Projet Babel de l'Atelier

De Elkodico.

Sur une idée de Velonzio Noeudefée, un projet d'édition impliquant nos idéolangues a été lancé. Le but est de faire imprimer quelques exemplaires d'un ouvrage contenant :

  • une première partie formée d'un même texte traduit dans les idéolangues des participants (partie Babel)
  • une deuxième partie composée de textes originaux en idéolangue présentant un aspect des idéomondes associés (partie libre)
  • une troisième partie (?) formée d'un "dialogue" entre les participants sur le thème de l'idéolinguistique. En idéolangues.

Aucune des parties ne sera traduite en français, ni en aucune autre langue naturelle.

Pour donner un ordre de grandeur, une date-butoir du 4 mai 2018 a été imposée, vers laquelle les textes devront tous être traduits. L'édition proprement dite sera un processus distinct (mise en page, recherche de l'imprimeur, etc).

Sommaire

Couverture

iro = nous


Fichier:isa.jpgFichier:reida.jpgFichier:otha.jpg

Partie Babel

En français

Je conçois la persolangue un peu comme du modélisme linguistique, sauf que, à la différence des autres modélismes, ça ne coûte rien.

Une idéolangue est une langue créée par seule recherche du plaisir de la création, un peu comme si la personne qui s'y adonnait utilisait comme pièces d'un jeu de construction : les classes de mots, les choix grammaticaux et qu'elle essaie de lier tous ces éléments ensembles.

Cette approche de construction d'une langue est à distinguer de celle des langues auxiliaires, destinée essentiellement à rassembler des communautés de locuteurs de langues d'origines différentes.

Jusqu'à il y a peu, les rares persolangues connues, ne serait-ce que de nom servaient de support à une œuvre : roman, opéra, film, bande dessinée ou jeu (de société, vidéo...).

La plupart du temps les persolangues étaient cantonnées à l'isolement des blocs-notes de leurs créateurs, rangés dans des tiroirs, tant cette occupation paraissait généralement futile.

L'arrivée d'internet a permis avec des sites comme l'Atelier (et d'autres dans d'autres langues) à des personnes, dont le but n'est autre que de taquiner la diphtongue ou le participe, d'échanger des idées afin d'enrichir leurs créations personnelles. Les autres modélistes : ferroviaires, navals ou aériens s'échangent eux-aussi leurs astuces afin de peaufiner leurs plus belles pièces.

Puis, plus on est de fous, plus on rit.

Apprendre, c'est construire

L'apprentissage ne se fait qu'au prix d'un travail mental que nul ne peut faire à la place de l'apprenant. Ce travail est surtout un travail de mise en ordre et en relation, de réorganisation des connaissances déjà engrangées, bref de reconstruction d'une partie plus ou moins vaste de notre système cognitif. Transmettre des savoirs, c'est en réalité permettre à l'autre de les reconstruire, autrement dit créer des situations qui provoquent une activité mentale de haut niveau, obligeant l'apprenant à se confronter à des obstacles et, pour les surmonter, à dépasser l'état de ses connaissances.

Ainsi ce qui paraissait futile, vain, voire égoïste et perte de temps est en fait une recherche personnelle, une reconstruction du savoir linguistique qui amènera une meilleure maitrise des langues parlées et pratiquées, car les mécanismes linguistiques seront mieux connus mais surtout qu'ils auront été éprouvés lors de cette reconstruction linguistique. Ce travail devient de tout premier ordre et n'est autre qu'une quête créative de savoir. Cette attitude est avant tout humaine.

En elko (latin)

. ro nura narko inta mope koutena inmazio . nuweu - sėle fau inmazio - ko nune meba .

. bapko kowo keta nuwe rekoi u tasa tu kito . inta mopėdu kiho ho'i niti biwe kitlilzao : kendaro , ebkėro tu et ko likau daunuti nanta ka gaho .

. ka nuro u kitko sėla u nutko wesau dawi Ikowo te iselko .

. these , tada teka narko - wizeu kene - nita londioi : dedmabo , gėlmoko , ilamo , kobtabo , lilo ( darlilo , lamlilo ...).

. abta deho , inarko nuwa intibo u Ikito Iga - duka orlėpoe - tire ka guno risa tame zaba .

. dodo u telmaro bau tėma u imakeo maze l'Atelier ( tu fo ikofoe ) kiwoi , hou heso nuwau kadi dibkabo du a-keno , tegkizi wesu luti narkito iga . fau Imazo : segaka , nekaka du ranaka wope kizai iloko sa wesu weli kailo igaho sa .

. wudu , taiwa taisa !

. tebai , ko kiti .

. tebio nuwe te saudio hou nunkio kau diwi zike Otebo . ka diwo wabe diwo u duko tu nuto , tenduko libe keta ,- wib !- sozkitio u gawo wiėga u tenuko sa . rudi iteno , ko sade kau sozkiti iho kifoi . kofe , kiti inėpo hou dėli kirbita tendio , rėwia Oteba u ribai igoro tu , su duti iho , duti tenriso .

. keu , ko wedu risa zaba , niata , kade narra tu deuzimo sade narreko , sozkiti u kouteno hou gėpia kaza kouzamo sowa tu nita , ku koutena isono kaze tena bu wabe bau lika mewe ka koutena sozkito . ka diwo kiwi gaba tu kitreko u teno . ka lėwo kete mana .

En elko (kimrunnabo)

- - - - - - - - -

Partie libre

Partie dialogue

Liens

Outils personnels