Le petit prince (chapitre 21)

De Elkodico.

Le petit prince

12345678910
11121314151617181920
21222324252627

 

Le petit prince (chapitre 21)

C’est alors qu’apparut le renard. - Bonjour, dit le renard.

- Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se retourna mais ne vit rien.

- Je suis , dit la voix, sous le pommier...

- Qui es-tu ? dit le Petit prince. Tu es bien joli...

- Je suis un renard, dit le renard.

- Viens jouer avec moi, lui proposa le petit prince. Je suis tellement triste...

- Je ne puis pas jouer avec toi, dit le renard. Je ne suis pas apprivoisé.

- Ah ! Pardon, fit le petit prince.

Mais, après réflexion, il ajouta :

- Qu’est-ce que signifie "apprivoiser"?

- Tu n’es pas d’ici, dit le renard, que cherches-tu ?

- Je cherche les hommes, dit le petit prince. Qu’est ce que signifie "apprivoiser"?

- Les hommes, dit le renard, ils ont des fusils et ils chassent. C’est bien gênant ! Ils élèvent aussi des poules. C’est leur seul intérêt. Tu cherches des poules ?

- Non, dit le petit prince. Je cherche des amis. Qu’est-ce que signifie "apprivoiser"?

- C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie "créer des liens..."

- Créer des liens ?

- Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent raille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. je serai pour toi unique au monde...

- je commence à comprendre, dit le petit prince. Il y a une fleur... je crois qu’elle m’a apprivoisé...

- C’est possible, dit le renard. On voit sur la Terre toutes sortes de choses...

- Oh ! ce n’est pas sur la Terre, dit le petit prince.

Le renard parut très intrigué

- Sur une autre planète ?

- Oui.

- Il y a des chasseurs, sur cette planète- ?

- Non.

- ça, c’est intéressant ! Et des poules ?

- Non.

- Rien n’est parfait, soupira le renard.

Mais le renard revint à son idée :

- Ma vie est monotone. Je chasse les poules, les hommes me chassent. Toutes les poules se ressemblent, et tous les hommes se ressemblent. Je m’ennuie donc un peu. Mais, si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres. Les autres pas me font rentrer sous terre. Le tien m’appellera hors du terrier, comme une musique. Et puis regarde ! Tu vois, -bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c’est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d’or. Alors ce sera merveilleux quand tu m’auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j’aimerai le bruit du vent dans le blé...

Le renard se tut et regarda longtemps le petit prince :

- S’il te plaît... apprivoise-moi ! dit-il.

- Je veux bien, répondit le petit prince, mais je n’ai pas beaucoup de temps. J’ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître.

- On ne connaît que les choses que l’on apprivoise, dit le renard. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi !

- Que faut-il faire ? dit le petit prince.

- Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça, dans l’herbe. Je te regarderai du coin de l’oeil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t’asseoir un peu plus près...

Le lendemain revint le petit prince.

- Il eût mieux valu revenir à la même heure, dit le renard. Si tu viens, par exemple, à quatre heures de l’après-midi, dès trois heures je commencerai d’être heureux. Plus l’heure avancera, plus je me sentirai heureux. À quatre heures, déjà, je m’agiterai et m’inquiéterai ; je découvrirai le prix du bonheur ! Mais si tu viens n’importe quand, je ne saurai jamais à quelle heure m’habiller le coeur... Il faut des rites.

- Qu’est-ce qu’un rite ? dit le petit prince.

- C’est aussi quelque chose de trop oublié, dit le renard. C’est ce qui fait qu’un jour est différent des autres jours, une heure, des autres heures. Il y a un rite, par exemple, chez mes chasseurs. Ils dansent le jeudi avec les filles du village. Alors le jeudi est jour merveilleux ! Je vais me promener jusqu’à la vigne. Si les chasseurs dansaient n’importe quand, les jours se ressembleraient tous, et je n’aurais point de vacances.

Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche :

- Ah ! dit le renard... Je pleurerai.

- C’est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t’apprivoise...

Bien sûr, dit le renard.

- Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.

- Bien sûr, dit le renard.

- Alors tu n’y gagnes rien !

- J’y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé.

Puis il ajouta :

- Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je te ferai cadeau d’un secret.

Le petit prince s’en fut revoir les roses.

- Vous n’êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n’êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisées et vous n’avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n’était qu’un renard semblable à cent mille autres. Mais j’en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.

Et les roses étaient gênées.

- Vous êtes belles, mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu’elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes, puisque c’est elle que j’ai arrosée. Puisque c’est elle que j’ai mise sous globe. Puisque c’est elle que j’ai abritée par le paravent. Puisque c’est elle dont j’ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c’est elle que j’ai écoutée se plaindre, ou se vanter, ou même quelquefois se taire. Puisque c’est ma rose.

Et il revint vers le renard

- Adieu, dit-il...

- Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux.

- L’essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit prince, afin de se souvenir.

- C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.

- C’est le temps que j’ai perdu pour ma rose... fit le petit prince, afin de se souvenir.

- Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l’oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose ...

- Je suis responsable de ma rose ... répéta le petit prince, afin de se souvenir.


Auteur : Antoine de Saint-Exupéry

Hingio (tabgao 21)

. ko hu lokkero zidai . lokkero kowi :' hei '.

-. hingio - hou rubai bu lėma -. wėle gesi :' hei '.

-. soho kowi :' ro kehe zėse bogtano ...- .

-. hingio kowi :' lo kiwe ? lo me kala ...

-. lokkero kowi :' ro lokkero '.

-. hingio rėli go : ' waku lili re . Ero tire tėsa ...

-. lokkero kowi :' ro ne kau lili le . ro ne pesa '.

-. a ! hingio kowi :' Ero tėsa '.

. bu - wude rego - go ditkoi :

-. ko keza ' pesa ' we ?

-. lokkero kowi :' lo ne kehoa , lo peki we ?'

-. hingio kowi :' ro peki imano . ko keza ' pesa ' we ?'

-. lokkero kowi :' imano ju iniro tu demi . ko me kuba ! Igo pe pesi inėmo . ko nuwa naso Iga . lo peki inėmo e ?

-. hingio kowi :' ne , ro peki Iniso . ko keza ' pesa ' we ?

-. lokkero kowi :' ko wo zite pima . ko keza ' kiti inuto ...'

-. kiti inuto ?

-. lokkero kowi :' me . lo sete ri nuwe wina Oduno wopa narlezta Odunoi . tu ro ne nėda lo . tu lo ne pe nėda ro . ro ri nuwe lokkero wopa narlezta lokkero . bu - lo wėdu pesi ro - Iro kize nėda . lo wudu telnua ri . ro wudu telnua li ...'

-. hingio kowi :' ro ketau tenai . buna loro ... Ero rega ho bau pesa ro ...

-. lokkero kowi :' ko gėka . Ewo lamba Teloe padwo ...'

-. hingio kowi :' a ! ko ne Teloe '.

. lokkero risa igena

-. tėla losoe ?

-. me .

-. buna Itemo ka loso-ṅa ?

-. ne .

-. ko , ko nasa ! tu inėmo ?

-. ne .

-. lokkero kusi nunta wela .

. bu lokkero deni wese rego sa :

-. dėno ra matra . ro temi inėmo , imano temi ro . nanta nėmo rimai , tu nanta mano rimai . gu ro inta lėlai . bu, lo wėdu pesi ro , dėno ra wėdu sola . ro wudu teka sabgalo sėla nanta tėla i'ho . tėla isabo giu nėrmoni . sabo la gadi ro wute eknėro , pe golo . teu , lami !! lo lami - keṅe - ibėgdemo e ? ro ne wami tolo . bėgo ri niata . ibėgdemo nune mimai . tu ko , ko tėsa ! bu lo ju gulnia ikomo . gu ko wudu paba dehu lo bau pesi ri !! gula bėgo diu mimai la . tu ro wudu nisa rilgalo bėge ...

. lokkero zenai tu ilde lami Oduno :

-. go kowi :' genei ... pesi ri !'

-. hingio gesi :' ro me rosa , bu ru ne ilmeo . ru iniso u peki tu ilta wo u tena.

-. lokkero kowi :' Ewo nuwe tena u iho hou Ewo pesi . imano dane u mewo tena wo . Igo remi iwito merle . bu ku nuna nismerleo , imano dane u iniso . lo wėdu sau niso , pesi ri !

-. hingio kowi :' gau diwi we ?'

-. lokkero gesi :' lo gau litrama .' lo narde rumbei inta bikau ri , ke , komane . ro wudu zemlami tu lo zena . koho henau ibulko . bu , uidage , lo wudu kau rumbei ukaide ...

. hingio denaki uddage.

-. lokkero kowi :' ko kaze u opde deni .' lo wėdu waki - maze - elta dezoe , rure kouta deho ro ketau tasa . ditu deho waki , ditu ro tassai . elta dehoe , libe, ro gigai tu sėtai . ro peki mebo u taso ! bu lo kelde wėdu waki , ro dane tena dehoe nibi habo ra ... kau itamo .

-. hingio kowi :' tamo we ?'

-. lokkero kowi :' ko wope wo u zite pima .' ko hou dago sela ifo , dewo ifo . buna tamo - maze - te Itemo ra . igo eldage kori te inato tehoa . gu eldago ko paba daga ! ro tasaki wese baktano . Itemo wėdu kelde kori , idago nanta wopa , tu ru ne nozmeo .

. keu , hingio pesi lokkero . tu wu rurdeo kada :

-. lokkero kowi :' a ! ... ro lamlali .

-. hingio kowi :' ko relo la , ro ne bulosi li , bu lo bau sau pesi li ...

. lokkero kowi :' ime .'

-. hingio kowi :' bu lo thedu lamlali !'

. lokkero kowi :' ime .'

-. gu lo nunniki te !

-. lokkero kowi :' ro niki te , weze niho u bėgo .'

. te go ditkoi :

-. waki u denlami ibasloro . lo gu tena u la'o telnua . lo denaki u betėzi ri , tu ro gipi runo li .

. hingio wakai u denlami ibasloro.

-. go kowi loroi :' Igo nane wopa basloroi ra . nunkio ne bau pesi Ilo tu Ilo ne pesi nunkio . Igo mope lokkero ra . ko nuwe lokkero wopa narlezta fo . bu ro seli ga niso ra, bu dehe telnua .

. tu ibasloro kuba .

-. go soze kowi :' Ilo kala, bu Ilo nupa . ne kau dani Igi . me , basloro ra , data akkio sida Ago wopa li . bu Anuwo waiba plus Ilo nanta , ku ko Ago u ro lali . ku ku Ago u ro lenmigi . ku ko Ago u ro gima te dospino . ku ko Ago hou ro kedi irombebo ( nuwe nutta du kouta su ibezoi ). ku ko Ago hou ro bau gilbau kėnai , du misai , du tire gaude zenai . ku ko basloro ra .

. tu go denaki sewe lokkero

-. go kowi :' betei ...'

-.lokkero kowi :' betei . ki runo ra . ko idura : ne bale lamba nuwe te habo . gabo kuna ilamoi .'

-. hingio sozkoi su mimai :' gabo kuna ilamoi .'

-. ko deho hou lo bau pedi su basloro la hou kiwi ho tire waba.

-. hingio kowi su mimai :' ko deho hou ro pedi su basloro ra ...'

-. lokkero kowi :'imano bau pimi ka sado .' bu lo ne gau pimi ho . lo kiwi tede pula u hou lo bau pesi . lo pula u basloro la ...

-. hingio sozkoi su mimai :' ro pula u basloro ra ...'


Traducteur : Ziecken

Versions
Version 2015
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique

Analyse de texte

Outils personnels