Gratter

De Idéolexique.

Sommaire

[modifier] Français

[modifier] Étymologie

De l'ancien français "grater", pris au francique ‡krattōn‡ par l'entremise du latin médiéval cratare pour "frotter en raclant".

[modifier] Verbe

... du 1er groupe, se conjugue comme "aimer".

  1. Racler une surface pour la débarrasser de ses aspérités et la rendre plus lisse.
    On avait gratté tout le mur pour y mettre une couche d'enduit.
  2. Triturer avec ses ongles pour se délivrer d'une démangeaison.
    D'abord ce moustique agressif, puis cette chute à vélo dans ce buisson d'orties : il grattait ses avant-bras et ses jambes avec frénésie.
  3. Intransitif (proche du précédent) : démanger.
    Tu peux pas savoir c'que ça m'gratte !
  4. Ramasser quelque avantage, quelques subsides :
    C'est tout ce qu'on avait pu gratter : même pas assez pour rentrer à la maison.
  5. Jouer d'un instrument à corde :
    J'ai la guitare qui me démange, alors je gratte un p'tit peu (Y. Duteil).
  6. Travailler (argotique) :
    Tu grattes dans quelle boîte ?
  7. Creuser (figuré)[1]
    En grattant un peu, on pourrait en révéler, des secrets !

[modifier] Traductions

Gratter
Algardien : mukide Interlingua : grattar, raspar (1) Sambahsa : skrehb, graz (3)
Aneuvien : rrip (1)
nekles (2 & 5), neklen (3)
Kotava : fasiá (1), vitodá (2) Sylkælith : sjyneeran
Elko : zini
rini (1), nagi (2)
Nespatais : crite (1, 2) Uropi : skrato
Espéranto : skrapi (1)
grati (2), ŝtelpluki (4)
Psolat : cratir (1, 2 & 5), cratar (3) Volapük : kratön

[modifier] Mots dérivés


  1. Par extension, au sens propre, supprimer, avec un ongle ou une pièce de monnaie, une surface fine pour y révéler une combinaison de symboles perdante... ou gagnante.
Outils personnels