Détail de la phonologie chilloïenne

De Idéolexique.

[modifier] Alphabet

Voici l'alphabet du chilloïen, avec les principales prononciations de ses lettres. Il contient un Ü mais ni Q, ni X, transcris respectivement par K et S/Z.

Lettre Nom de la lettre Prononc. API Équiv. Français Exemple
A â [a] a an (homme)
B bo [b] b ba ((parler une) langue)
C cih [ç] "chi, chy" ci (lumière)
D do [d], [ð] d duhr (famille)
E ê [e] é enk (jeune)
F fo [f] f fü (beaucoup)
G go [g], [×] g(u) goig (œuf)
H ho [x], [h] "h, r" hi (il)
I ih [i], [j] i, y ig (je)
J jih [ʝ] "ji, jy, gi" jü (tu)
K ko [k] k, c, qu kizel (animal)
L lo [l] l lin (beau)
M mo [m] m melt (riche)
N no [n] n nos (savoir)
O ô [o], [ə] o, (e)au oig (gros, grand)
P po [p] p pid (boire)
R ro [ʁ] r rao (joyeux)
S so [s] s(s), c, ç sün (vieux)
T to [t] t tü (avec)
U uh [u] ou uto (mot)
Ü ui [y] u üks (maison)
V vo [v] v vig (vivre)
W wo [w] w weig (sang)
Y yo [j] y, i yao (avoir)
Z zo [z] z, s zuno (racine)
  • La lettre D se prononce [ð] en fin de mot, notamment dans le suffixe adverbial -ud.
  • La lettre H se prononce [ʔ] entre deux voyelles et en fin de mot, comme dans tah (prendre). Pour un [x] intervocalique, on écrit HH.
  • La lettre O se prononce [ə] en fin de mot. Pour un [o] final, on écrit Ô.
  • La lettre Ü n'est jamais traité comme une semi-voyelle : le son [ɥ] n'existe donc pas.


Le C se prononce [ç] et le J [ʝ] et le E presque toujours [e]. Le G est assez rare seul (voir digrammes) mais se prononce toujours [g] quand il l'est. H se prononce généralement [x] – ou [h] dans certaines régions (voir digrammes). Le O final se prononce [ə] ou n'est même parfois pas prononcé, car il équivaut à une voyelle par défaut, omissible. Dans les autres cas, il se prononce [o]. Enfin, le U donne [u]. Il existe aussi la lettre Ü, qui possède comme en allemand le son [y].

Le yod [j] peut être rendu par un I (mei) ou par un Y (yo). Le son [w] de la même manière, par un U ou par un W. Par contre, Ü n'est jamais prononcé comme une semi-voyelle, ainsi le son [ɥ] n'existe pas. Le chilloïen ne possède pas de voyelle nasale : pengwo se prononce ['pɛŋʷə].


Accentuation

L'accent tonique existe en chilloïen, bien qu'il soit assez peu marqué. Il se place sur la voyelle précédent la dernière consonne, sauf nommément dans les cas : du suffixe -er, qui se comporte comme une voyelle et des des voyelles longues.

Celles-ci sont  [a:], Ê [e:], Æ [ε:], IH [i:], Ô [o:], AO [ɔ:], UH [u:], UI [y:], ER (en fin de mot) [ə:]

Digrammes

La langue possède aussi quelques digrammes, comme le répandu IG, donnant [jˠ] – après une voyelle – et [iˠ] – après une consonne. Pour avoir [ig] ou [jg], le chilloïen écrit IGG. Il existe aussi GR, dont le G ne se prononce plus depuis le XIXe siècle ; LG, prononcé [ɫ] ; et RG, prononcé [ʁ:], comme RR la plupart du temps.

Si H se prononce toujours [x] en tête de mot ou en contact avec une consonne, lorsqu'il est entre deux voyelles ou en fin de mot, il se prononce [ʔ], ou n'est pas prononcé. Il faut le doubler pour qu'il se prononce [x] dans cette situation.

Pour qu'I et U soient prononcés comme des voyelles pleines lorsqu'ils sont en contact avec une autre voyelle, on intercale respectivement un Y ou un W entre ces deux lettres, comme dans patiyos (papillon) [pati'os]. Toutefois le Y ou le W peuvent se prononcer. Pour former le son [w:], les Chilloïens ont recours au digramme WU, qui perd sa gémination en début de mot : wuo est donc prononcé [wo]. On trouve aussi HR, qui se prononce roulé [r] ; TJ [c] qui remplace *TC ; et DC [ɟ] qui remplace *DJ.

Outils personnels