Prière sur l'acropole

De Elkodico.

Prière sur l'acropole

Prière sur l'Acropole

Je suis née, déesse aux yeux bleus, de parents barbares, chez les Cimmériens bons et vertueux qui habitent au bord d'une mer sombre, hérissée de rochers, toujours battue par les orages. On y connaît à peine le soleil ; les fleurs sont les mousses marines, les algues et les coquillages coloriés qu'on trouve au fond des baies solitaires. Les nuages y paraissent sans couleur, et la joie même y est un peu triste ; mais des fontaines d'eau froide y sortent du rocher, et les yeux des jeunes filles y sont comme ces vertes fontaines , sur des fonds d'herbes ondulées, se mire le ciel.


Mes pères, aussi loin que nous pouvons remonter, étaient voués aux navigations lointaines, dans les mers que tes Argonautes ne connurent pas. J'entendis quand j'étais jeune, les chansons de voyages polaires ; je fus bercé au souvenir des glaces flottantes, des mers brumeuses semblables à du lait, des îles peuplées d'oiseaux qui chantent à leurs heures et qui, prenant leur volée tous ensemble, obscurcissent le ciel.


Auteur: Ernest Renan

 

elko kirte


Aro keta ranniu lambau awelo, wene daapa e'wiko, bala tu rama Kimeri dare. Heo pelia kade doka lago, gonnėla, nande bėlla. Eko tekia same solo. Iloro nera ihapano, niha imulkomo tu inergido eko peki rebe buda iropo. Ikelo wodi niawa he, tu me wuno te'sa he. Bu laklana inulo wuti bergonoa he, tu Aidunoa ilambao wopi ka annia inulo, ho bara ikomnene, rano risi hoe.


Bioka iri gėku deudeni, ara iwiko wedu wesa bika nedio ilagoe, ela Argos Irėdo ne tekia hoe. Aro wedu galbai dewe aro dunea, igolso telmuna rėdoa. Neda iwiso pari ara imimo, kela ilago wopa dumomo, inuwo pela izelo, iho golsoi tu dawe ketzeli dokia rano.


Traduction : Ziecken

 
Versions
Version 2009Version 2010
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique
 
Outils personnels