Psetep III

De Elkodico.

Où est passé le Psetep ?

III - IIIIV - VVI

 

est passé le Psetep ?

Psetep, 22me Rxup

Dans le vaisseau, les choses allaient plutôt mal. Ktupt avait déjà essayé au moins douze fois d'entrer un programme permettant à l'engin de retrouver sa route normale, mais l'ordinateur refusa obstinément ces tentatives, découvrant des erreursjamais les mêmes le programmeur était certain que les instructions ou la syntaxe étaient conformes.)

"Cet ordinateur est complètement nase, vous le voyez bien, inspecteur ! Vous pouvez bien être témoin de tous les essais que j'ai faits pour lui faire ingurgiter un programme potable !"

L'inspecteur n'était pas un imbécile imbu de son autorité ; bien qu'il n'ait jamais fait d'informatique, il pensait que le programmeur était sincère : ayant plusieurs enquêtes de toute sorte derrière lui, il connaissait bien les gens et savait donc avec le minimum d'erreurs reconnaître les individus honnêtes des bluffeurs. Pourtant, l'énigme posée par cet ordinateur était un gouffre sans fond.

Vous savez, Ktupt, que je suis un vrai novice en matière d'informatique, mais je voudrais vous faire une proposition : Rédigez-donc un programme qui ne ramènerait pas le Psetep vers la bonne trajectoire, mais qui continuerait à le perdre.

Dans quel but ?

Si l'ordinateur continue ses élucubrations, il peut s'agir d'une panne ou d'un sabotage grossier, sinon nous avons affaire à un individu intelligent et diabolique ayant opéré tant sur le logiciel que sur la carcasse, dans tous ces cas, nous aviserons.

Nous aviserons ou vous aviserez ?

Ne soyez pas aussi amer, la situation est déjà assez critique comme ça !

Ktupt se mit au travail élaborant un programme parfait mais qui aurait pour conséquence, s'il était exécuté, de précipiter le Psetep vers un orage magnétique fatal. Lorsque toutes les instructions furent introduites, l'écran afficha :

Le programme avait été accepté : l'ordinateur était complètement saboté. il fallait : D'abord le déconnecter complètement et dire aux équipes de navigation de continuer avec les moyens encore disponibles. Examiner tout le logiciel, code binaire par code binaire (un travail de titan d'autant plus qu'on n'était plus sûr de rien, l'ordinateur pouvant bien afficher n'importe quoi!. Examiner tous les circuits, microprocesseurs etc...pour y découvrir la moindre anomalie (un peu plus concret mais pas facile quand même). Découvrir l'auteur de cette sinistre opération.

Xywptul, 4 Hvenr

Jpakù revint chez lui assez fier, son stage de pilote s'était bien passé et il avait confiance pour l'examen du lendemain. La seule chose qui le tourmentait un peu, c'était cette fameuse mission qui lui était confiée par le contrôleur général de sa base, concernant le Psetep. C'était complètement nouveau. Pendant tout le trajet en Hrtyno[1], Jpakù n'avait cessé d'y penser. Quoiqu'il en soit, les choses allaient plutôt bien. Demain il réussirait son examen (il y comptait bien) et n'embarquerait que le 7, ce qui lui laissait une journée de repos avant paces qu'il avait connus durant son stage, son appartement lui sembla bien exigu : trois pièces sur un seul niveau. L'équipement était, lui aussi, assez sommaire : pas de dispositif télématique pouvant le relier à n'importe quel service public de Xywptul, Elviska ou interplanétaire. Juste quelques appareils ménagers conventionnels et un ensemble audiovisuel suranné (image en deux dimensions, stéréophonie, son analogique) à l'époque des hologrammes aux couleurs réelles (le rayon Kroz fait des merveilles), du son en volume et de l'enregistrement numérique programmé par télématique (les retards d'émissions ne sont plus catastrophiques). Mais Jpakù n'était pas fou de luxe : d'abord, il ne vivait pas au-dessus de ses moyens financiers, un salaire d'aiguilleur galactique n'étant pas... astronomique. ensuite il aimait la simplicité, ce qui lui permettait de ne jamais être blasé devant la dernière merveille du génie technique elviskalien. Jpakù se mit en veilleuse, puis s'endormit jusqu'à la très importante journée du lendemain.

Psetep, 24me rxup

Le cargo circulait maintenant sans ordinateur, ce dernier étant examiné de fond en comble par le programmeur et l'inspecteur, lesquels désespéraient de déceler quoi que ce fût qui pourrait faire penser à un sabotage. Tous les circuits étaient vérifiés avec la plus extrême des minuties, deux électrotechniciens ayant prêté main forte à Ktupt et celui qui surveillait ses travaux. Coté logiciel, aucune conclusion n'était possible, sinon l'impuissance de l'ordinateur, mais ce n'était pas une nouveauté. Tout-à-coup le Psetep fut pris d'une secousse violente. On alla consulter les écrans de contrôle, hélas neigeux. En désespoir de cause on envoya une équipe à l'extérieur, en combinaisons spatiales. on leur dit que le choc avait probablement eu lieu sur bâbord, au niveau du deuxième conteneur à minerai, comme information c'était plutôt vague....

Le trou formé était assez conséquent, bien sûr, mais ce qui étonna les cosmonautes, ce fut la forme du trou : un trou parfait sans aucune irrégularité, aucune entaille, rien. Ils y entrèrent tous les quatre.

Les quatre préposés à l'examen de l'ordinateur, eux, découvrirent enfin quelque chose de peu commun : un point chaud... 100 huhz[2] alors que la température ne devait pas dépasser 25 huhz. Le point se mit à chauffer de plus en plus, devint rouge puis orangé, puis jaune, puis blanc et fondit lentement. Les Elviskaliens furent stupéfaits ; tellement abasourdis qu'ils ne firent même pas attention à ces quatre espèces de fils qui, du plafond, descendaient vers eux.

Psetep, 25me rxup

La consternation provoquée par les ennuis dus à l'ordinateur et par la secousse de "la veille" montèrent d'un cran quand l'équipage apprit la mort imprévue et atroce de Ktupt et de ceux qui l'assistaient dans sa "quête". Les cadavres flasques étaient complètement vidés de l'intérieur. On se souvint alors que ceux qui avaient fait une sortie dans l'espace pour évaluer les conséquences de la secousse n'étaient pas encore revenus.

Qu'on envoie une équipe pour les rejoindre ; munissez-vous tout de même de détecteurs de vies, ça peut ne pas être inutile.

On aurait pu en fournir aux autres...

Pourquoi donc ? Ils sont sortis pour évaluer des dégâts matériels, rien de plus, alors des détecteurs de vies...

Ça ne vous dérange pas que j'aille avec eux ?

J'allais vous le proposer. Inutile de vous recommander la prudence n'oubliez pas ce qu'est arrivé à Ktupt et ceux qui l'accompagnaient ; d'ailleurs l'absence des autres ne me rassure pas vraiment. Je ne vous retiens pas.

T'as vu ça ?

Ouais, étonnant ! Ça peut pas v'nir d'un caillou. Enfin l'essentiel, c'est de récupérer les autres, ou du moins de savoir ils sont.

Ben ! Dans le conteneur, pardi !

Avec le minerai ?

Pourquoi pas ? D'abord je te signale que ce conteneur est maintenant complètement vide.

Tu plaisantes...

J'en ai l'air ?

Xlo éclaira donc l'intérieur du conteneur qui, comme il l'avait deviné, était vide... ou presque : quatre combinaisons spatiales vidées de leurs contenus flottaient entre sol et plafond. Il comprit alors que les occupants avaient rejoint Ktupt et les autres vers un espace meilleur.

Détecteur de vies, vite !

Quoi ? T'as encore des doutes ?

Non mais j'aimerais savoir s'il y a quelqu'un d'autre.

Qui veux-tu qu'il y ait d'autre ?

Ils ne sont pas morts tout seuls, rappelle-toi l'ordinateur.

Ce détecteur de vie était un vieux modèle, long à mettre en marche mais qui avait l'avantage de fonctionner discrètement. Sur le petit tableau, un voyant s'alluma puis clignota.

On peut savoir s'il s'agit d'un elviskalien avec ta bécane ?

Pourquoi cette question ?

Ces gens, ou ce qu'il en reste, sont morts, donc ce ne sont pas eux qui excitent le détecteur ; d'autre part, je vois mal un elviskalien se cacher dans une soute et y rester vingt-cinq rxups.

Donc il ne s'agit pas d'un elviskalien, d'autant plus que ce quelque chose d'autre doit traverser les parois.

Pourquoi ?

Tu le fais exprès ou c'est naturel ? Ktupt, l'inspecteur...

Ah oui.

Bon alors, ton engin, on peut savoir qui...

Ben non, c'est un ancien modèle.

Antiquaire, va ! En tout cas ça ne me dit plus rien d'entrer n'dans, on retourne voir les autres, on leur raconte ce qu'on a vu et ils tirent les conclusions qui s'imposent.


Auteur : Anoev

Pasetep Waki Kewe ?

Texte en elko


Traducteur : Ziecken

Versions
Version 2013
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique

Notes

  1. Sorte de véhicule à sustentation magnétique: le “métro” des Elviskaliens.
  2. Unité elviskalienne de température.
Outils personnels