Spécialités de Anoev

De Idéolexique.

Dans le domaine de l'idéolinguistique, je m'intéresse particulièrement à la formation de néologismes, mais aussi de mots fabriqués pour ce qu'ils représentent dans un alphabet donné. Mes premières créations (en aneuvien) furent des paires d'anacycliquesdont l'un des éléments est l'antonyme de l'autre, comme kad/dak. Je continuai avec les ambigrammes (soqb/qbos) quand je m'intéressai de plus près à la relation qu'on pouvait trouver entre l'apparence d'une lettre et ce qu'elle pouvait évoquer, ainsi furent formés des mots comme i (fin), loψol (reflet) etc. Parallèlement, j'imaginai deux systèmes d'écritures qui me permirent d'approfondir ma quête des symétries littérales, d'une part le système vadora, un mélange de plusieurs alphabets européens (voir d'Afrique centrale) où on trouve réunies des lettres comme Ǝ et E, Λ et V, ainsi que des lettres symétriques en elles-mêmes (Ϙ, Ø), remplaçant des lettres asymétriques (Q, Ĕ) ; d'autre par un système inventé de toutes pièces : l'akrig, dont la symétrie des lettres est poussée à l'extrême. Toutefois, je me suis également penché sur deux autres systèmes d'écriture, le premier est l'œuvre de Ziecken pour une de ses langues (le kelep), à savoir le nebou, le second est l'arkitco, de Djino, un système alternatif à l'alphabet latin pour l'écrirure de l'arwelo. Mes adaptations furent respectivement l'adnébou et l'arkitanco (avec l'aimable accord des auteurs). Je participai pour une bonne part à la rédaction de cet articled'Idéopédia sur le sujet des symétries dans les mots et les lettres. Et j'ai pas fini : je m'intéresse également au futea, de Balchan-Clic pour l'iNedjena et pense recréer un alphabet pour une "langue morte" imaginaire : le ptahx. --Anoev 27 août 2014 à 11:43 (UTC)

[modifier] Liens

Outils personnels