Le livre de la forêt (paragraphe 33)

De Elkodico.

Le Mahâbhârata

I Le Livre des commencements • II Le Livre de l'assemblée • III Le Livre de la forêt • IV Le Livre de Virata • V Le Livre des préparatifs • VI Le Livre de Bhîsma • VII Le Livre de Drona • VIII Le Livre de Karna • IX Le Livre de Shalya • X Le Livre de l'attaque nocturne • XI Le Livre des femmes • XII Le Livre de l'apaisement • XIII Le Livre de l'enseignement • XIV Le Livre du sacrifice royal • XV Le Livre du séjour en forêt • XVI Le Livre des pilons • XVII Le Livre du grand départ • XVIII Le Livre de la montée au ciel

 
Le livre de la forêt

2930313233343536
3738394041424344

 

Le pèlerinage

3.80. Arrivée de Nârada. Yudhishthira l’interroge sur les mérites acquis par la visite des lieux saints. Nârada raconte l’Entretien de Bhîshma et de Pulatsya. Bhîshma se livre à des austérités sur les bords de la Gangâ. Le rishi Pulatsya vient lui rendre visite. Bhîshma se réjouit et lui demande quels sont les mérites attachés à un pèlerinage aux lieux saints ? Pulatsya lui répond : la visite aux lieux saints surpasse le sacrifice. Il lui donne un itinéraire complet de voyage, avec l’histoire des lieux saints et la conduite à tenir en chaque endroit.

3.81. Suite de l’itinéraire.

3.82. Suite de l’itinéraire.

3.83. Suite de l’itinéraire. Pulatsya engage Bhîshma à entreprendre ce pèlerinage, ce qu’il fait sur le champ. De même Yudhishthira aurait grand intérêt à entreprendre un tel pèlerinage. Lomasha lui servira de guide.

3.84. Yudhishthira explique à Dhaumya pourquoi il a envoyé Arjuna chercher des armes divines : elles seront nécessaires contre Drona et Karna. Il demande à Dhaumya de lui indiquer un autre endroit ils pourraient séjourner.

3.85. Dhaumya se lance dans une description des lieux saints à l’est.

3.86. Puis des lieux saints au sud.

3.87. Puis des lieux saints à l’ouest.

3.88. Enfin des lieux saints au nord.

3.89. Arrivée de Lomasha. Il raconte qu’Arjuna, qu’il a vu assis sur le trône d’Indra, a acquis l’arme «Tête de Brahmâ» et qu’Indra les engage à visiter les lieux saints.

3.90. Arjuna également les engage à ce pèlerinage. Lomasha est prêt à les accompagner. Yudhishthira renvoie à Hâstinapura les brâhmanes qui les avaient accompagné.

3.91. Les ermites de la forêt demandent à Yudhishthira de pouvoir l’accompagner dans son pèlerinage. Visite de Vyâsa et de Nârada. Départ pour le pèlerinage.

3.92. Yudhishthira demande à Lomasha pourquoi ses ennemis sans vertu prospèrent. Lomasha lui montre que cette prospérité ne peut durer : les asura ont été vaincus par les dieux. Les dieux ont fréquenté les lieux saints, et cela a été à l’origine de leur victoire finale.

3.93. Début du pèlerinage. Forêt Naimisha, rivière Gomatî, Prayâga, Gayâ. Lomasha raconte le sacrifice de Gaya.

3.94. Suite du pèlerinage. Durjaya. Lomasha raconte l’Histoire d’Agastya. L’asura Ilvala a le pouvoir de ressusciter les morts : il transforme son jeune frère Vâtâpi en chèvre, le donne à manger à des brâhmanes, puis le rappelle à la vie, au grand dam du brâhmane à qui il perce les flancs pour sortir. Agastya voit ses ancêtres suspendus la tête en bas dans une caverne. Ils lui réclament une descendance. Agastya ne trouve pas de femme digne de lui donner un enfant : il en fabrique alors une, en recueillant ce qui est le plus parfait chez différentes créatures, puis la confie au roi de Vidarbha en désir d’enfant. On l’appelle Lopâmudrâ : elle grandit en beauté à la cour du roi. Son père ne trouve pas à la marier.

3.95. Agastya la réclame pour femme. Il l’épouse, et part avec elle dans la forêt mener une vie d’austérités, et elle s’y adapte parfaitement. Mais quand il veut avoir un enfant d’elle, elle demande que cela se fasse sur un lit confortable comme celui qu’elle avait autrefois et que, pour l’occasion, elle ait des bijoux précieux et qu’il porte guirlandes et ornements.

3.96. Agastya va trouver successivement trois rois, pour leur demander une part de richesse : mais, après avoir examiné leurs comptes, il trouve les dépenses égales aux recettes et juge que s’il prend quelque chose, ce serait au détriment du peuple. On lui conseille d’aller trouver Ilvala qui est très riche.

3.97. Agastya va trouver Ilvala. Ilvala lui donne à manger son jeune frère. Agastya le digère, et Ilvala ne peut le faire revenir à la vie. Agastya réclame une part de richesse. Ilvala la donnera si Agastya devine ce qu’il a l’intention de donner. C’est bien sûr jeu d’enfant pour Agastya, qui repart avec tout ce qu’il lui faut. Il propose à Lopâmudrâ d’enfanter, soit mille fils, soit cent qui en valent dix chacun, soit dix qui en valent cent chacun, soit un qui en vaut mille. Elle choisit un seul fils. Et, après sept années, naît Dridhasyu.

3.98. Au début des temps, les Kâleya conduits par Vritra attaquent les dieux. Ceux-ci vont demander l’aide de Brahmâ : qu’Indra se fasse un foudre avec les os de l’ascète Dadhîca. Les dieux vont trouver Dadhîca qui leur donne ses os de bon coeur. Tvastri fabrique le foudre.

3.99. Combat entre les Kâleya et les dieux. Indra reçoit la force de Vishnu et des autres dieux. Il tue Vritra. Les démons fuient dans l’océan. Ils décident de s’attaquer aux ascètes.

3.100. Les démons sortent de l’océan toutes les nuits pour tuer les ermites et les brâhmanes. Les sacrifices ne sont plus assurés et les dieux dépérissent. Ils vont trouver Vishnu et lui demandent sa protection.

3.101. Vishnu leur conseille de détruire l’océan, les Kâleya trouvent refuge. Les dieux vont trouver Agastya. Rappel des hauts faits d’Agastya.

3.102. Comment Agastya a empêché le mont Vindhya de continuer à grandir. Les dieux demandent à Agastya de boire l’océan. Agastya se rend avec eux au bord de l’océan.

3.103. Agastya boit l’océan et le met à sec. Les dieux exterminent les Kâleya, puis demandent à Agastya de restituer l’océan. Agastya répond qu’il l’a déjà digéré : qu’ils trouvent un autre moyen de le remplir. Les dieux vont trouver Brahmâ.

3.104. Histoire de Bhagîratha et de la descente de la Gangâ. Le roi Sagara se livre à des austérités pour obtenir un fils. Shiva, satisfait, accorde soixante mille fils à une des épouses de Sagara, qui devront périr tous ensemble, et un fils à l’autre épouse, qui continuera la dynastie. Shaibyâ, une des épouses, donne naissance à un fils, Vaidharbhî, l’autre à un potiron. Une voix céleste lui dit de placer chaque graine dans un pot rempli de beurre clarifié.

3.105. Des graines du potiron naissent les soixante mille fils annoncés, cruels et orgueilleux. Sagara entreprend un sacrifice du cheval. Le cheval, gardé par les fils de Sagara, disparaît dans l’océan à sec, volé peut-être. Sagara demande à ses fils de fouiller toute la terre pour retrouver le cheval. Ils reviennent bredouille. Leur père les renvoie : qu’ils ne reviennent pas sans le cheval. Ils trouvent une crevasse dans le fond de l’océan, creusent jusqu’aux mondes inférieurs et voient le cheval à côté de l’ermite Kapila.

3.106. Ils se précipitent pour récupérer le cheval, sans saluer l’ermite. Kapila les réduit en cendres d’un seul regard. Sagara envoie Amshumat, le fils de son fils Asamanjas qu’il avait banni pour sa mauvaise conduite, chercher le cheval. Amshumat trouve le cheval et Kapila : il honore l’ermite et lui dit ce qu’il est venu chercher. Kapila, satisfait lui donne le cheval. Sagara termine son sacrifice du cheval, règne longtemps. Amshumat lui succède, puis son fils Dilîpa, puis son fils Bhagîratha.

3.107. Bhagîratha, pour le repos de ses ancêtres, entreprend des austérités terribles sur le mont Himâlaya. Gangâ, la rivière céleste, lui apparaît et il lui demande de laver les cendres de ses ancêtres, les fils de Sagara, afin qu’ils puissent parvenir au ciel. Mais Gangâ sait que la terre ne pourrait supporter sa chute depuis le ciel : qu’il demande à Shiva d’amortir la chute. Bhagîratha continue ses austérités sur le mont Kailâsa, et Shiva lui apparaît.

3.108. Shiva accepte de recevoir Gangâ sur sa tête. Ils vont ensemble au mont Himâlaya, Bhagîratha invoque Gangâ, et la rivière divine plonge du ciel sur la tête de Shiva et se divise en trois. Elle demande à Bhagîratha elle doit aller, et celui-ci la conduit jusqu’à l’océan sont les cendres des fils de Sagara. Gangâ remplit à nouveau l’océan.

3.109. Suite du pèlerinage des Pândava. Mont Hemakûta. Lomasha raconte l’Histoire de Rishabha. Cet ermite irascible, pour ne pas être dérangé, ordonne à la montagne et au vent de chasser quiconque parlerait. Ainsi, si quelqu’un parle, un orage se déclenche immédiatement et il se produit des chutes de pierres. Rivière Nandâ, que les dieux ont rendu inaccessible pour ne pas être dérangés. Rivière Kaushikî.

3.110. Ermitage Punya. Lomasha raconte l’Histoire de Rishyashringa. Durant son bain, un ascète farouche, Vibhândaka, aperçoit l’apsaras Urvashî, sa semence s’échappe : une gazelle la boit, à qui naîtra un fils muni d’une corne sur la tête, Rishyashringa. Le roi Lomapâda a offensé les brâhmanes, et Indra cesse de pleuvoir sur son royaume. On lui conseille de faire venir l’ermite Rishyashringa pour amadouer Indra. Le roi envoie des courtisanes séduire le jeune ascète qui n’a jamais vu de femmes.

3.111. Elles construisent un ermitage flottant et s’approchent de l’ermitage de Rishyashringa. La fille du roi, Shantâ, va trouver Rishyashringa : il la prend pour un jeune novice. Elle lui offre des mets précieux, joue à la balle, l’embrasse et s’en va. Vibhândaka rentre à l’ermitage et constate le désarroi de son fils.

3.112. Rishyashringa raconte la visite du jeune novice et demande à son père s’il peut partir le rejoindre.

3.113. Vibhândaka met son fils en garde contre les démons qui rôdent, et repart cueillir des fruits. La fille du roi revient, Rishyashringa la suit dans son ermitage flottant et ils vont chez Lomapâda. Indra pleut et Rishyashringa épouse Shantâ, la fille du roi. Vibhândaka rentre à l’ermitage, comprend ce qui s’est passé, et part pour la ville : mais le roi avait prévu la colère de l’ermite et parsemé sa route de troupeaux abondants et de bergers qui devaient lui dire que tout appartenait à son fils Rishyashringa. Ainsi est fait, l’ermite se calme, il est accueilli dignement par le roi. Dés que son fils est , Rishyashringa retourne à son ermitage avec Shantâ.

3.114. Suite du pèlerinage. Rivière Vaitaranî. Mont Mahendra.

3.115. Yudhishthira passe la nuit à Mahendra. Il demande à Akritavrana si Râma doit venir. Akritavrana raconte l’Histoire de Râma. Le roi Gâdhi a une fille splendide, Satyavatî. Un brâhmane aux grands mérites, Ricîka, fils de Bhrigu, la demande en mariage. La dot est de mille chevaux blancs avec une oreille noire. Ricîka les demande à Varuna et épouse Satyavatî. Bhrigu vient les voir et leur offre un voeu : elle demande un fils pour elle même et un pour sa mère. Bhrigu leur accorde : sa mère devra embrasser un figuier sacré, elle un figuier ordinaire. Mais elles se trompent : ainsi naîtront un brâhmane qui se conduira comme un kshatriya (ce sera Râma) et un kshatriya qui se conduira comme un brâhmane (ce sera Vishvâmitra). Satyavatî obtient que ce ne soit pas son fils qui soit ainsi, mais son petit-fils. Elle donne naissance à Jamadagni.

3.116. Jamadagni épouse Renukâ et en a cinq fils, Râma le plus jeune. Un jour Renukâ voit le roi Citraratha se baigner avec ses femmes et a de mauvaises pensées. Jamadagni s’en aperçoit, et demande successivement à ses fils de tuer leur mère : les quatre premiers refusent, et sont maudits, Râma s’exécute et coupe avec sa hache la tête de sa mère. Jamadagni le félicite et lui offre un voeu : il choisit que sa mère revive, que son père oublie son offense et que ses frères soient libérés de leur malédiction. Un jour, le roi Kârtavîrya arrive et dévaste l’ermitage. Râma le combat et coupe ses mille bras. Par vengeance, les fils de Kârtavîrya tuent Jamadagni durant l’absence de Râma.

3.117. Râma pleure son père, et jure de tuer tous les kshatriya. Il tue tous les fils de Kârtavîrya, tous les guerriers qui les accompagnent, et vingt et une fois, vide la terre de ses kshatriya. A Samantapancaka, il remplit cinq lacs de leur sang. Ricîka le calme, et Râma donne la terre à Kashyapa, puis se retire au mont Mahendra. Râma rencontre Yudhishthira.

3.118. Suite du pèlerinage. Rivière Godavarî, Shûrpâraka, l’Océan, Prabhâsa. , Balarâma et Krishna viennent leur rendre visite.

3.119. Balarâma se lamente de la mauvaise fortune des Pândava et de la bonne fortune des Kaurava. Mais, en fin de compte, la victoire des Pândava est certaine.

3.120. Kritavarman propose de marcher immédiatement sur les Kaurava. Il les défera, et Abhimanyu régnera tandis que Yudhishthira et ses frères finiront d’accomplir leur exil. Krishna répond que Yudhishthira n’acceptera jamais un pays qu’il n’a pas conquis lui-même. Yudhishthira leur donne rendez-vous, quand le temps sera venu. Les Vrishni prennent congé. Suite du pèlerinage. Rivière Payoshnî.

3.121. Lomasha relate les sacrifices fameux qui ont été offerts sur la Payoshnî. Rivière Narmadâ.

3.122. Lomasha raconte l’Histoire de Sukanyâ. Cyavana, le fils de Bhrigu, se livre à des austérités terribles. Il reste sans bouger, à tel point que son corps est recouvert par une fourmilière. Le roi Sharyâti passe par avec sa fille Sukanyâ. Sukanyâ aperçoit deux yeux dans une fourmilière, et les crève d’une épine. Réaction immédiate de Cyavana, qui bloque les fonctions naturelles de l’armée de Sharyâti. On découvre ce qui s’est passé et on s’empresse autour de Cyavana. Celui-ci pardonne à condition de recevoir Sukanyâ pour épouse. Et Sukanyâ devient l’épouse heureuse d’un ermite austère.

3.123. Les Ashvin l’aperçoivent qui se baigne. Ils lui font la cour. Comment peux-tu appartenir à un vieillard ? Ils lui proposent de redonner jeunesse à son mari : elle pourra alors choisir entre eux trois. Cyavana accepte ce marché, entre dans l’eau, et en ressort jeune et beau comme les Ashvin. Mais Sukanyâ choisit son époux, qui, pour remercier les Ashvin, leur promet une part de soma du sacrifice.

3.124. En présence de Sharyâti, Cyavana offre un sacrifice, et réserve une part de soma pour les Ashvin. Indra l’en empêche : les Ashvin sont des médecins besogneux, ils n’en sont pas dignes. Cyavana donne quand même le soma aux Ashvin et Indra lance son foudre sur lui. Cyavana lui paralyse le bras et suscite un démon terrible, Mada, qui se précipite sur Indra.

3.125 Indra, terrifié, accorde le soma aux Ashvin. Cyavana se calme et libère Indra. Suite du pèlerinage. Forêt Saindhava, mont Arcîka, rivière Yamunâ.

3.126. Lomasha raconte l’Histoire de Mândhâtri. Le roi Yuvanâshva est sans descendance. Il se livre à des austérités terribles. Une nuit, il vient rendre visite au fils de Bhrigu : celui-ci dort. Yuvanâshva, assoiffé, boit l’eau d’une jarre posée sur l’autel. Au matin, le fils de Bhrigu demande qui a bu l’eau : elle était incantée pour la femme de Yuvanâshva, afin que celui-ci puisse avoir un fils. C’est donc Yuvanâshva qui portera ce fils. Au bout de cent ans, il naît, en perçant le flanc de son père. Indra lui fait sucer son doigt, et il grandit immédiatement. C’est le roi Mândhâtri, célèbre pour ses sacrifices.

3.127. Lomasha raconte l’Histoire de Jantu. Le roi Somaka avait cent femmes et un seul fils, Jantu, obtenu dans sa vieillesse. Jantu est pourri par ses cent mères. Une fourmi le pique et les cent femmes poussent des cris perçants, au grand effroi de Somaka. Il se plaint de n’avoir qu’un seul fils. Son prêtre lui propose un rite spécial : on sacrifiera Jantu, les femmes respireront la fumée du sacrifice et auront chacune un enfant.

3.128. Ainsi est fait, malgré les protestations des femmes. Après dix mois, naissent cent fils, Jantu l’aîné, de la même mère. Le prêtre meurt, et Somaka peu après. Il trouve son prêtre en enfer : c’est à cause du rite contraire à la loi qu’il a pratiqué. Somaka décide de rester avec lui en enfer. Ils retrouvent après les mondes qui leur reviennent.

3.129. Lomasha relate les nombreux sacrifices qui ont été célébrés en cet endroit. Suite du pèlerinage. Rivière Sarasvatî.

3.130. Prabhâsa, la rivière Vipâsâ, le Kashmir, la rivière Jalâ le roi Ushînara a été testé par Indra. Lomasha raconte l’Histoire du faucon et de la colombe. Indra sous la forme d’un faucon poursuit Agni sous la forme d’une colombe. La colombe vient se réfugier dans le giron d’Ushînara.

3.131. Le faucon la réclame : il a faim. Ushînara, partagé entre le devoir d’asile et le devoir d’hospitalité, offre des nourritures de remplacement au faucon, mais celui-ci est intraitable : il veut la colombe. Il finit par accepter l’équivalent du poids de la colombe en chair qu’Ushînara se découperait sur lui-même : mais le roi n’en finit pas de se découper vif, la balance ne s’équilibre jamais. Les dieux se font reconnaître et félicitent Ushînara.

3.132 Lomasha raconte l’Histoire d’Ashtâvakra. Uddâlaka donne sa fille Sujâtâ à un de ses disciples, Kahoda. L’enfant, encore dans le sein de sa mère fait une remarque à son père qui le maudit : il naîtra avec les «huit difformités». A la demande de Sujâtâ, Kahoda va demander une aide matérielle au roi Janaka, mais Bandin, un grand spécialiste de la dispute scolastique le défait et le fait jeter dans l’océan, comme tous ceux qu’il défait. On cache à Ashtâvakra la mort de son père, et il grandit en croyant qu’Uddâlaka est son père, et Shvetaketu, le fils d’Uddâlaka, son frère. Quand, à douze ans, il apprend la vérité, il part avec Shvetaketu chez le roi Janaka pour disputer avec Bandin.

3.133. Le portier ne veut pas les laisser entrer : ils sont trop jeunes. Mais Ashtâvakra le convainc. Le roi lui pose des énigmes, et le juge digne d’affronter Bandin, malgré son jeune âge.

3.134. La dispute entre Ashtâvakra et Bandin consiste à énumérer, chacun son tour ce qui va par un, par deux, par trois, etc. Bandin reste sec à treize et Ashtâvakra complète la sentence : il a ainsi remporté la dispute et demande que Bandin soit jeté dans l’océan comme les autres. Bandin explique qu’il est le fils de Varuna, et que, par ce moyen, il envoyait des brâhmanes à son père pour sa session sacrificielle. Les brâhmanes noyés, Kahoda en tête, émergent de l’océan. Après le sacrifice, Bandin entre dans l’océan, Kahoda et Ashtâvakra retournent chez eux.

3.135. Suite du pèlerinage. Rivière Madhuvilâ, monts Kanakhala, rivière Gangâ, ermitages de Shtûlashiras, ermitage de Raibhya. Lomasha raconte l’Histoire de Yavakrîta. Bharadvâja et Raibhya vivent ensemble dans un ermitage, avec leurs fils, Yavakrîta pour Bharadvâja et Arvâvasu et Parâvasu pour Raibhya. Yavakrîta, jaloux de Raibhya et de ses fils, se livre à des austérités impossibles pour acquérir le veda. Indra pour le dissuader, prend l’apparence d’un vieux brâhmane et entreprend de faire un barrage sur la Gangâ en jetant dans l’eau des poignées de sable. Yavakrîta se moque de lui : il n’y arrivera jamais ! Juste comme Yavakrîta n’obtiendra jamais le veda, malgré son obstination dans les austérités. Indra donne un voeu : le veda se manifestera à volonté à lui et à son père.

3.136. Bharadvâja le met en garde contre la vanité en lui racontant l’Histoire de Vâladhi. Ce brâhmane, après la mort de son fils, se livre à de terribles austérités pour obtenir un fils immortel : comme cela est impossible, les dieux lui accordent un fils dont la durée de vie sera égale à celle de la montagne voisine. Son fils, Medhâvin, est orgueilleux du don qu’il a reçu, il insulte les ermites. Danusâksha veut le réduire en cendres, sans succès. Il brise alors la montagne, et Medhâvin tombe mort. Ainsi, qu’il ne provoque pas Raibhya et ses fils.

3.137. Yavakrîta séduit de force la belle-fille de Raibhya. Celui-ci, furieux, s’arrache deux mèches de cheveux qu’il jette dans le feu et en naissent une femme splendide et un râkshasa terrible. Il les charge de tuer Yavakrîta. La femme le séduit et lui dérobe son bol, ce qui l’empêche de se purifier. Le râkshasa alors le poursuit et Yavakrîta essaie de se purifier dans lacs et rivières, mais les trouve toutes à sec. Il essaie de se réfugier chez son père, mais est arrêté par le portier aveugle. Il est rejoint par le râkshasa et tué.

3.138. Bharadvâja, rentrant à son ermitage, constate que les feux ne le saluent plus : il interroge le portier et apprend la mort de son fils. Bharadvâja se lamente, maudit Raibhya : il sera tué par son fils aîné. Bharadvâja se donne la mort sur le bûcher funéraire de son fils.

3.139. Parâvasu tue son père par mégarde, le prenant pour un animal sauvage dans la nuit. Il charge son frère Arâvasu d’expier pour lui ce meurtre de brâhmane. Satisfaits de sa conduite, les dieux donnent un voeu à Arâvasu : il choisit que Raibhya, Bharadvâja et Yavakrîta revivent et que son frère soit pardonné de sa faute de parricide et l’oublie. Et tous revivent. Yavakrîta s’étonne que Raibhya ait pu le tuer malgré sa connaissance du veda : c’est parce qu’il a appris le veda par un long apprentissage, en se soumettant à un guru, alors que Yavakrîta l’a acquis par une voie rapide.

3.140. Suite du pèlerinage vers le nord. La région est infestée de râkshasa. Yudhishthira charge Bhîma de veiller sur Draupadî.

3.141. Yudhishthira leur propose de continuer seul dans cette région dangereuse : Draupadî aura de la peine à suivre. Bhîma la portera s’il faut. Halte chez le roi Subâhu. Ils continuent vers l’Himâlaya.

3.142. Yudhishthira se lamente : Arjuna lui manque. Éloge d’Arjuna. Ils continuent à pied vers le mont Gandhamâdana et Badarî, à la recherche d’Arjuna.

3.143. Sur leurs gardes, ils pénètrent dans la région du mont Gandhamâdana. Une tempête se lève, le ciel se couvre de poussière. Le vent se calme et une pluie torrentielle se met à tomber.

3.144. Draupadî, épuisée, s’évanouit. Les Pândava l’entourent et la réconfortent. Bhîma appelle à la rescousse son fils Ghatotkaca.

3.145. Ghatotkaca porte Draupadî, d’autres râkshasa chargent les Pândava et les brâhmanes et tous partent par la voie des airs. Ils arrivent à l’ermitage de Nara et Nârâyana. Description de l’ermitage. Les Pândava y séjournent.

3.146. Les fleurs saughandika. Draupadî trouve une fleur de lotus merveilleusement parfumée, amenée par le vent. Elle demande à Bhîma d’aller en chercher d’autres. Bhîma part et escalade les monts Gandhamâdana. Description de sa progression. Rencontre de Bhîma et Hanûmân. Il réveille le singe Hanûmân qui lui interdit de passer : à partir de , le sentier est interdit aux hommes.

3.147. Bhîma lui demande le passage. Hanûmân prétend qu’il est trop malade pour se lever, mais que Bhîma soulève sa queue pour passer. Malgré sa force, Bhîma n’arrive pas à la soulever. Hanûmân se présente : il est fils de Vâyu, comme Bhîma, et a deux frères, Sugrîva et Vâlin, fils du Soleil et d’Indra. Autrefois, Râma, exilé dans la forêt, avait restitué la royauté à son frère Sugriva en tuant Vâlin : aussi Sugriva l’a-t-il aidé à retrouver sa femme Sîtâ enlevée par le râkshasa Râvana en envoyant les singes la chercher de partout. Hanûmân saute au-dessus de l’océan et voit Sîtâ dans le palais de Râvana. Râma défait Râvana et récupère sa femme. Hanûmân obtient de vivre aussi longtemps que l’on racontera l’histoire de Râma.

3.148. Bhîma demande à Hanûmân de se montrer sous la forme qu’il avait prise pour sauter au dessus de l’océan : ce n’est pas possible, car cela se passait dans un autre âge. Description des quatre âges.

3.149. Bhîma insiste, et Hanûmân se met à grandir jusqu’à la taille d’une montagne. Bhîma le complimente, et Hanûmân l’autorise à passer. Il lui rappelle ses devoirs envers la loi.

3.150. Hanûmân reprend sa taille et embrasse Bhîma. Il lui offre un voeu : doit-il détruire les Kaurava ?. Bhîma décline. Hanûmân lui promet de renforcer avec le sien propre son rugissement de guerre et disparaît. Bhîma continue son chemin dans les montagnes jusqu’à la forêt Saughandika, domaine de Kubera.

3.151. Il trouve un étang couvert des lotus parfumés qu’il cherchait, gardé par de féroces yaksha, les Krodhavasha, qui lui demandent qui il est et ce qu’il vient faire.

3.152. Bhîma explique qu’il vient cueillir des fleurs de lotus pour Draupadî. Les yaksha veulent l’en empêcher, mais Bhîma les ignore. Ils attaquent, mais Bhîma les défait. Ils vont se plaindre à Kubera qui leur dit que Bhîma peut prendre toutes les fleurs qu’il veut.

3.153. Bhîma cueille les fleurs. Présages funestes. Yudhishthira s’inquiète pour Bhîma. Draupadî lui dit qu’il est parti cueillir des fleurs pour elle. Ils partent à sa rencontre, portés par les râkshasa, et le trouvent au bord de l’étang, entouré des cadavres des yaksha. Yudhishthira admoneste Bhîma, puis ils passent quelques jours au bord de l’étang.


Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2017
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique
Le Mahâbhârata









  • Livre VIII : 73


  • Livre X : 7879



  • Livre XIII : 8990

  • Livre XIV : 9192


  • Livre XVI : 96

  • Livre XVII : 97

  • Livre XVIII : 98

 

Analyse de texte

Outils personnels