Le Purgatoire (La Divine Comédie) - Chant VIII

De Elkodico.

La Divine Comédie

L'Enfer

Chant IChant IIChant IIIChant IVChant VChant VIChant VIIChant VIIIChant IXChant XChant XI
Chant XIIChant XIIIChant XIVChant XVChant XVIChant XVIIChant XVIIIChant XIXChant XXChant XXI
Chant XXIIChant XXIIIChant XXIVChant XXVChant XXVIChant XXVIIChant XXVIIIChant XXIXChant XXXChant XXXIChant XXXIIChant XXXIII

Le Purgatoire

Chant IChant IIChant IIIChant IVChant VChant VIChant VIIChant VIIIChant IXChant XChant XI
Chant XIIChant XIIIChant XIVChant XVChant XVIChant XVIIChant XVIIIChant XIXChant XXChant XXI
Chant XXIIChant XXIIIChant XXIVChant XXVChant XXVIChant XXVIIChant XXVIIIChant XXIXChant XXXChant XXXIChant XXXIIChant XXXIII

Le Paradis

Chant IChant IIChant IIIChant IVChant VChant VIChant VIIChant VIIIChant IXChant XChant XI
Chant XIIChant XIIIChant XIVChant XVChant XVIChant XVIIChant XVIIIChant XIXChant XXChant XXI
Chant XXIIChant XXIIIChant XXIVChant XXVChant XXVIChant XXVIIChant XXVIIIChant XXIXChant XXXChant XXXIChant XXXIIChant XXXIII

 

Le Purgatoire - Chant VIII

Il était déjà l’heure qui des navigants attendrit le cœur, et tourne le désir vers le jour ils dirent à leurs doux amis adieu, et qui d’amour aiguillonne le voyageur nouveau, si dans le lointain il entend la cloche qui semble pleurer le jour mourant, lorsque je commençai à tendre vainement l’ouïe, et je vis une des âmes qui, debout, de la main demandait qu’on l’écoutât. Elle vint et leva les deux mains, fixant les yeux vers l’Orient, comme si elle eût dit adieu : «De toi seul j’ai souci.» «Te lucis ante», si dévotement proféra sa bouche, et avec une si douce mélodie, que j’en fus hors de moi. Et d’autres ensuite, avec la même douceur et la même dévotion, la suivirent durant l’hymne entière, les yeux élevés vers les sphères célestes.

Ici, lecteur, arrête bien ta vue sur le vrai ; si mince est le voile, qu’aisé certes est-il de pénétrer au-dedans.

Je vis cette noble troupe, silencieuse, regarder en haut, comme en attente, pâle et humble ; et d’en haut je vis sortir et descendre deux Anges, avec deux épées de feu, tronquées et sans pointe.

Comme des feuilles tendres qui viennent de naître, verts étaient leurs vêtements, qui, frappés par de vertes pennes, derrière eux se déroulaient et flottaient au vent.

L’un vint se poser un peu au-dessus de nous, et l’autre descendit sur le bord opposé ; de sorte qu’entre eux étaient les ombres. On distinguait bien leur tête blonde, mais les faces éblouissaient l’œil, comme le trouble un trop vif éclat. «Tous deux, dit Sordello, viennent du sein de Marie, pour garder la vallée, à cause du serpent qui bientôt va venirSur quoi, moi qui ne savais par quel sentier, je regardai autour, et tout glacé me serrai contre le Guide fidèle. Et Sordello reprit : «Descendons maintenant parmi les grandes ombres, et nous leur parlerons : très agréable il leur sera de vous voir

Lorsque j’eus descendu trois pas seulement, je crois, je fus en bas, et j’en vis un qui me regardait, comme cherchant à me reconnaître. C’était le temps l’air déjà s’obscurcissait, mais non tant qu’il ne me laissât voir ce qu’il cachait auparavant. Vers moi il s’avança, et je m’avançai vers lui : Noble juge Nino, quelle joie ce me fut quand je vis que point tu n’étais parmi les criminels !

Nul salut honorable entre nous ne fut omis ; puis il me dit : «Depuis combien de temps es-tu venu au pied du mont, par les lointaines eaux ?» — Oh ! lui dis-je, à travers les lieux tristes ce matin je suis venu, et je suis dans la première vie, encore que l’autre ainsi allant j’acquière.

A peine ma réponse fut-elle ouïe, que Sordello et lui se murent en arrière, comme celui qui subitement se trouble. L’un vers Virgile, et l’autre vers une ombre assise , se tourna, criant : «Debout, Conrad ! viens voir ce que Dieu par sa grâce a vouluPuis vers moi se tournant : «Par cette gratitude singulière que tu dois à celui qui tellement cache son motif premier, qu’on ne le saurait atteindre, quand tu seras de l’autre côté des larges ondes, dis à ma Giovanna qu’elle prie pour moi aux innocents on répond. Je crois que plus ne m’aime ma mère, depuis qu’elle a quitté le blanc bandeau qu’elle devra, malheureuse, désirer encore. Par elle, on comprend aisément combien peu dans la femme dure le feu d’amour, si l’œil ou le tact souvent ne le rallume. Ne lui fera-t-elle si belle sépulture la vipère en champ des Milanais, que la lui aurait faite le coq de GalluraAinsi disait-il, portant sur son visage l’empreinte de cette pure flamme qui dans le cœur brûle avec mesure.

Mes yeux avides parcouraient le ciel, plus lentes sont les étoiles, comme une roue plus près de l’axe. Et le Guide : «Mon fils, que regardes-tu -haut ?» Et moi à lui : — Ces trois flambeaux, par lesquels le pôle est tout en feu. Et lui à moi : «Les quatre brillantes étoiles que tu voyais ce matin sont en bas, et elles étaient celles-ci ont montéComme il parlait, Sordello à soi le tira, disant : «Vois notre adversaireEt il leva le doigt pour diriger son regard.

Du côté n’a point de rempart la petite vallée était une couleuvre ; celle peut-être qui offrit à Eve la nourriture amère ; entre l’herbe et les fleurs venait le méchant reptile, ramenant de temps à autre la tête sur le dos, comme une bête qui se lisse. Je ne vis point, et partant ne puis dire comment se murent les autours célestes ; mais bien vis-je l’un et l’autre en mouvement. Oyant les vertes ailes fendre l’air, le serpent prit la fuite, et, d’un vol égal, en haut à leur poste, les Anges revinrent.

L’ombre qui s’était approchée du juge lorsqu’il l’appela, pendant tout cet assaut ne cessa point de me regarder. «Que la lampe qui te conduit en haut trouve en ton libre arbitre autant de cire qu’il en est besoin, pour que tu parviennes jusqu’au sommet du céleste émail, commença-t-elle, si de Valdimagra ou des lieux voisins tu sais quelque nouvelle vraie, dis- moi ; car jadis je fus grand. On m’appelait Conrad Malaspina ; je ne suis pas l’ancien, mais de lui je descendais : j’eus pour les miens l’amour qui s’épure ici.» — Oh ! lui dis-je, dans votre pays je n’allai jamais ; mais de qui, en Europe, n’est-il point connu ? La renommée qui célèbre votre maison, a porté le nom des seigneurs et le nom de la contrée à ceux mêmes qui n’y furent jamais. Et par le désir que j’ai d’aller -haut, je vous jure qu’en votre race honorée se perpétue le lustre de la bourse et de l’épée. De coutume et de nature tellement est-elle privilégiée, que, lorsque le monde vers le mal tourne la tête, seule elle va droit, et méprise le mauvais chemin. Et lui : «Le soleil ne se couchera pas sept fois dans le lit que de ses quatre pieds le Bélier couvre et enserre, qu’en ton chef cette courtoise opinion ne soit clouée avec un plus fort clou que les discours d’autrui, si ne s’arrête point le cours du jugement


Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2016
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique

Analyse de texte

Outils personnels