Les préparatifs de l'expédition

De Elkodico.

L'épopée de Gilgamesh


L'épopée de Gilgamesh (Prologue)
Tablette I : Les deux héros

Gilgamesh : Dieu et hommeEnkidou : les premiers âgesLe chasseur : L'intermédiaireLa femme : l'initiatriceParoles de la femmeRéponse de EnkidouParoles de la femme IIRêves de Gilgamesh

Tablette II : La rencontre, l'amitié, le projet d'aventure

Les bergers : l'apprentissageOurouk aux rempartsLa lutteL'amitiéL'aventureLa vaillance

Tablette III : Préparatifs et départ

Les préparatifs de l'expédition

Tablette IV : Le voyage

Les songes de Gilgamesh : sur la route des cèdres

Tablette V : Prouesses dans la forêt des Cèdres, victoire sur Humbaba

La forêt des cèdres : la mort de Houmbaba

Tablette VI : Nouveau triomphe et démesure : le Taureau-céleste

Ishtar : l'amourLe refus de GilgameshLamentations d'IshtarLe retour des deux héros

Tablette VII : La mort d'Enkidu

Mort d'Enkidou

Tablette VIII : Les funérailles d'Enkidu

L'homme-scorpion

Tablette IX : Gilgamesh à la recherche de l'Immortalité

Shamash : Le dieu-soleil

Tablette X : L'arrivée au but

Sidouri : la cabaretièreL'humaine conditionOur-Shanabi : batelier des dieux

Tablette XI : L'échec et le retour à la vie ordinaire

Outa-Napishtim : l'aïeul immortelLe déluge : la plante d'immortalité

Tablette XII : Autre version de la mort d'Enkidu
L'épopée de Gilgamesh (Épilogue)

 

Les préparatifs de l'expédition

Les ordres sont donnés
aux artisans et aux forgerons d’Ourouk.
Ils se réunissent et tiennent conseil.
Ils fondent des armes de grande taille
des haches de trois talents chacune
de grands glaives
chaque lame de deux talents
leur poignée de trente mines
et des fourreaux d’or de trente mines chacun.
Ainsi Gilgamesh et Enkidou
portent chacun des armes
de dix talents.
Les habitants s’assemblent dans les rues d’Ourouk aux vastes marchés,
près de la porte aux sept serrures.
Les Anciens d’Ourouk s’associent devant Gilgamesh.
Il leur parle ainsi :
« Écoutez Anciens d’Ourouk
je veux moi, Gilgamesh
voir celui dont on parle
celui dont le nom épouvante le pays
je veux le combattre dans la Forêt des Cèdres
je veux couper les cèdres
et me faire un nom immortel.
Je ferai entendre au pays
les récits du fils d’Ourouk
et le pays dira :
« qu’il est vaillant ce fils d’Ourouk »
Les Anciens d’Ourouk
répondent ainsi à Gilgamesh :
« Tu es jeune Gilgamesh
ton cœur t’entraîne très loin
tu ne connais pas les conséquences
de ton entreprise.
Nous avons entendu dire
que Houmbaba est terrifiant.
Qui pourrait résister à ses armes ?
La forêt s’étend à soixante doubles heures
de chaque côté
qui pourrait pénétrer
à l’intérieur de sa forêt ?
Le mugissement de Houmbaba
est celui du déluge
sa bouche c’est le feu
son souffle, la mort certaine.
Pourquoi désirer un tel voyage ?
Jusqu’à ce jour personne n’a résisté à Houmbaba
Gilgamesh entendant ces paroles
se retourne vers son ami en riant et dit :
« Mon ami
comment vais-je leur répondre ?
Devrais-je dire que j’ai peur de Houmbaba ?
Devrais-je passer dans mon lit
le reste de mes jours ?»
Les Anciens d’Ourouk parlent ainsi
à Gilgamesh :
»Que ton dieu protecteur
te donne la victoire
qu’il te garde la vie sauve
et te ramène à ton pays
qu’il te ramène à Ourouk
Gilgamesh se prosterne devant le dieu Shamash :
ô Shamash
je pars et vers toi je lève la main
pour t’implorer
garde-moi la vie sauve
ramène-moi à mon pays d’Ourouk
étends sur moi ton ombre
et couvre-moi de ta protection. »
Gilgamesh appelle son ami
il consulte avec lui son présage.
Mais le signe de Shamash
est contraire.
Les larmes de Gilgamesh coulent
sur son visage.
Gilgamesh et Enkidou portent l’arc et le carquois
ils prennent les haches
le glaive et le fourreau.
La foule vient vers Gilgamesh
lui souhaitant un proche retour,
les Anciens le bénissent
et lui donnent des conseils pour sa route :
»Gilgamesh ne compte pas
seulement sur ta force,
que tes yeux soient grand ouverts
prends garde à toi,
laisse Enkidou marcher devant toi
il connaît le chemin, il l’a déjà parcouru
il connaît la route jusqu’à la Forêt des Cèdres.
Laisse-le avancer sur les pistes de Houmbaba,
celui qui marche devant défend son compagnon
qu’il soit vigilant
et que ses yeux restent bien ouverts pour se défendre.
Puisse Shamash réaliser ton désir
qu’il montre à tes yeux les paroles de ta bouche
qu’il ouvre pour toi toutes les impasses
qu’il ouvre la route à ta marche
que les montagnes soient accessibles à tes pas
que la nuit t’apporte de bonnes nouvelles.
Puisse Lougalbanda être à tes côtés
pour réaliser ton désir
et, toi, pareil à un jeune enfant,
atteindre ce que tu espères.
A ton arrivée au fleuve de Houmbaba
lave tes pieds,
et le soir au moment de prendre ton repos,
creuse un puits
que ton outre soit toujours pleine d’eau pure,
fais offrande d’eau fraîche à Shamash
et évoque sans cesse
le nom de Lougalbanda
Gilgamesh dit à Enkidou :
»Allons mon ami
au temple d’Egalmah
devant Ninsoun la grande reine,
Ninsoun la sage, l’omnisciente qui sait toutes choses,
elle nous donnera conscrit
et renforcera nos pas
Gilgamesh et Enkidou s’en vont à l’Egalmah
devant Ninsoun la grande reine.
Gilgamesh entre, s’approche d’elle et lui dit :
»Ô Ninsoun
j’ai entrepris une tache difficile
S’ai entrepris un voyage lointain au pays de Houmbaba
l’ai décidé de mener une lutte dont j’ignore les conséquences
je veux parcourir une route dont je ne connais pas les détours.
Jusqu’au jour de mon départ et de mon retour
jusqu’à mon arrivée à la grande Forêt des Cèdres
jusqu’à ce que je tue le glana Houmbaba
et que j’efface de la terre
tout le mal que hait le dieu Shamash
ô divine Ninsoun
implore Shamash pour moi !»
Ninsoun entre dans sa chambre
elle met le vêtement consacré
elle se pare d’un collier
se coiffe de sa couronne
puis elle monte jusqu’à la terrasse
et face à Shamash elle brûle l’encens
elle fait offrande,
elle lève les mains vers Shamash et dit :
»Pourquoi as-tu donné à mon fils Gilgamesh
un cœur qui ne s’arrête jamais ?
Maintenant que tu l’as incité à partir
il décide d’entreprendre un voyage lointain
au pays de Houmbaba
il va mener une lutte
dont il ne connaît pas les conséquences
et parcourir une route
dont il ne connaît pas les détours.
Jusqu’au jour de son départ et de son retour
jusqu’à son arrivée à la grande Forêt des Cèdres
jusqu’à ce qu’il tue le géant Houmbaba
et qu’il efface de la terre tout le mal que tu hais,
que ton épouse Aya la lumineuse
te fasse souvenir de lui
et le confie aux dieux gardiens de la nuit
aux étoiles et à ton père Sin
pendant ton absence
Ninsoun éteint l’encens
elle récite des incantations
en présence des prêtresses
des courtisanes sacrées et des hiérodules
elle appelle près d’elle Enkidou
et le recommande ainsi :
»Ô fort Enkidou
qui n’est pas sorti de moi
je te prends dès maintenant pour fils
Puis elle lui passe un collier autour du cou
peur confirmer sa confiance
et lui dit :
»je te confie mon fils Gilgamesh
protège-le tout le long du voyage
que cela dure des jours, des mois ou des années

Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2018
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique

Analyse de texte

Outils personnels