Les runes

De Elkodico.

Les runes sont les caractères d'écriture du rundar. Un système utilisant de tels caractères est appelé "système runique".


Le Futhark

F U Þ ou TH A R K G W H N I J
Ė P Z S T B E M L ou NJ D O

 


Sommaire

Origine des runes

Les runes sont les caractères constitutifs d'un ancien système d'écriture utilisé par différents peuples germaniques et scandinaves du 1er siècle jusqu'au 19ème siècle. Aujourd'hui inutilisées elles ont néanmoins été employés par de grandes civilisations comme les vikings.

Il semblerait que les premières runes étaient des pictogrammes qui ont, au fil du temps, évolués en caractères d'écriture. On retrouve toutefois certaines similitudes entre les runes et d'autres alphabets comme les alphabets étrusque, latin et grec.

Origine du mot "rune"

L’origine de ce mot est très discutée, toutefois on s’accorde sur le fait que ce terme serait apparu au XVIIème siècle en Scandinavie dans le sens de caractère d’écriture. Emprunté au latin « runa », ce mot serait ensuite devenu « rune ». Toutefois, la racine run était déjà bien présente dans l’univers germanique, mais véhiculait l’idée de mystère, de secret. L’elko a conservé cette acception et c’est ainsi que la clé RUN (mystère) a intégré le dictionnaire.

Le mythe d'Odin"

L’un des plus anciens récits nordiques évoque un mythe très célèbre appelé Runatals Thattr Odinns (« le dénombrement des runes par Odin »). Il raconte comment Odin, le père des dieux, a acquis la sagesse des runes en se suspendant pendant huit jours et neuf nuits la tête en bas à l’une des branche d’Yggdrasil, l’arbre de la connaissance.


Je sais que je pendis
A l’arbre battu des vents
Neuf nuits entières
Blessé par une lance
Et offert à Odin
Moi-même à moi-même offert.
A cet arbre dont nul ne sait d’où proviennent les racines.
On ne m’apportera ni pain
Ni corne à boire
Je scrutai en dessous
Je ramassai les runes
En hurlant je les ramassai
Là-dessus retombai.
Neuf chants puissants
J’appris du fils renommé
De Bölthorn, père de Bestla,
Et je pus boire
Du précieux hydromel
Puisé dans Oedrerir.
Alors je me suis mis à germer
Et à apprendre
À croître et à prospérer
Parole après parole
La parole naissait en moi
Acte après acte
L’acte naissait en moi
Tu découvriras les runes
Et intérpréteras les signes
Les très savants signes
Les très puissants signes
Que firent les puissances
Que grava le Sage Suprême
Et que colora le Crieur des Dieux.
Sais-tu comment il faut graver ?
Sais-tu comment il faut interpréter ?
Sais-tu comment il faut teindre ?
Sais-tu comment il faut éprouver ?
Sais-tu comment il faut demander ?
Sais-tu comment il faut sacrifier ?
Sais-tu comment il faut offrir ?
Sais-tu comment il faut projeter ?
Mieux vaut ne pas demander
Que trop sacrifier
Un don est toujours récompensé.
Mieux vaut ne pas offrir
Que trop projeté.

Le dénombrement des runes par Odin (extrait du Hávámal, st. 138-139,144-145)

Les runes et le chiffre quatre

Le chiffre quatre tient une place prépondérante dans la culture elkanne. Il es omniprésent dans la structure de la langue, directement ou indirectement. En voici quelque exemples :

Le chiffre 4

  • Position de la rune Asa dans le futhark.
  • Nombre de famille de runes (runes d’écriture, ponctuelles, numériques et additionnelles).
  • Nombre de runes additionnelles.
  • Nombre de cases comprises dans les Elsul dans la grille de référence elkanne.
  • Nombre de Tammor dans la grille de référence elkanne.
  • Nombre de colonnes dans le tableau de polarité runique.
  • Nombre des mancies runiques.

Le nombre 13

Le nombre 22

  • Nombre de lettre dans l’alphabet de l’Elko.

Le nombre 31

Le nombre 40

Liens

Outils personnels