Les métaplasmes

De Elkodico.

Les métaplasmes est le nom donné aux différentes modifications phonétiques ou morphologiques qui altèrent les mots. Il existe quatre types de métaplasmes : par addition, suppression, substitution et permutation de lettres.

Sommaire

Métaplasmes par addition

L'anaptyxe

L'anaptyxe est le fait d'ajouter une voyelle entre deux consonnes pour en faciliter la prononciation. En elko, l'anaptyxe se manifeste sous la forme d'un a appelé a euphonique. Le "A euphonique" est le nom donné à la lettre Ă translittération de la rune Nuna employée pour faciliter la prononciation des suites consonantiques difficiles à prononcer. La brève placée sur la lettre A n'est qu'une notation scientifique servant à la distinguer d'un A classique. Aussi, elle n'est que rarement utilisée. En phonétique, ce petit diacritique - la brève - marque les voyelles courtes. Il est alors ici possible de maquer ce A par une prononciation brève, mais tout ceci n'est que précisions facultatives. Ce A euphonique ne se rencontre que dans les noms propres, les noms communs ne sont pas concernés par ce phénomène d'euphonie. On l'utilise dans quatre cas :

  1. Les noms propres
    1. La TOA
    2. L'onomastogenèse
  2. Les noms communs
    1. Les grammatonymes
    2. Les digrammes consonantiques


Remarque : La notation au moyen de la lettre Ă (notation scientifique) est assez rare on lui préfère sa simplification au moyen de la lettre A : Tripoli : Tăripoli → Taripoli

L'épenthèse

L'épenthèse est le phénomène inverse de l'anaptyxe. Ici c'est une consonne que l'on place entre deux voyelles afin de les prononcer distinctement (hiatus). Ce phénomène morpho-phonétique appartenant à l'euphonie utilise l'apostrophe.

L'épenthèse se présente sous la forme d'une apostrophe droite appelée Thura du nom de la rune Thura de laquelle elle provient. Il se prononce /ʔ/, c'est-à-dire comme un arrêt brutal de l'émission d'une consonne, il est appelé "coup de glotte". Ce son existe en français, on le trouve dans des liaisons comme dans les[ ]héros.

Lorsque deux voyelles sont placées en milieu de mot, c'est notamment le cas des infixes, on a affaire à un hiatus. dans le cas des hiatus, il est possible de séparer les voyelles au moyen du phonème éphelcystique. Bien que théoriquement tous les hiatus peuvent se scinder c'est essentiellement les hiatus homovocaliques qui l'utilisent pour réduire la proximité phonétique occasioné par la proximité de deux voyelles identiques.


Remarque : kaala → ka'ala /kaʔala/


L'épenthèse est intimement lié aux affixes que l'on peut marquer au moyen de l'apostrophe.

Métaplasmes par suppression

La coalescence concerne les digrammes homovocaliques (doublures) rencontrés en début (l'apocope) et en fin de mot (l'aphérèse).

  • Le digramme aa se simplifie en a.
  • Le digramme ee se simplifie en e.
  • Le digramme ii se simplifie en i.
  • Le digramme oo se simplifie en o.
  • Le digramme uu se simplifie en u.
  • Le digramme ėė se simplifie en ė.

L'apocope

L'apocope est le nom donné à la coalescence effectuée à l'arrière d'un mot.

La doublure

La doublure est un digramme vocalique formé par deux voyelles identiques. A l'arrière d'un mot on parle de "doublure finale". Elle s'opère lorsque deux lettres identiques terminent un mot, la règle d'euphonie veut alors qu'elle se simplifie en une seule.


aktaaakta

L'aphérèse

L'aphérèse est le nom donné à la coalescence effectuée à l'avant d'un mot.

La doublure

La doublure est un digramme vocalique formé par deux voyelles identiques. A l'avant d'un mot on parle de "doublure initiale". Elle s'opère lorsque deux lettres identiques commencent un mot, la règle d'euphonie veut alors qu'elle se simplifie en une seule.


aaktaakta

Métaplasmes par fusion

La coalescence est le nom donné au phénomène morphologique qui consiste à simplifier un digramme en une seule lettre. La coalescence concerne principalement les consonnes mais aussi les glides. La coalescence est l'un des quatre métaplasmes constituant les règles d'euphonie de l'elko.

La règle se présente comme suit :

"Lorsque deux voyelles identiques se trouvent côte à côte à l'extrémité d'un mot on en conserve qu'une seule."

Il est ici précisé "à l'extrémité" car au sein d'un mot cela ne peut pas fonctionner. Si pour illustrer, on prend l'exemple de kaala ("laid") donnerait kala par simplification vocalique. Or, kala signifie ni plus ni moins que le contraire de kaala à savoir "beau".

Les métaplasmes (du grec μετάθησις metáthêsis, « permutation ») est une modification phonétique de la famille des métaplasmes se caractérisant par un échange entre deux phonèmes. En elko, la métathèse concerne les deux glides W et J.

Métaplasmes par permutation

Les métaplasmes par permutation ou métathèses consistent au remplacement d'une lettre par une autres sous certaines conditions.

La lettre J

La lettre I devient J lorsqu'elle est placée entre deux voyelles :


Gaia → Gaja

La lettre W

La lettre W devient U devant une consonne (l'agglutination des clés glidées) ou dans le cas des clés diglidées (l'agglutination des clés diglidées).


TAK + WAW = takau

Liens

Liens internes

Liens externes

Outils personnels