Pages qui pointent vers « Rien n'était plus aimable qu'elle ; mais la pâleur de son teint, la mélancolie qui paraissait sur son visage et les larmes qui lui couvraient les yeux de temps en temps marquaient assez sa peine »

De Elkodico.

Pages liées    
Filtres masquer les inclusions | masquer les liens | masquer les redirections

Aucune page ne contient de lien vers Rien n'était plus aimable qu'elle ; mais la pâleur de son teint, la mélancolie qui paraissait sur son visage et les larmes qui lui couvraient les yeux de temps en temps marquaient assez sa peine.

Affichages
Outils personnels
Boîte à outils