Le livre des commencements (paragraphe 11)

De Elkodico.

Le Mahâbhârata

I Le Livre des commencements • II Le Livre de l'assemblée • III Le Livre de la forêt • IV Le Livre de Virata • V Le Livre des préparatifs • VI Le Livre de Bhîsma • VII Le Livre de Drona • VIII Le Livre de Karna • IX Le Livre de Shalya • X Le Livre de l'attaque nocturne • XI Le Livre des femmes • XII Le Livre de l'apaisement • XIII Le Livre de l'enseignement • XIV Le Livre du sacrifice royal • XV Le Livre du séjour en forêt • XVI Le Livre des pilons • XVII Le Livre du grand départ • XVIII Le Livre de la montée au ciel

 
Le Livre des commencements

12345678910
111213141516171819

 

Le livre des commencements (paragraphe 11)

1.153. Arrive chez le brâhmane un voyageur, qui rapporte les dernières nouvelles du royaume de Pâncâla.

1.154. Reprise en résumé de l’histoire de Drona : sa naissance, son amitié avec Drupada, comment il s’est procuré les armes de Râma, comment il a été repoussé par Drupada, comment il est devenu percepteur chez les Kaurava, comment il leur a demandé de prendre le royaume de Drupada, comment il a partagé ce royaume avec Drupada. Celui-ci n’a pas pardonné.

1.155. Drupada cherche un brâhmane qui puisse lui faire avoir un fils. Il arrive chez Yâja et Upayâja. Il demande au plus jeune, Upayâja, de faire un sacrifice pour lui faire obtenir un fils. Upayâja lui répond que son frère Yâja est moins pur que lui, et qu’il acceptera peut-être. Drupada expose son problème : Drona est invincible, que par la force alliée du kshatriya et du brâhmane, Yâja lui procure un fils capable de le vaincre. Yâja accepte, prépare le sacrifice, afin de procurer à Drupada un fils pour tuer Drona et jette l’oblation dans le feu. Du feu, naissent un guerrier étincelant, Dhrishtadyumna, et une splendide jeune fille, Draupadî. Drona devient le maître de Dhrishtadyumna.

1.156. Kuntî décide de partir chez Drupada.

1.157. Vyâsa leur rend visite. Il raconte l’histoire d’une jeune fille qui, bien que belle et parfaite, ne trouvait pas de mari. Elle mène une ascèse farouche, et Shiva lui accorde un voeu. Elle lui répète cinq fois de suite, pour bien se faire comprendre : "Je veux un mari, muni de toutes les qualités !. Et Shiva lui répond : "Tu auras tes cinq maris !". Cette jeune fille est réincarnée en Draupadî. Vyâsa conseille aux Pândava d’obtenir Draupadî.

1.158. Les Pândava partent pour aller chez Drupada. Ils marchent de nuit le long de la Gangâ. Ils dérangent le gandharva Citraratha qui leur reproche de marcher la nuit, réservée aux râkshasa et aux gandharva. Arjuna lui répond que la Gangâ est accessible à tous et à toute heure. Arjuna envoie son arme d’Agni, brûle le char du gandharva, puis le traîne, inconscient. La femme du gandharva, Kunbhînasî supplie Yudhishthira qui accorde la vie sauve à Citraratha. Celui-ci donne à Yudhishthira sa vision magique. Il leur donne aussi cent chevaux rapides comme le vent, infatigables, qui prennent la couleur que l’on désire. Arjuna et Citraratha concluent alliance.

1.159. Citraratha explique à Arjuna les bénéfices qu’il peut retirer d’un chapelain. Il l’appelle "descendant de Tapatî". Arjuna lui demande pourquoi.

1.160. Histoire de Tapatî. Le soleil se demande à qui il va marier sa fille Tapatî. Le roi Samvarana montre une grande dévotion envers le soleil. Ainsi, le soleil voudrait bien lui donner sa fille. Un fois, au cours d’une partie de chasse, le roi rencontre une jeune fille éblouissante. Il en tombe immédiatement amoureux. Il l’interroge, mais elle ne répond rien et disparaît.

1.161. Le roi s’évanouit d’amour. La jeune fille apparaît de nouveau et lui enjoint de se lever. Il lui déclare son amour et lui demande de l’aimer. Tapatî dit qui elle est, qu’elle l’aime aussi : qu’il la demande à son père ! Elle monte au ciel.

1.162. Samvarana s’évanouit de nouveau. Son escorte le trouve et pense qu’il est tombé de fatigue. On le réconforte. Samvatarana renvoie son escorte et reste seul avec son ministre. Il invoque Vasishtha, qui arrive, voit l’état du roi, comprend tout grâce à sa vision divine et part trouver le soleil.

1.163. Vasishtha demande la main de Tapatî pour Samvarana, et le soleil l’accorde sans autre. Vasishtha ramène Tapatî. Le roi l’épouse et abandonne son royaume pendant douze ans pour jouir d’elle dans les montagnes. Indra cesse de pleuvoir, le royaume dépérit. Vasishtha va le chercher, il revient dans son royaume et tout s’arrange. Ainsi Arjuna est descendant de Tapatî.

1.164. Histoire de Vasishtha. Éloge de Vasishtha.

1.165. Vishvâmitra, fils du roi Gâdhi, au cours d’une partie de chasse, arrive fatigué à l’ermitage de Vasishtha. Celui-ci l’accueille avec honneur grâce à sa vache Nandînî, qui exauce tous les désirs. Vishvâmitra propose à Vasishtha d’acheter sa vache, celui-ci refuse. Vishvâmitra essaye d’enlever de force la vache qui ne se laisse pas faire. Quand Vasishtha lui dit de rester avec lui, la vache crée des hordes de barbares qui défont l’armée de Vishvâmitra et la repoussent à trois lieues de , sans tuer un seul homme. Vishvâmitra désire alors acquérir les pouvoirs des brâhmanes et se livre à l’ascèse.

1.166. Le roi Kalmâshapâda rencontre sur un chemin Shakti, le fils de Vasishtha et lui demande brutalement de lui laisser le passage. Comme celui-ci refuse, il le frappe de son fouet. Shakti le maudit : "Tu m’as frappé comme un râkshasa, tu te nourriras désormais de chair humaine". Vishvâmitra suivait Kalmâshapâda. Il s’approche, reconnaît Shakti, invoque un râkshasa, Kimkara, qui prend possession du roi. Alors que le roi rentre chez lui, un brâhmane lui demande de la nourriture : "Attends ici, lui dit le roi, dès que je serai rentré à la maison, je t’enverrai de quoi manger". Mais le roi oublie sa promesse. Il se réveille en pleine nuit, éveille son cuisinier et l’envoie porter la nourriture au brâhmane. Il n’y a plus de viande : "Nourris-le de chair humaine !", dit le roi possédé par le râkshasa. Le brâhmane reconnaît la nature de ce qu’on lui donne et maudit à nouveau le roi "Qu’il se nourrisse de chair humaine !". Le roi maudit rencontre Shakti, le tue et le mange. Puis, sur les instigations de Vishvâmitra, il dévore les cent autre fils de Vasishtha. Vasishtha apprend le rôle qu’a joué Vishvâmitra. Il essaye, en vain de mettre fin à ses jours.

1.167. Il essaie encore, en vain, de mettre fin à ses jours. Il retourne à son ermitage et entend réciter le veda, mais il n’y a que sa belle-fille Adrishyantî. En fait, c’est son petit-fils qui récite depuis le ventre de sa mère. Voyant que sa descendance est assurée, Vasishtha renonce à se supprimer. Arrive un terrible râkshasa qui veut le dévorer.

1.168. Vasishtha l’asperge d’eau, et le râkshasa redevient le roi Kalmâshapâda dans toute sa splendeur. Celui-ci retourne dans sa ville d’Ayodhyâ, libéré de sa malédiction, accompagné de Vasishtha. Il lui demande d’engendrer un fils pour lui, et, grâce à Vasishtha, sa femme met au monde, au bout de douze ans de grossesse, un fils, Ashmaka.

1.169. Adrishyantî donne naissance à Parâshara. L’enfant pense que Vasishtha est son père. Un jour qu’il l’appelle papa, sa mère lui explique que c’est en fait son grand-père. L’enfant, vexé de n’avoir pas dit la vérité, décide de détruire le monde. Vasishtha, pour le calmer lui raconte l’Histoire d’Aurva. Le grand roi Kritavîrya a engagé les Bhrigu comme chapelain. A sa mort, quelques-uns de ses descendants, tombés dans la misère, vont demander aide aux Bhrigu, qui enterrent leurs richesses pour ne pas les donner. Un d’eux trouve le trésor enterré, et, furieux d’avoir été joués, ils tuent tous les descendants de Bhrigu. Les femmes se sauvent. L’une d’elle, enceinte, est rattrapée. L’enfant sort de son sein et aveugle les guerriers qui la poursuivent. Ceux-ci plaident auprès d’elle.

1.170. Elle leur dit de s’adresser à son fils Aurva, qu’elle a porté pendant cent ans dans son sein pour préserver la descendance de Bhrigu : c’est lui qui les a privés de la vue. Il leur pardonne, mais, pour punir l’extermination de sa race, décide de détruire le monde. Il se livre à une ascèse terrible, et commence à brûler le monde. Ses ancêtres lui demandent de calmer sa colère et d’épargner le monde : c’est intentionnellement qu’ils s’étaient laissé tuer, pour gagner le ciel.

1.171. Aurva ne peut revenir sur sa parole et le feu qu’il a suscité le brûlera s’il tente de l’éteindre. Ses ancêtres lui montrent que l’eau est l’essence des mondes. Ainsi, s’il brûle de son feu les eaux de l’océan, il n’ira pas contre son serment. Aurva jette son feu dans l’océan, il continue de brûler les eaux. Voilà un exemple qui montre à Parâshara qu’il doit calmer sa fureur.

1.172. Parâshara, alors, offre un sacrifice il brûle les râkshasa. Les grands rishi le convainquent de cesser ce sacrifice, et il jette le feu qui avait servi à brûler les râkshasa sur les flancs nord de l’Himâlaya.

1.173. Pourquoi Vasishtha a-t-il procurer un fils au roi Kalmâshapâda ?. Citraratha explique : quand il était soumis à sa malédiction, Kalmâshapâda avait rencontré dans la forêt un couple de brâhmanes, et dévoré le mari sans lui laisser le temps de donner un fils à son épouse. Celle-ci le maudit : il perdra instantanément la vie s’il couche avec sa femme et ce sera Vasishtha qui lui donnera un successeur. Voilà pourquoi le roi a demandé à Vasishtha de lui donner un fils.


Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2017
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique
Le Mahâbhârata









  • Livre VIII : 73


  • Livre X : 7879



  • Livre XIII : 8990

  • Livre XIV : 9192


  • Livre XVI : 96

  • Livre XVII : 97

  • Livre XVIII : 98

 

Analyse de texte

Outils personnels