Khila (rune)

De Elkodico.

Version du 4 août 2017 à 00:39 par Ziecken (Discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
  Khila
(Ingwaz, Enguz, Iggws, Ing, Yngvi)
 
Fichier:Khila.jpg
Variantes :
Correspondance :
• Lettre : ṅ /ŋ/, ɲ /ɲ/ ou x
• Digramme : ng, gn ou kh
• Tracé : <o<
• Cursive :
Symbologie
 
Mantologie :
• Astérismologie :
• Astrologie : Vénus (passive)
• Tarologie : Aucune annalogie
• Yi King : (le feu)
Mythologie :
• Divinité traditionnelle : Ing, Frey
• Divinité du Losda :
• Mythe :
• Polarité : ♂
Numérologie :
• Chiffre : 1
• Nombre : 22 (influence complémentaire 6)
• Gématrie : 000
• Valeur référentielle : 4 (244°1)
Physiologie :
• Animal : le bouc (mammifère), le grillon (insecte)
• Minéral : pierre de lune, corail, ambre, galet
• Végétal : charme, prunier, pommier (arbre), aubépine (fleur), gentiane (herbe) prunelle (fruit)
• Matière & couleur : vert, jaune
Marrun : La grille de référence
 
Darsul :
• Race : dieux
• Seigneur : bakdomel (Cinteotl)
• Direction : nord
• Position : 4
Naulu :
• Animal sacré : tortue
• Élément dominant : eau
• Position : 3
Classement :
Rundar : 22
Famille : 22 (Futhark)
Aldar : 6 (Aldar de Teiwa)


Khila est la vingt-deuxième rune du Rundar, on la surnomme "rune de la fixation" ou "rune du clou". C'est également la sixième rune de l'Aldar de Teiwa.


Sommaire

Étymologie


À l'origine la rune Khila se prononçait /kʰ/ puis /x/ comme dans l'allemand nacht et se rendait au moyen du digramme KH ou de la lettre X. Puis ce phonème a évolué pour devenir NG et se prononcer /ŋ/. Toutefois avec l'apparition de l'agglutination, le digramme NG n'était plus possible car il pouvait occasionner certaines ambiguïtés. Le son a alors évolué pour devenir /ɲ/ comme dans campagne, il se transcrit aujourd'hui au moyen du digramme NJ ou de la lettre Ṅ, c'est pourquoi la rune Khila porte également le nom d'Inja.

En thorique, le son n'a pas évolué, il est resté /x/ et se transcrit toujours au moyen du digramme KH.

Lorsque les runes ont été transmises sur terre, la rune Khila avait déjà évolué en Inga et se prononçait alors /ŋ/.

Lorsque la rune est pointée elle équivaut au tiret. Elle peut d'ailleurs être représentée sous cette forme aussi lors avec le système runique. Le son de cette rune est alors équivalent à un allongement de la voyelle précédente, en phonétique cet allongement est noté /:/. Dans certains dialectes de l'elko, il est prononcé /ɹ/ car dans le tableau API ce son se situe au croisement de N et J.

L'évolution de la prononciation de la rune Khila avec le temps 

La rune Khila se nomme Inga dans la tradition germanique, se transcrit ng et se prononce /ŋ/. Toutefois en elko, du fait de l'agglutination, le digramme NG est sujet à l’ambiguïté. En effet on peut le rencontrer dans l'agglutination d'une clé finissant par la lettre N et d'une autre débutant par la lettre G, comme inga ("petit morceau") par exemple. Ce phénomène d'agglutination n'existait pas en urque où la rune s’appelait encore Inga. Au passage à l'elko la rune Inga a dû évoluer et s'adapter aux besoins de la langue. C'est ainsi que le phonème /ŋ/ a évoluer. Mais cette évolution rapide a donné naissance à deux variantes assez différentes :

  • Une fricativisation puis un dévoisement pour devenir /x/ en thorique.
  • Une palatalisation pour devenir /ɲ/ en asique.

Cela explique pourquoi la rune s'appelle "Khila" et se prononce /x/ en thorique, alors qu'elle s'appelle "Inja" et se prononce /ɲ/ en asique.

Description

La rune Khila ("Inga" en thorique et "Inja" en asique et en nalique) se forme de deux runes Kana entrelacées symbolisant la fixation de la rune Jera .

En effet, la rune Kana a une valeur référentielle de 6, lorsqu'on la multiplie par deux on obtient 12. La douzième rune est Jera la rune des cycles dont la valeur référentielle est 3, il est donc nécessaire qu'elle atteigne la valeur de 4 pour se stabiliser (= se fixer). Cette nécéssité est rendue par la rune Neida à valeur référentielle 1 : + = (3 + 1 = 4).

La rune Khila est à mettre en analogie avec la rune Jera. D'un point de vue morphologique et sémantique, ces runes sont liées.

Utilisation

La rune Khila est utilisée pour transcrire le son /ɲ/[1] ou /x/[2], elle est utilisée comme profixe pour marquer le distal.

Pointée, elle est utilisée pour marquer le tiret.

Codage unicode

Alt + code

  • Décimal : 5853
  • Héxadécimal : 16DD

Lien unicode

La lettre Ṅ

La rune Khila / Inja est utilisée pour transcrire la lettre Ṅ.

La lettre X

La rune Khila est utilisée comme transcription de la lettre X lors de la translittération du français.

Le digramme NJ

La rune Khila / Inja est utilisée pour transcrire le digramme NJ.

Le tiret (rune pointée)

La rune Khila / Inja pointée est utilisée pour exprimer le tiret.

Symbologie

Sens symbolique

Le dieu-ancêtre, le dieu de la terre, cœur-expansion, fixation.

Mots clés

  • Positif : La terre-mère, la force, la stabilité, le don, la maison, la famille.
  • Négatif : La stérilité.

Sources

  • Anne-Laure & Arnaud d'Apremont (2003). B.A.-BA runes, Pardès (ISBN 2-86714-154-0)
  • Stéphane Crussol (2005). Les runes divinatoires et magiques, Cristal (ISBN 2-84895-027-7)
  • E.San Emeterio (1996). Les runes, une efficacité extraordinaire pour la divination, Olympe
  • Caroline Leroy (2003). Les runes révèlent votre avenir, Exclusif (ISBN 2-84891-018-6)
  • Bruno Liévin (2007). Les runes, divination et protection à la portée de tous, Dangles (ISBN 978-2-7033-0730-3)
  • Sonia Othenin-Girard (2006). Runes, entre géométrie et sagesse, Véga (ISBN 2-85829-435-6)
  • Eric Panichi (1993). Dialogue ave les runes, manuel initiatique, Jeanne Lafitte
  • Zoltan Szabo (1986). Le livre des runes, art divinatoire occidental, Sand (ISBN 2-7107-0364-5)

Notes et références

  1. En asique.
  2. En thorique


Les runes du Rundar

Feha Ura Thura Asa Reida Kana Gipa Wuna
Haga Neida Isa Jera Eiha Pera Zeila Sola
Teiwa Beira Eka Mana Lana Khila Daga Otha
Nuna Noza Muna Nara Nuta Kowa Wela Waka
Mata Shawa Wala Wara Sewa Seisa Suga Sega

 

Outils personnels