Le nombre

De Elkodico.

Le nombre est un trait grammatical utilisé pour apporter une précision liée au nombre et à la quantité sur les mots. Il est en elko, placé indifféremment sur les êtres animés et sur les objets inanimés.

Sommaire

Le nombre non marqué

Le nombre est dit "non marqué" lorsqu'il ne donne aucune information sur la quantité. C'est l'absence de préfixe qui caractérise le non marqué. On peut se passer de préfixe numérique dans deux cas :

  • Le contexte est suffisamment clair (ex : nutta pelo "deux maisons")
  • L’ambiguïté est volontaire

Le singulier

La marque du singulier se fait au moyen du préfixe "u-". Comme tous les préfixes, il est facultatif et ne sert qu'à apporter un complément d'information. Le préfixe u- est une clé réduite provenant de la clé NUW (île), clé traduisant la solitude et l'isolement.

En général, le préfixe u- traduit l'expression "un seul", "une seule" et le non marqué marque le singulier par défaut.


mano "(un) être humain" → umano "un (seul) être humain"


Alors que sur les noms, le préfixe u- marque le singulier, sur les autres mots, il marque l'exception.


wami "manger" → uwami "manger exceptionnellement"


Lorsque que le genre et le nombre sont tous deux précisés sur un même mot, le préfixe générique est indiqué en premier, le préfixe numérique en second.


aumano "une (seule) femme" et non uamano


Remarque : Contrairement au préfixe i- qui peut se détacher et devenir une particule, il n'en est pas de même pour le préfixe u- qui a une autre fonction : le ligatif.

Le singulatif

Le préfixe u- a aussi fonction de singulatif. Il permet pour les clés traduisant des collectifs, d'un extraire un seul élément :


komo "chevelure, herbe" → ukomo "cheveu, brin d'herbe"

Le partitif

Le partitif, s'apparente au singulatif à la différence qu'il exprime non pas un élément constitutif mais un morceau d'un tout. Il s'exprime non pas au moyen du préfixe u- mais de la particule u et s'apparente ainsi au ligatif. Il traduit la préposition française "de".


komo "gawo u tomo"

Le pluriel

La réduplication

La réduplication est une manière d'exprimer la pluralité. C'est en fait la manière la plus ancienne, hérité de l'urque. Elle se définie par le fait de doubler le mot pour marquer la pluralité.


pelo : maison → pelo pelo : maisons

Remarque : Pour éviter cette redondance disgracieuse et pour faciliter les choses en n'utilisant qu'un seul élément commun à tous on a d'abord formé le pluriel avec l'Asaura wilau provenant de la clé WIL (abondance). Mais par simplification, on a extrait de cette clé la voyelle de corps "i" pour en faire le préfixe du pluriel actuel : i-.

Le préfixe i-

Le pluriel est le nombre traduisant la pluralité. Il se marque au moyen du préfixe i-. Comme tous les préfixes il est facultatif et ne sert qu'à apporter de l'information. Le préfixe "i-" est une clé réduite provenant de la clé WIL (abondance).


mano être humainimano êtres humains


Alors que sur les noms, le préfixe i- marque le pluriel, sur les autres mots, il marque l'amplificateur.


dowi travailleridowi travailler beaucoup

Lorsque que le genre et le nombre sont tous deux présents au sein d'un même mot, les préfixes génériques sont indiqués en premier, les préfixes numériques en second.


aimano femmes et non iamano

Le clanique

Le clanique est un pluriel particulier. Il traduit un pluriel de personnes (et parfois d'objets) appartenant à la même famille ou au même clan. Il fonctionne généralement sans le suffixe -o, qui sans cela, serait considéré comme une sorte de [[les collectifs[collectif]]. Il fonctionne aussi biens avec les noms communs qu'avec les noms propres.


Eldar "les Dieux", Mosdar, les Muses"...

Le duel

Le duel est une forme de pluriel particulière qui exprime ce qui va par deux. Il est utilisé pour les paires et les couples. Le duel se marque au moyen du préfixe ė-[1]. Comme tous les préfixes il est facultatif et ne sert qu'à apporter de l'information. Le préfixe ė- est une clé réduite provenant de la clé WĖT (cerise).


mano "être humain" → ėmano "un couple d'êtres humains"


Sur les noms, il marque le duel, sur les autres mots, il marque la répétition ou l'habitude :


diwi "travailler" → ėdiwi "travailler et travailler encore", "avoir l'habitude de travailler"

Liens

Outils personnels