Les spécificités de l'elko

De Elkodico.

L'elko est une langue qui se veut originale. Cette page a pour vocation de vous expliquer en quoi.


Sommaire

Ce qui n'existe pas en elko

L'article partitif

L'article partitif (du, des, de la, de l', de, ...) n'existe pas en elko .


"Je mange du pain" Oro wami tolo

Certains sons et certaines lettres

Les lettres C, Q, V et X n'existent pas en elko. Même les noms propres étrangers qui les contiennent sont retranscrits phonétiquement au moyen de lettres présentes dans l'alphabet.

Ce qui facultatif en elko

Le genre

Le genre est un trait grammatical utilisé pour apporter une précision liée au sexe sur les mots. Placé sur les êtres animés, le genre permet d'en préciser le sexe. Placé sur les objets non animés, il indique à qui est destiné l'objet.


mano "être humain", Amano "femme"

Le nombre

Le nombre est dit "non marqué" lorsqu'il ne donne aucune information sur la quantité. C'est l'absence de préfixe qui caractérise le non marqué. On peut se passer de préfixe numérique dans deux cas :

  • Le contexte est suffisamment clair
  • L’ambiguïté est volontaire


Le temps

Le temps est marqué au moyen d'auxiliaires temporels, mais ceux-ci deviennent facultatifs si des indicateurs temporels situent déjà l'action.


Oro eddage lari "Je l'ai rencontré hier" (litt. Moi hier rencontrer)

Ce qui existe qu'en elko

Le politif

Le politif regroupe l'ensemble des valeurs exprimées par le suffixe -ė (parfois orthographié -ei). Son utilisation est spécifique à l'elko mais certains de ces emplois se retrouvent dans certaines langues comme la forme de politesse en français.

Bien que le suffixe -ė soit officiellement celui du politif, sa forme digrammique "-ei" est toujours très fréquente, de par le fait que la lettre Ė n'est pas toujours disponible sur le clavier et que le suffixe -ei n'est pas employé en elko et peut donc être utilisé à cette fin.


toko gratitude → tokė ou tokei merci


Remarque : Il est possible d’omettre cet affixe pour traduire un respect plus atténué, voire la familiarité. Cette omission ne doit donc se faire que dans le cadre familial ou amical. Ainsi on peut dire Tok ! pour Tokei !.

Le ligatif

Le ligatif est l'une des particularité de l'elko. Il se présente sous la forme du suffixe simple "-u" provenant de la clé NUT (pont).

Il existe quatre types de ligatif :

Le ligatif peut, comme tous les suffixes, se placer sur un mot ou sur une particule. Il est souvent réduit à la voyelle "u" mais pour les particules ce n'est pas tout à fait vrai. En effet, les particules utilisent toujours les suffixes à deux voyelles[1] afin de ne pas être confondus avec les particules en -ou toujours écrites -u.

Le point d'injonction

Lorsque le point d'exclamation est utilisé deux fois il marque l'injonction, l'ordre. on parle alors de point d'injonction. La rune utilisée est la rune Asa doublement pointée.


Waki !! Viens !

La grammaire méthodique

La grammaire méthodique. Elle se divise en deux parties principales : le Sammito et le Zammito dans lesquelles se répartissent les 4 niveaux. Le Sammito regroupe les niveaux 1 et 2 et rassemble les règles de base de la grammaire elkanne tandis que le Zammito regroupe les niveaux 3 et 4 et réunit les règles de perfectionnement. En d'autres termes, si vous souhaitez apprendre l'elko vous pouvez vous contenter du Sammito (les deux premiers niveaux).

Chaque niveau reprend les 10 mêmes thèmes grammaticaux à des niveaux différents.

La graduation

La graduation est le nom donné à l'examen d'évaluation permettant d'évaluer le niveau d'elko d'un locuteur. La graduation se présente sous la forme de quatre phrases à traduire réparties en deux parties distinctes : le thème et la version ainsi que quatre questions portant sur la langue.

  • Le thème : Deux phrases à traduire du français vers l'elko.
  • La version : Deux phrases à traduire de l'elko vers le français.

L'autologisme

Néologisme proposé par Ziecken le 16 janvier 2012 et définissant le fait qu'il soit possible en elko de créer son propre vocabulaire en fonction de sa propre vision du monde, et ceci pour vérifier l'hypothèse Sapir-Whorf.

Ainsi, en fonction de sa culture ou de sa langue d'origine, un même concept pourra être traduit de différentes manières. Ainsi par exemple le mot "avion" pourra se traduire par exemple par :

Les profixes

On appelle profixe, chacun des quatre affixes pouvant se substituer au w. Les profixes sont l'un des quatre types d'affixes existant en elko, avec les préfixes, les suffixes et les infixes. Les profixes sont liés à la situation d'énonciation, c'est-à-dire qu'ils relatifs au moment où l'on parle et apportent des subtilités qui renseignent sur la position du locuteur.

Les proclés

On appelle proclé une clé réduite utilisant une consonne particulière : W, J, H, F, TH et NJ. Il s'agit de clé réduites spéciales employées dans la situation d'énonciation.

Les proclés sont parfois appelées "particules énonciatives" ou encore "particules irrégulières" en opposition aux particules régulières. Il existe deux types de proclés : les proclés simples de type HV et les proclés cumulées de type HVV.

Les proclés sont des particules utilisant un profixe car la consonne qui constitue une particule remplace une clé (d'où le terme de proclé, formé sur le modèle de pronom "qui remplace un nom"). Les proclés se caractérisent également par le fait que se sont des particules ne disposant pas de sens déterminé, par conséquent, elles ne le prennent que dans la situation d'énonciation où elles se réfèrent à un mot précédemment cité : cela s'appelle la reprise.

La TOA

La Transcription Onomastique Appliquée ou TOA est le nom donné à la technique de transcription permettant de transcrire les noms propres. Lorsque elle est appliquée aux noms propresproprement dit on parle de transcription onomastique appliquée aux noms ou TOAN et lorsqu'elle est appliquée aux théonymes elle est a appelée transcription onomastique appliquée aux théonymes ou TOAH.

La transcription onomastique est le fait de transcrire un nom étranger au moyen des lettres et des sons présents en elko. Le but de cette transcription est de pouvoir trouver un équivalent au sein du Rundar. Lorsque l'elko utilise le système runique ou Rundar les emprunts ne sont pas autorisés, il faut donc que les noms propres étrangers soient transcrit au moyen des sons et des lettres disponibles dans le Rundar.

Les Hagas

On appelle haga tout digramme construit à l'aide de la lettre "h". Cette lettre correspond à la rune Haga ("rune de la semence") dans le Rundar. Ces associations peuvent se faire les consonnes régulières et sur l'ensemble des voyelles.

Les hagas sont utilisés en elko nalique comme phonèmes à part entière de la langue et sont parfois utilisés à l'instar de la polarité runique pour créer de nouveaux phonèmes.

Les Hagas monogrammiques sont des Hagas simplifiés à une seule lettre. Il en existe quatre :

  • ph → f
  • th → þ
  • kh → ng →ṅ
  • sh → h

L'infixe oxymorique

L'infixe oxymorique est le nom de l'infixe utilisé pour marquer la situation intermédiaire entre deux situations contraires. Il s'exprime au moyen de la voyelle ė.


laka "froid" → laėka "tiède"
kaka "chaud" → kaėka "tiède"


Remarque : Le choix du mot revient au locuteur. C'est l'histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide !

La thétymologie

La thétymologie est un néologisme formé à partir de Θεός ("dieu") et ἐτυμολογία ("étymologie"), il traduit le fait de construire des clés à partir du nom de divinités que l'on appelle "théonyme". Ainsi la plupart des clés actuellement validées en elko trouvent leurs origines dans le nom de divinités présentes dans plus d'une quarantaine de à travers le monde, les autres sont obtenues par l'analogie.

La thétymologie et l'une des deux méthodes employées dans la morphogenèse, l'autre étant l'analogie. En d'autres termes la thétymologie l'un des deux moyens utilisés pour créer de nouvelles clés. Chaque utilisateur d'Elkodico a d'ailleurs la possibilité de faire ses propres propositions à l'académie.

La thétymologie joue plusieurs fonctions :

  • Fonction de morphogenèse : Permettre de créer de nouvelles clés.
  • Fonction d'enrichissement : Donner de la profondeur étymologique à la langue.
  • Fonction propédeutique : Permettre d'apprendre et d'étoffer ses connaissances sur les mythologies du monde entier.

L'analogie

Les spécificités de l'elko est un point essentiel dans la morphogenèse. Il décrit le fait que les clés maintiennent entre elles des liens sémantiques et morphologiques. Ainsi, chaque clé utilisée en elko est reliée à une ou plusieurs autres par ce phénomène d'analogie, ces clés sont alors appelés paronymes.


... → REB (fond)RIB (face)RIM (visage)RIS (aspect)RIP (reconnaissance) → ...

La propédeutique

La valeur propédeutique de l'elko fait que son apprentissage et sa maîtrise permettent l'acquisition indirecte, et parfois inconsciente d'autre choses :

  • La numérologie
  • La runologie
  • La linguistique
  • Facilite l'apprentissage des langues étrangères
  • Améliore votre niveau de français
  • La mythologie

L'emploi des minuscules

Les minuscules sont utilisées en elko pour les noms communs. Elles ne trouvent pas d'équivalent dans le Rundar.


wido "enfant"

En elko, les phrases commencent toujours par une minuscule, seuls les noms propres et les initiales vocaliques des pronoms sont notées en majuscules.


  • . hido waki teble . "L'enfant va à l'école"
  • . Tom waki teble . "Tom va à l'école"

point suscrit

Le point suscrit, point en chef ou encore point simple est utilisé en elko pour marquer la mouillure /j/. On le retrouve aujourd'hui sur la lettre Ė et sur la lettre Ṅ. Toutefois le nalique, un dialecte de l'elko, l'utilise sur une vingtaine d'autres lettres.

La thétymologie

La thétymologie et l'une des deux méthodes employées dans la morphogenèse, l'autre étant l'analogie. En d'autres termes la thétymologie l'un des deux moyens utilisés pour créer de nouvelles clés. Chaque utilisateur d'Elkodico a d'ailleurs la possibilité de faire ses propres propositions à l'académie.

La thétymologie joue plusieurs fonctions :

  • Fonction de morphogenèse : Permettre de créer de nouvelles clés.
  • Fonction d'enrichissement : Donner de la profondeur étymologique à la langue.
  • Fonction propédeutique : Permettre d'apprendre et d'étoffer ses connaissances sur les mythologies du monde entier.


Les majuscules

Les majuscules sont utilisées en elko pour les noms propres et pour les pronoms lorsque ceux-ci commencent par des voyelles. Elles ne sont utilisées qu'en abde et ne trouvent pas d'équivalent en rundar.


  • Tom "Tom"
  • Ogo "Il"


Les spécificités de l'elko sont également utilisées dans les titres. Tous les mots d'un titre prennent une majuscule.


Hau Babel Keso "Le texte de Babel"

Le point initial

En elko, il est possible de rencontrer un point en début de phrase, on le nomme alors point initial, il s'oppose au point final. Ce signe tend aujourd'hui a disparaître car l'utilisation se calque sur les habitudes internationales et la simplification est de mise. Il s'agit d'une spécificité de l'elko.


(.) Ego wami wono . ("Je mange un fruit")

Les points d'hésitation

Lorsque le point est utilisé deux fois de suite on parle de points d'hésitation. Cela exprime l'hésitation, ou l'ignorance. On le traduit souvent par "euh". A l'oral, on allonge la dernière voyelle. Il s'agit là encore d'une spécificité de l'elko.


Ero rosu .. Je veux euh...

L'asémant

L'asémant, support asémantique ou encore particule asémantique est une spécificité de la grammaire de l'elko. L'asémant se présente sous l'aspect de particules formées au moyen de la lettre J. Les particules ainsi produites sont ainsi appelées proclés car se substituent à des clés.


kalo "beauté" → kalo jea "beau, belle"

Les profixes

On appelle profixe, chacun des quatre affixes pouvant se substituer au w. Les profixes sont l'un des quatre types d'affixes existant en elko, avec les préfixes, les suffixes et les infixes. Les profixes sont liés à la situation d'énonciation, c'est-à-dire qu'ils relatifs au moment où l'on parle et apportent des subtilités qui renseignent sur la position du locuteur.

En elko, il existe donc quatre types de profixes que l'on peut regrouper en deux groupes :

Auxquels on peut ajouter :

La reprise

La reprise est l'un des emplois des profixes. Elle est exprimée au moyen de proclés, c'est-à-dire de particules formées avec l'une consonne particulière[2] et d'une ou plusieurs voyelles.

La reprise évite la répétition d'une même clé dans une phrase ou dans un mot. Le choix de la consonne utilisée permet d'identifier rapidement la clé en question. Les profixes utilisés sont :

  • Le profixe =h : il est utilisé pour définir un élément évoqué récemment.
  • Le profixe =f : il est utilisé pour définir un élément évoqué ultérieurement.


  • J'achète des livres. Je lirais les livres plus tard. → J'achète des livres. Je les lirais plus tard.
  • . Ero remi itabo . Ero tabi itabo wude . → . Ero remi itabo . Ero tabi iho wude .

L'égétif

L'égétif est une expression du besoin et de la nécessité. Le terme a été proposé par Ziecken le 15 mai 2013. Il se marque en elko au moyen de l'Asaura nėdau souvent réduit à dau.


'ro dau lambai li' "J'ai besoin de te voir"

L'obligatif

L'obligatif est une expression de l'obligation, du devoir et de l'ordre. En elko, il est rendu au moyen de la particule gau. Cette particule se place de préférence avant un autre verbe.Le terme d'obligatif est un néologisme proposé par Ziecken le 15 mai 2013.


. Oro gau wami wono . "Je dois manger un fruit."

Le capacitif

Le capacitif est l’expression de l'aptitude t de la capacité. Néologisme proposé par Ziecken le 15 mai 2013, il s'exprime au moyen de la particule kau.

La particule kau est la manière la plus répandue d'exprimer la capacité, l'aptitude, et la possibilité. Plus courte, plus générale, elle est moins sujette à ambiguïté, mais fait néanmoins partie du Zammito. Elle reprend la consonne de queue des Asauras gėkau et sikau.


. Ago kau elkoi . "Elle peut parler elko."

Le permissif

Les spécificités de l'elko est l'expression de la permission et de l'autorisation. Le terme de "permissif" est un néologisme proposé par Ziecken le 15 mai 2013. En elko, il est exprimé au moyen de la particule mau.


. Elo mau waki kehe . "Tu as le droit de venir ici."

Le prohibitif

Le prohibitif est l'expression de l'interdiction et de la prohibition. Le terme de "prohibitif" est un néologisme proposé par Ziecken le 15 mai 2013. En elko, il est exprimé au moyen de la particule nau.


. Elo nau waki kehe . "Tu n'as pas le droit de venir ici."

L'opportunitif

L'opportunitif est une expression de l'occasion et de l'opportunité. En elko, il est rendu au moyen de la particule pau. Cette particule se place de préférence avant un autre verbe.Le terme d'obligatif est un néologisme proposé par Ziecken le 15 mai 2013.


. Oro pau wami wono . "Je dois manger un fruit."

Le décisif

Le décisif est une expression de la décision, il s'apparente au sélectif avec lequel il est confondu en elko. Il s'exprime au moyen de l'Asaura pėrau souvent réduit à rau. Le terme de décisif est un néologisme proposé par Ziecken le 15 mai 2013.


go rauwami ka tomo "Il veut manger ce gâteau"

Le statif

Le statif est une forme verbale qui indique que 'action exprimée par le verbe est en pause ou en arrêt (momentané ou définitif). Il s'exprime au moyen de l'Asaura bozau souvent réduit à zau. Le terme de "statif" est un néologisme proposé par Ziecken le 15 mai 2013.


go kiti pelo "Il construit une maison" → go zau kiti pelo "Il cesse de construire une maison"

Le laxif

Le laxif est une forme verbale qui indique que le sujet laisse faire l'action par un autre agent que lui-même. Il se construit au moyen de l'Isaura : liu provenant de la clé LIW (gare) exprimant la notion d'attente et de laisser les choses se passer. Le terme de "laxif" est un néologisme proposé par Ziecken le 25 juillet 2013.


  • go kiti pelo "Il construit une maison" → go liu kiti pelo "Il laisse construire une maison"
  • go kitai pelo "Il se construit une maison" → go liu kitai pelo "Il se laisse construire une maison"

Liens

Outils personnels