lui-même comme victime sacrificielle à Shiva. Prière d’Ashvatthâman. Ashvatthâman entre dans le brasier. Shiva apparaît. Il a jusqu’ici protégé les Pâncâla par amour pour Vishnu. Mais leur temps est arrivé à son terme. Shiva pénètre le corps d’Ashvatthâman.

10.8. Ashvatthâman exhorte Kripa et Kritavarman à l’aider et pénètre dans le campement. Les Pâncâla, fatigués, dorment. Ashvatthâman entre dans la tente de Dhrishtadyumna et le réveille brutalement. Tandis que Dhrishtadyumna se lève, Ashvatthâman le saisit par les cheveux, le jette à terre, et le frappe à coup de pieds. En l’injuriant, Ashvatthâman tue Dhrishtadyumna à coup de talons. Ses femmes et ses gardes, l’entendant crier, se précipitent. Ashvatthâman remonte sur son char. Les femmes de Dhrishtadyumna crient et donnent l’alerte. Les guerriers poursuivent Ashvatthâman et sont tués par lui. Ashvatthâman tue Uttamaujas, puis Yudhâmanyu. Il tue un grand nombre de guerriers. Les fils de Draupadî l’attaquent, ainsi que Shikhandin. Ashvatthâman tue Prativindhya, Sutasoma, Shatânîka, Shrutakarman, Shrutakîrtin et Shikhandin. Il tue un grand nombre de Pâncâla. Ils voient une apparition sinistre, la Nuit de la Mort, qui accompagne Ashvatthâman. Cette apparition hantait leurs cauchemars depuis le début de la bataille. Ashvatthâman fait un carnage de guerriers à peine réveillés, qui meurent sans comprendre. Ashvatthâman monte sur son char et continue le carnage à l’aide de son arc. Panique générale. Ceux qui cherchent à fuir sont tués par Kripa et Kritavarman à la porte du campement. Kripa et Kritavarman mettent le feu au campement. Ashvatthâman continue son carnage. Les râkshasa accourent pour participer au festin. Ashvatthâman, apaisé, sort du campement et rencontre Kripa et Kritavarman qui lui relatent ce qu’ils ont fait de leur côté. Ils se congratulent. Ils vont trouver Duryodhana pour lui raconter le massacre.

10.9. Ils arrivent auprès de Duryodhana qui est toujours en train d’agoniser. Ils entourent le roi. Leurs lamentations. Pourquoi ne sont-ils pas morts eux-mêmes ?. Que deviendront-ils ?. Ashvatthâman raconte le massacre nocturne. Duryodhana s’en réjouit. Mort de Duryodhana.


Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2017
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique
Le Mahâbhârata









  • Livre VIII : 73


  • Livre X : 7879



  • Livre XIII : 8990

  • Livre XIV : 9192


  • Livre XVI : 96

  • Livre XVII : 97

  • Livre XVIII : 98

 

Analyse de texte

Outils personnels