Catégorie:Rꞟ réformé

De Idéolexique.

minuscule majuscule prononciation API appellation
VOYELLES
a A /a/ at
i I /i/ ini
o O /o/, /ɔ/ oweo
ө Ө /ø/ өn
u U /u/ uma
/y/ ꞟs
ė Ė /ɛ/ eɩճ
e E /e/, /ɛ/ ere
DIPHTONGUES
ą Ą /aj/ ąta
ǫ Ǫ /ɔj/ ǫto
ę Ę /ɛj/ ęte
VOYELLES NASALISÉES
àղ Àղ /ãŋ/ àղce
òղ Òղ /õŋ/ òղta
SEMI-CONSONNES
j, ȷ J /j/ ȷae
w W /w/ ewa
CONSONNES SONORES
b B /b/
g G /g/ gan
d D d/
z Z /z/ zae
ճ Ճ /ð/ eճa
/ʒ/ aⱶao
CONSONNES SOURDES
p P /p/
f F /f/
k K /k/
s S /s/
c C /ʃ/
t T /t/ tan
CONSONNES ASPIRÉES
pp Pp /pʰ/ ppan
kk Kk /kʰ/ kkan
tt Tt /tʰ/ ttae
CONSONNES SANS ALLOPHONE
m M /m/
n N /n/
ղ Ղ /ŋ/ aղe
r R /r/ ra
l L /l/
h H /h/ hao
x X /x/ xen
/t͡j/ t̨en
PRÉSENTATION
Le rꞟ réformé est la langue-fille du ry, langue à présent morte. Par rapport à sa langue-mère, le rꞟ réformé présente une phonologie allégée et une grammaire dont certains points ont évolué (le rꞟ réformé est notamment une langue ergative, trait qui n’apparaissait qu’à l’état d’ébauche chez son aînée).

En revanche, le vocabulaire, totalement a priori, reste très proche dans les deux versions.

ALPHABET ET PRONONCIATION
Le rꞟ réformé comporte 13 voyelles et 24 consonnes ; s’y adjoint également le signe d’allongement vocalique ɩ, nommé fꞟɩnàղ (ex. /aː/). L’ordre alphabétique traditionnel place les consonnes puis les voyelles, enfin le signe d’allongement :

b p pp f m n ղ r l h x k kk g s c t tt t̨ d z ճ ⱶ j w a i o ө u ꞟ ė e ą ǫ ę àղ òղ ɩ.

À cet alphabet s’ajoutent quelques affriquées notées par des digrammes. Il s’agit de : tc /t͡ʃ/, ts /t͡s/, tl /t͡l/, dⱶ /d͡ʒ/ et dz /d͡z/. Fait exception l’affriquée /t͡j/ qui possède sa propre graphie, archaïsme hérité du ry (on trouve cependant parfois la graphie tj).

À noter que chaque lettre et chaque digramme se prononce toujours de la même façon, sans exception aucune, ce qui rend la lecture du rꞟ réformé aisée.

SYNTAXE ET GRAMMAIRE
La syntaxe est de type SVO.

À noter :

  • Le rꞟ réformé est une langue ergative, inspirée de la syntaxe et grammaire du tibétain.
  • Chaque groupe grammatical est suivi d’une particule (ergative, génitive, locative, etc.) qui en détermine la nature ; certaines de ces particules se suffixent au dernier terme du groupe.
  • Les verbes en rꞟ réformé sont invariables ; le temps est noté en début de phrase sous trois formes possibles : pronom temporel (agglutination du personnel et de l’indicateur temporel), particule temporelle ou adverbe temporel.
  • D’une manière générale, le rꞟ réformé est une langue extrêmement économe et concise. L’article, défini ou indéfini, n’existe pas ; conjugaison et personnel sont omis si la compréhension le permet.
PONCTUATION
Au nombre des signes de ponctuations, on peut noter :
  • le trait court vertical (ɪ) qui clôt la phrase, équivalant à un point final,
  • le point souscrit ( ̣) sous la dernière lettre du mot de la phrase, combiné ou non avec le trait court vertical qui équivaut au point d’interrogation ou d’exclamation,
  • le point médian (·) qui marque une pause (virgule, point virgule) ou une incise (tiret, parenthèse) s’il encadre un mot ou une expression,
  • le double point médian (··) qui encadre les titres, par ex.,
  • le chevron ouvrant (<) et fermant (>) pour encadrer le discours direct ou rapporté (bien que, traditionnellement, le discours direct se passe de signes graphiques),
  • le double dièse (X) pour encadrer un mot, une phrase ou un court texte que l’on veut mettre en exergue.
LEXIQUE • Liste des dictionnaires
LIENS
Liens internes : Lal Behi, idéolinguiste, créateur du wágelioth, du kátsit kinlillu et du þünmari.
Outils personnels