Le Zammito

De Elkodico.

Le Zammito ("règles de perfectionnement" en elko) regroupe les 20 règles complémentaires de l'elko. Les maîtriser, permet d'apporter les nuances et les subtilités nécessaires pour parfaire votre connaissance de l'elko.

Sommaire

Niveau 3 : les nuances

Grade 3.0 : Les diacritiques et les allographies

L'elko utilise quatre diacritiques de deux types : les points et les traits. Ils ne sont utilisés qu'avec l'alphabet latin (ou "abde"), dans le Rundar il apparaissent sous la forme de runes.

On appelle allographe, toute écriture alternative d'une même lettre ou d'un même son, il en existe quatre en elko :

Grade 3.1 : Les clés réduites

Une clé est dite "réduite" lorsque l'on en conserve qu'une seule lettre. Cette lettre peut être une consonne (clé réduite consonantique) ou une voyelle (clé réduite vocalique).

Tout comme les clés servent à former les mots, les clés réduites servent avant tout à former les particules.

Grade 3.2 : Les infixes

On appelle infixe tout affixe se plaçant à l’intérieur d’un mot, après la voyelle de corps. Au nombre de quatre, les infixes marquent des distorsions sémantiques et notamment la comparaison. Ils sont notés sous la forme -V-.

Grade 3.3 : La phrase complexe

Une phrase est dite complexe lorsqu'elle utilise des constituants supplémentaires que les autres spécifiques à la phrase simple. Il peut donc y avoir un ou plusieurs constituants en double.


Ero tu elo waki lonle → Toi et moi allons au musée (2 sujets)


Remarque : Les constituants supplémentaires sont séparés par une virgule ou par une conjonction.


On parle aussi de phrase complexe lorsque les constituants ne sont pas placés dans l'ordre conventionnel. Là encore l'usage de la virgule est obligatoire.


Lonle, Ero waki → Au musée, je vais

Grade 3.4 : Les registres de langue

Comme toute langue leelko dispose de plusieurs quatre registres de langue : le registre soutenu, le registre courant, le registre familier et l’argot. Il vous sera possible de passer de l’un à l’autre en fonction de vos besoins, de vos interlocuteurs ou du contexte dans lequel vous serez amener à converser.

De plus il est également important de prendre en compte le niveau de maîtrise de la langue auquel vous pouvez prétendre. Ainsi même avec tous les efforts du monde il vous sera impossible de produire un texte de niveau « littéraire » si vous vous contentez du Sammito, c’est d’ailleurs tout l’intérêt du Zammito.

Grade 3.5 : Les suffixes cumulés

Les suffixes cumulés sont des suffixes particuliers se présentant sous la forme d'un digramme vocalique, autrement dit de deux voyelles. La première est appelée endofixe alors que la seconde est appelée exofixe et correspond aux suffixes simples. Au nombre de vingt-deux, les suffixes cumulés sont facultatifs. Ils ne sont utilisés que dans les cas d’ambiguïté, on préfère avoir recours aux suffixes simples plus ambigu mais qui, dans un contexte clair, s'avèrent plus commodes et euphoniques à utiliser.

Grade 3.6 : Les pronoms substantivés

Les pronoms substantivés sont des substantifs transformés de telle sorte qu’ils désignent des personnes. Pour les former on a besoin d’apposer en même temps un préfixe pour désigner le sexe de l’individu et d’un suffixe pour bien marquer qu’il s’agisse d’un (pro)nom. C’est ce que l’on appelle des circonfixes :


conduire "waki" → conducteur "Owako"

Grade 3.7 : Les Asauras

Les Asauras sont des mots-outils marquant un des quatre aspects du ligatif. Ils sont formés au moyen du suffixe cumulé -au, souvent simplifié en -u. Le terme de "Asaura" provient du nom des deux runes qui constituent ce suffixe : la rune Asa (la lettre A) et la rune Ura (la lettre U).

Le suffixe -au peut être apposé sur des clés entières et ainsi donner des mots-outils ou sur des clés réduites des particules. La présence du ligatif s'explique par le déplacement d'un mot en -a devant le pilote dans le constituant verbal.

Les Asauras expriment la modalité et ne se trouvent que dans le groupe verbal. Ils fonctionnent de paire avec le verbe qui les suit toujours immédiatement.

Grade 3.8 : La déclinaison

La déclinaison est l'ensemble des cas qui expriment les circonstances de l'action. Elle permet de se passer des prépositions. Une fois maîtrisée, le système apparaît plus facile que celui utilisé en français.

L'elko compte quatre cas : le génitif, le locatif, le datif et le nominatif :

  • Le génitif : cas de l'appartenance, de la possession, du lien et de la provenance
  • Le locatif : cas de la localisation spatiale et temporelle
  • Le datif : cas dela distribution et de la destination
  • Le nominatif : cas du nom

Grade 3.9 : Les quantifieurs

Le Zammito sont des mots invariables construits au moyen de la clé numérique TAW (nombre) et servant à donner une information sur le nombre et la quantité.

Les quantifieurs les plus répandus 

Niveau 4 : la maîtrise

Grade 4.0 : L'euphonie

L'euphonie est le nom donné à l'ensemble des règles qui conduisent à faciliter et embellir la prononciation de l'elko. L'elko connaît et respecte quatre règles d'euphonie appelées les métaplasmes :

Grade 4.1 : Les proclés

On appelle proclé une clé réduite utilisant une consonne particulière : W, J, H, F, Þ et . Il s'agit de clé réduites spéciales employées dans la situation d'énonciation.

Les proclés sont aux clés ce que les pronoms sont aux noms, c'est-à-dire des substituts. L'elko compte donc quatre proclés basées sur le principe des profixes répartis en deux groupes :

Grade 4.2 : Les profixes

On appelle profixe, chacun des quatre affixes pouvant se substituer au w. Les profixes sont l'un des quatre types d'affixes existant en elko, avec les préfixes, les suffixes et les infixes. Les profixes sont liés à la situation d'énonciation, c'est-à-dire qu'ils relatifs au moment où l'on parle et apportent des subtilités qui renseignent sur la position du locuteur.

Grade 4.3 : Les variations syntaxiques

Les variations syntaxiques sont en relation avec les affixes de l'elko. En fonction de sa place dans la phrase un mot aura une nature différente.

Grade 4.4 : Les interjections et les onomatopées

Les interjections et les onomatopées sont exprimés aux moyen de hiatus et accompagnées d'un point d'exclamation. Les interjections sont uniquement vocaliques, les onomatopées débutent par une consonne.

Grade 4.5 : Les préfixes cumulés

Les préfixes cumulés sont des préfixes particuliers se présentant sous la forme d'un digramme vocalique, autrement dit de deux voyelles. La première est appelée exofixe alors que la seconde est appelée endofixe et correspond aux préfixes simples. Au nombre de vingt-deux, les préfixes cumulés sont facultatifs. Ils ne sont utilisés que dans les cas d’ambiguïté, on préfère avoir recours aux préfixes simples plus ambigu mais qui, dans un contexte clair, s'avèrent plus commodes et euphoniques à utiliser.

Grade 4.6 : Les hypocoristiques

Les hypocoristiques sont des mots véhiculant une valeur affective.

Grade 4.7 : Les Isauras

Les Isauras sont des mots-outils marquant un des quatre aspects du ligatif. Ils sont formés au moyen du suffixe cumulé -iu, souvent simplifié en -u. Le terme de "Isaura" provient du nom des deux runes qui constituent ce suffixe : la rune Isa (la lettre I) et la rune Ura (la lettre U).

Le suffixe -iu peut être apposé sur des clés entières et ainsi donner des mots-outils ou sur des clés réduites des particules :

Les Isauras expriment la passivité et ne se trouvent que dans le groupe verbal.

Grade 4.8 : Les degrés d'éloignement

La conjugaison elkanne connaît deux degrés d'éloignement exprimé au moyen des profixes placé sur les auxiliaires temporels :


Ero wedu wami : je mangeais

ex : Ero hedu wami ("Je mangeais")
ex : Ero fedu wami ("il aurait été en train de manger")
ex : Ero thedu wami ("je viens de manger")
ex : Ero edu wami ("il y a très longtemps, je mangeais")

Grade 4.9 : Les unités de mesure

Les unités de mesure sont approximatives en elko. Elles sont formées au moyen d'une clé en spécificateur et de la clé WUM (mesure) en catégorisateur.

Liens

Outils personnels