Le livre des commencements (paragraphe 1)

De Elkodico.

Version du 9 janvier 2018 à 23:11 par Ziecken (Discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Le Mahâbhârata

I Le Livre des commencements • II Le Livre de l'assemblée • III Le Livre de la forêt • IV Le Livre de Virata • V Le Livre des préparatifs • VI Le Livre de Bhîsma • VII Le Livre de Drona • VIII Le Livre de Karna • IX Le Livre de Shalya • X Le Livre de l'attaque nocturne • XI Le Livre des femmes • XII Le Livre de l'apaisement • XIII Le Livre de l'enseignement • XIV Le Livre du sacrifice royal • XV Le Livre du séjour en forêt • XVI Le Livre des pilons • XVII Le Livre du grand départ • XVIII Le Livre de la montée au ciel

 
Le Livre des commencements

12345678910
111213141516171819

 

Le livre des commencements (paragraphe 1)

Le barde Ugrashravas, fils de Lomaharshana, arrive chez le brâhmane Shaunaka qui conduit une session sacrificielle qui se tient tous les douze ans dans la forêt Naimisha. Il raconte qu’il a assisté avec son père au Sacrifice des Serpents offert par Janamejaya, il a entendu, récité par Vaishampâyana, le Mahâbhârata de Vyâsa. Les brâhmanes lui demandent de le réciter. Ugrashravas fait l’éloge du Mahâbhârata. Vyâsa a composé le Mahâbhârata, d’abord en vingt-quatre mille strophes. C’est le noyau de l’histoire que voici résumé. Pându vit dans la forêt. Ses cinq fils, les Pândava, sont élevés dans les ermitages de la forêt, puis présentés à la cour de Dhritarâshtra et vivent avec leurs cousins. Arjuna gagne Draupadî. Yudhishthira est consacré roi. Jalousie de Duryodhana. Duryodhana propose une partie de dés. Dhritarâshtra approuve par faiblesse pour son fils. Après la grande bataille et la défaite qui s’en suit, Dhritarâshtra se lamente : il évoque les prouesses des Pândava et les affronts qu’ils ont subis, il passe en revue les différentes épisodes de la bataille et conclut à chaque fois que la victoire était impossible. Dhritarâshtra souhaite mourir, mais Samjaya le réconforte : on ne peut éviter le destin. Ugrashravas fait l’éloge du Mahâbhârata et montre les récompenses attachées à sa lecture : il pèse plus que les quatre veda.

Auteur : Nom de l'auteur

Titre en elko

Texte en elko


Traducteur : Nom du traducteur

Versions
Version 2017
Analyses
Analyse fréquentielleAnalyse syntaxique
Le Mahâbhârata









  • Livre VIII : 73


  • Livre X : 7879



  • Livre XIII : 8990

  • Livre XIV : 9192


  • Livre XVI : 96

  • Livre XVII : 97

  • Livre XVIII : 98

 

Analyse de texte

Outils personnels