Les signes phrastiques

De Elkodico.

L'elko a la particularité de ne posséder que le point et la virgule comme signe de ponctuation. Dès lors, pour rendre les différents types de phrases, l'elko a recours à des particules. Ces particules sont nommées particules phrastiques.

Ainsi, en elko, il est nécessaire d'utiliser une particule et un point pour traduire les quatre types de phrase. Même si dans les faits, on a tendance à utiliser les signes de ponctuation habituels, ce qui apparaît, dès lors, comme une redondance.

Sommaire

Le point d'exclamation

Le point d'exclamation ( ! ) marque l’exclamation, la surprise et l’étonnement. Il est également utilisé avec les interjections et les onomatopées. Il est en général précédé de la particule a.


kalo ! "Quelle beauté !"


Si le dernier mot de la phrase se termine déjà par un "a" la particule a n'est alors pas nécessaire.


ko kala ! "(Que) c'est beau !"

Le point d'interrogation

Le point d'interrogation ( ? ) marque l'interrogation et l'étonnement. Il est en général précédé de la particule e. Le point d’interrogation ( ? ) est utilisé de la même manière qu'en français. Il sert à former les questions et les demandes.


lo nora e ? "Est-ce que tu dors ?"


Si le dernier mot de la phrase se termine déjà par un "e" la particule e n'est alors pas nécessaire.


lo waki dewe ? "Où vas-tu ?"

Le point d'injonction

Lorsque le point d'exclamation est utilisé deux fois il marque l'injonction, l'ordre. on parle alors de point d'injonction. La rune utilisée est la rune Asa doublement pointée.


wamai ko i ! "mange ça !"


Si le dernier mot de la phrase se termine déjà par un "i" la particule i n'est alors pas nécessaire.


Waki !! Viens !


Il est possible de n'utiliser qu'un seul point d'exclamation après la particule i, cela permet de traduit une demande, une prière.


. wėri itugo ira i ! Pardonne-nous nos péchés !

Le point déclaratif

Le point ( . ) a quasiment la même valeur qu’en français, mais il est néanmoins plus présent en elko. Les phrases étant plus courtes et plus facilement segmentées, ce signe de ponctuation est donc beaucoup plus présent. Il se place en fin de phrase (point final) mais peut aussi se rencontrer début de phrase (point initial). Cette originalité qui tend aujourd'hui à disparaître est en fait un héritage de l'écriture runique qui utilisait un tel système.

(.) Ego wami wono . Je mange un fruit

Liens

Outils personnels