Le livre de la forêt (paragraphe 43)

De Elkodico.

Le Mahâbhârata

I Le Livre des commencements • II Le Livre de l'assemblée • III Le Livre de la forêt • IV Le Livre de Virata • V Le Livre des préparatifs • VI Le Livre de Bhîsma • VII Le Livre de Drona • VIII Le Livre de Karna • IX Le Livre de Shalya • X Le Livre de l'attaque nocturne • XI Le Livre des femmes • XII Le Livre de l'apaisement • XIII Le Livre de l'enseignement • XIV Le Livre du sacrifice royal • XV Le Livre du séjour en forêt • XVI Le Livre des pilons • XVII Le Livre du grand départ • XVIII Le Livre de la montée au ciel

 
Le livre de la forêt

2930313233343536
3738394041424344

 

Le vol des boucles d’oreille

3.284. Le Soleil prévient Karna en rêve qu’Indra, sous l’apparence d’un brâhmane, viendra lui demander ses boucles d’oreille. On sait que Karna a fait vœu de donner toujours aux brâhmanes qui le sollicitent, mais cette fois, il devra refuser, sous peine de mourir. Karna répond qu’il préfère mourir plutôt que de renoncer à son voeu : il donnera à Indra ses boucles d’oreille et sa cuirasse. Sa renommée est en jeu.

3.285. Le Soleil lui remontre que la renommée n’est utile que lorsqu’on est vivant. D’autre part, il y a autour de la naissance de Karna un secret qu’il ne peut pas révéler maintenant. Tant qu’il aura ses boucles d’oreille et sa cuirasse, Arjuna ne pourra le défaire au combat : il ne doit donc pas les donner.

3.286. Karna est ferme dans sa décision : il ne renoncera pas à son voeu, même si Indra lui demande sa vie. Le Soleil lui conseille alors de demander à Indra, en échange des boucles d’oreille, un dard qui tuera infailliblement ses ennemis.

3.287. Vaishampâyana, à la demande de Janamejaya, raconte le secret évoqué par Indra. Naissance de Karna. Un ascète irascible vient demander l’hospitalité au roi Kuntibhoja et pose ses conditions : il ira à son gré et personne ne doit lui manquer de respect. Kuntibhoja charge sa fille Kuntî de s’occuper de l’ascète : qu’elle fasse tout pour le satisfaire.

3.288. Kuntî promet qu’elle fera tout pour le servir parfaitement. Kuntibhoja installe l’ascète, et Kuntî le sert.

3.289. L’ermite se conduit rudement, disparaît et revient sans prévenir, mais trouve toujours Kuntî prête à le servir. Après un an, l’ascète, complètement satisfait, offre un voeu à Kuntî. Elle n’en veut pas, elle n’a fait que son devoir. L’ascète lui donne alors une formule magique qui lui permettra de faire venir le dieu qu’elle invoquera et s’en va.

3.290. Kuntî, un jour, admire le soleil. Elle veut vérifier l’efficacité de la formule que lui a donnée l’ascète et l’appelle. Le Soleil se divise : un soleil reste dans le ciel, un autre vient rendre visite à Kuntî : "Que dois-je faire pour toi ?", demande-t-il à Kuntî. Kuntî, un peu effrayée, le prie de s’en retourner : elle l’a fait venir par curiosité ! Mais on ne dérange pas un dieu pour rien : elle aura de lui un enfant sans pareil, avec cuirasse et boucles d’oreille. Ou alors, il la maudira, ainsi que son père et l’ascète qui lui a donné cette formule.

3.291. Elle plaide avec le soleil : elle est vierge, ce serait un déshonneur pour sa famille. Elle redeviendra vierge, lui promet le Soleil. Le Soleil la pénètre.

3.292. Kuntî dissimule sa grossesse et donne naissance à un fils, Karna, qui porte boucles d’oreilles d’or et cuirasse. Elle l’abandonne, la nuit tombée, dans un panier flottant sur la rivière Ashva en lui souhaitant bonne chance. Le panier arrive en flottant jusqu’à la Gangâ.

3.293. Le cocher Adhiratha et sa femme Râdhâ recueillent l’enfant et l’élèvent comme si c’était le leur. Karna apprend le métier des armes avec Drona, et devient ami de Duryodhana. Arjuna et lui sont toujours en compétition. Indra, déguisé en brâhmane vient à lui et lui demande : donne-moi l’aumône !

3.294. Indra lui demande sa cuirasse et ses boucles d’oreille. Karna plaide avec lui : s’il donne sa cuirasse et ses boucles d’oreilles, il cessera d’être invincible. Devant l’insistance du brâhmane, Karna montre qu’il a reconnu Indra, et lui demande quelque chose en échange, et choisit le dard infaillible. Indra ajoute une condition : Quand il le lance, le dard infaillible tue des milliers d’ennemis et revient dans sa main, Karna, lui, ne pourra l’utiliser qu’une seule fois, et le dard retournera à Indra. Karna promet de n’utiliser le dard infaillible qu’en cas de danger, s’arrache la cuirasse du corps sans sourciller malgré la douleur et la donne à Indra. Les Pândava vont au lac Dvaitavana.


Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2017
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique
Le Mahâbhârata









  • Livre VIII : 73


  • Livre X : 7879



  • Livre XIII : 8990

  • Livre XIV : 9192


  • Livre XVI : 96

  • Livre XVII : 97

  • Livre XVIII : 98

 

Analyse de texte

Outils personnels