Psetep V

De Elkodico.

Psetep IV

Où est passé le Psetep ?

III - IIIIV - VVI

 

est passé le Psetep ?

Psetep, 27me rxup

La situation avait évolué dans les deux sens : d'une part, les membres de l'équipage savaient enfin à qui ils avaient affaire et purent prendre certaines mesures, d'autre part deux autres conteneurs à minerai furent vidés de leur contenu. Les mesures prises, contrairement à ce qui se passait à Xnypz s'avérèrent encourageantes : ici, les droxopnep n'étaient pas tout à fait dans leur élément et leurs défenses contre les moyens mis en œuvre n'étaient pas aussi efficaces que chez eux. Il fallait tout de même éliminer toute présence de droxopnep avant qu'une autre génération n'apparaisse et n'utiliser qu'un seul dispositif à la fois pour le cas il y aurait des survivants. Bref, à bord, le moral commençait à refaire surface, il était grand temps : onze membres de l'équipage étaient morts ou avaient disparu, l'ordinateur était hors service, trois conteneurs étaient vides et le Psetep qui était loin de sa route normale, s'approchait d'une planète[1] qui n'avait rien de paradisiaque pour des Elviskaliens : oxygène liquide et nuages de chlore. Il fallait donc dévier la trajectoire du vaisseau au maximum pour éviter un écrasement sur cet astre infernal. D'abord les droxopnep (pas tout à fait vaincus) puis le risque d'écrasement : Xidz et son équipe n'étaient pas au bout de leurs peines  !

Xeset-Lahk, 31 Hryp

La station militaire de Xeset-Lahk étant en orbite autour de la planète se situait Spita, donc sur le chemin du Rxal, Jpakù s'y arrêta. Déjà, l'ambiance en ces lieux ne lui plaisait pas trop : il n'y avait pas cette atmosphère détendue régnant dans les établissements civils. Au début de chaque journée de service, les soldats devaient faire le Salut à la Confédération puis le Salut au Général, lequel salut devait être aussi exécuté à chaque entrée dans un périmètre militaire. Jpakù, en tant que civil, pouvait s'en passer, il ne s'en priva pas. Après les formalités d'usage, le commandant de la station s'adressa à lui.

Bon, tout ce que vous avez à faire, c'est transporter ce chargement jusqu'au Psetep.

Ça présente un danger quelconque ?

Le transport, non mais l'accès au vaisseau posera peut-être quelques problèmes.

Des... pirates ?

Des pirates d'un genre un peu particulier : avez-vous entendu parler des droxopneps ?

Pas du tout.

Ces petits animaux ont provoqué un véritable carnage sur la planète Droxt, dans les endroits habités par les Elviskaliens : là-bas on ne parle plus que d'évacuation, on ne compte plus les morts. D'autre part, je ne sais pas comment elles ont fait, mais ces... choses ont élu domicile dans le Psetep et ont quelque peu endommagé les organes de commande, principalement l'ordinateur de bord. Pour quelle raison, je l'ignore mais ça explique que l'engin ait dévié autant. Il y a dans ces caisses, du matériel de décontamination, quelques armes à rayons, et divers instruments qui permettront à l'équipage du Psetep de se délivrer de ces hôtes... importuns. Signez-moi ce reçu et... bon courage.

— (C'est ça, bonne chance, moi je reste et je te regarde faire... Comme Hripvo, courageux mais pas téméraires!)

Xhodr 32, 9 Hvenr[2]

S'ils nous disent de revenir, c'est que le Psetep n'est pas prêt d'être retrouvé.

Ils auraient pu le faire plus tôt, au lieu de nous rappeler par l'intermédiaire de quelqu'un.

Vieille tradition à Xywptul, les ordres de retour anticipés ou retardés sont toujours transmis de cette manière.

Par quelqu'un qui peut toujours avoir un ennui sur son trajet ; eh  ! Plutôt archaïque comme procédé, pourtant, les courriers photo-certifiés, ça n'existe pas depuis avant-hier.

Bah, faut pas chercher à comprendre, c'est une vieille habitude de Hripvo.

Enfin, après-demain, on est chez nous, c'est quand même une bonne chose. Avec le retard qu'on aura eu ils nous donneront bien un petit paquet de jours.

Psetep, 30me rxup

Le cargo continuait de foncer désespérément vers la planète d'oxygène liquide aux nuages de chlore, une déviation de 200 ptb seulement put être obtenue et l'engin avait à peine ralenti ; il fallait bien se rendre à l'évidence : c'était plus qu'insuffisant. L'astre n'allait plus être loin maintenant et il fallait tenir compte de l'accélération due à la pesanteur qui pour l'instant était encore négligeable et de la chaleur des parois au frottement dans l'atmosphère, parois qui deviendraient incandescentes et le contact avec l'oxygène liquide serait fatal pour tout le monde.

Bon, il ne reste plus que les rétroréacteurs.

On y aurait pensé plus tôt que ça n'aurait pas été plus mal, non ?

Tout-à-l'heure on n'aurait pas eu assez de poussée et puis j'espérais que le Psetep virât mieux.

On avais beau être dans le vide, l'engin a quand même une certaine inertie, c'est un cargo, pas un escorteur...

Les rétroréacteurs permirent au Psetep de ralentir jusqu'à faire du sur place[3], l'engin fit volte-face (ce qui lui prit quand même bien un tiers de rxup) et s'éloigna de tout danger. Xidz arriva à la passerelle :

Bon, on n'a plus qu'à trouver le bon chemin, maintenant. Vous avez du nouveau pour les bestioles ?

Je pense que l'équipe qui s'en occupe en est venue à bout.

Il n'en reste plus ?

Ça, je n'en sais rien, il en ont tué pas mal : il n'en reste aucun dans les soutes à minerai : les détecteurs de vies sont formels.

JE N'EN VEUX PLUS NULLE PART ! ! Il suffit qu'il en reste deux ou trois un peu plus coriaces que les autres, qu'ils se reproduisent et on aura encore des emm... sans fin !(Ah  ! Ces traducteurs !) Autre chose : est-ce que l'un de vous a des notions d'électronique ?

Ben, moi, des petites, toutes petites... j'arrive à me débrouiller, une fois j'ai réparé un détecteur de vies qui...

Bon, parfait. Laissez votre collègue aux commandes et allez réparer l'ordinateur. Prenez un détecteur de vies avec vous, et un pistolet à rayons Kroz, on ne sait jamais ; d'ici qu'il y ait encore des squatters.

Rxal, 8me rxup

Le Rxal avait dépassé le secteur de Xroub et allait maintenant sortir du "couloir". Bref pour Jpakù, c'était le saut dans l'inconnu, les recherches commençaient pour de bon : le moindre voyant lumineux, la moindre note sur un écran, le moindre bip inattendu pouvaient être révélateurs. Dans cette opération, l'organisation de la Confédération Elviskalienne avait été assez délirante : les informations avaient été données au compte-gouttes. Chacun des vingt (et pas un de plus : la disparition du Psetep n'avait pas ému grand monde, il faut croire !) rabatteurs de l'espace n'avait aucune idée de l'endroit se trouvaient les autres. En somme, c'était l'anarchie la plus totale et on aurait bien de la chance de trouver le Psetep autrement qu'à l'état d'épave car les dernières nouvelles commençaient à manquer de fraîcheur. Le Rxal naviguait aux abords du système d'Huxwytz : une étoile blanc bleuté avec deux satellites entièrement liquides et un troisième avec des continents bien solides, qui auraient pu recevoir une présence elviskalienne s'il n'y avait pas ce maudit oxygène qui ronge les tissus[4]. Jpakù avait appris, à l'école spatiale, qu'il existait, à l'autre bout de la galaxie, une planète dont l'oxygène constituait le cinquième de l'atmosphère ; et que cette planète était habitée  !

Psetep, 32me rxup

Réparer un ordinateur KVNE (de Ktupt Vhhaxdderrde Nihrzioy Eezhetjebedaz : les quatre concepteurs de ce genre d'engins) n'avait pas grand chose à voir avec le bricolage d'un détecteur de vies. Le pilote, guère spécialisé dans cette tâche il faut bien le dire, s'en aperçut bien vite. Deux rxups étaient passés depuis le début de son entreprise et il n'avait pas beaucoup progressé. Par ailleurs, s'il avait en effet quelques notions d'électronique, l'informatique lui était complètement étrangère ; ce qui est gênant pour faire même un tout petit programme, afin de savoir si l'ordinateur "tourne" correctement : impossible de savoir si le compilateur Hvo ou les supports de logiciels avaient eu ou non quelque dégradation... Des instruments de détection de champ magnétiques avaient été atteints, donc inefficaces : terriblement ennuyeux, ça  ! Parce qu'on commençait à ressentir une vibration dans tout le vaisseau.

Mine de Xnypz

(zone sinistrée)

81 Pwatz

Si la progression des droxopneps put être stoppée et le foyer principal d'infection détruit à bord du Psetep (on ne s'occupait que de quelques petits groupes et d'isolés), à Xnypz, comme partout ailleurs sur Droxt, c'était un vrai carnage : tout l'hémisphère sud ( se trouvait Xnypz) et une partie non négligeable de l'hémisphère nord étaient envahis. La planète était en état d'urgence, seules deux bases étaient encore en service. Après l'appel à la station orbitale de Knextap, laquelle le relaya ensuite entre autres à Xeset-Lahk, on espérait tout de même une intervention rapide des secours, mais, de l'espoir à la réalité...

Il n'y avait plus de gouvernement sur Droxt : les droxopneps avaient investi le palais. Si auparavant ils opéraient discrètement, sans se faire voir, maintenant, ils s'affichaient au grand jour : il savaient que plus personne ne pouvait rien contre eux. Ils avaient un minuscule corps noir, parfois brun ou bleu foncé, circulaire ou polygonal d' partaient des branches aussi souples que fines ; c'étaient ces fameuses branches qui faisaient des ravages. Par exemple, un elviskalien entreprit un jour d'occire un droxopnep : de son pied-ventouse, il l'écrasa de toutes ses forces ; les branches de la bête s'entortillèrent autour du pied et le serrèrent d'un seul coup, si bien que l'elviskalien dut lâcher prise. Quelques instants plus tard, le pauvre ne ressemblait plus à rien. Les attaques de droxopneps étaient fulgurantes : sans armes, ils pouvaient faire passer un village entier de vie à trépas. Les droxopneps avaient une faculté d'assimilation hors du commun, du moins quand ils étaient dans un élément favorable : quand une génération était sur le point de mourir du fait d'une toxine quelconque, ses membres se dépêchaient de fabriquer des anticorps et de se reproduire, si bien que l'arme devenait inefficace contre les générations suivantes. On n'a jamais su comment sont apparus les droxopneps ; à l'époque ils colonisèrent la planète Droxt pour y extraire le minerai, les Elviskaliens la croyaient inhabitée (les détecteurs de vies ne furent inventés que bien plus tard). D'abord de manière discrète, puis plus affirmée, les droxopneps manifestèrent leur présence et firent comprendre à leurs "hôtes" qu'ils ne souhaitaient pas être dérangés, les colons passèrent outre... on connaît la suite. Toutefois, que représentait le minerai pour les droxopnep ? c'est quand même dans les mines que leur concentration était la plus importante. En attendant ils paraissaient obtenir ce qu'ils désiraient : l'élimination de toute présence elviskalienne sur Droxt.

Rxal, 10me rxup

Le Rxal avait dépassé depuis un certain temps le système d' Huxwytz et filait maintenant à une vitesse moyenne de 10 Hep/rxup, en navigation semi-automatique. Toute présence inhabituelle était signalée sur l'Écran-3 : un magnifique hologramme sphérique représentant l'environnement du Rxal, lui-même représenté par un point situé au centre de la sphère. Mais depuis qu'il avait quitté le "couloir", les indications étaient toujours à peu près les mêmes.

Le lendemain (11me rxup) des détecteurs de champ annoncèrent un orage magnétique, il était hors de question pour Jpakù de le traverser : il devait faire un grand détour qui lui ferait perdre beaucoup de temps sans résultat probable. Il avait du faire fausse route, ce qui ne l'étonnait pas trop, le Psetep pouvant être à n'importe quel endroit. Il corrigea sa trajectoire, afin d'éviter l'orage magnétique autant qu'il pût et vit alors un clignotement sur son Écran-3, en 720/651/-1100 ; clignotement très faible car vraisemblablement parasité par l'orage. Il fallut attendre un autre rxup pour lire, sur un autre écran : la signification de ce point clignotant :

Vaisseau spatial, catégorie 8b (cargo)

Distance : 6 Hep

Coordonnées : 719/651/-1094



Auteur : Anoev

Pasetep Waki Kewe ?

Texte en elko


Traducteur : Ziecken

Versions
Version 2013
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique

Notes

  1. Par ses dimensions imposantes et sa masse Kolossale, le Psetep ne peut pas se poser sur une planète, d’ailleurs, son montage a été réalisé entièrement dans l’espace.
  2. Xhodr 32 n’est pas un engin interplanétaire, tout comme la station orbitale de la Confédération. Il suit donc le calendrier de la planète à laquelle il est rattaché.
  3. Enfin... l'engin était quand même sur orbite.
  4. Comme tout organisme vivant, les Elviskaliens ont besoin d’oxygène mais en quantité infime. Une atmosphère comme la nôtre provoquerait chez eux une auto-combustion.
Outils personnels