Catégorie:Þünmari

De Idéolexique.

(Différences entre les versions)
m
m
 
(Une version intermédiaire masquée)
Ligne 25 : Ligne 25 :
| colspan="3" | '''VOYELLES MUTÉES'''  
| colspan="3" | '''VOYELLES MUTÉES'''  
|-
|-
-
| ä || /ɛ/ || ħerð<ref name="devenir">De '''ħerða''', ''devenir''.</ref> ä /'xɛrð.ˌɛ/
+
| ä || /ɛ/ || ħerð<ref name="devenir">De '''ħerða''', ''devenir''.</ref> ä /ˌxɛrð./
|-
|-
-
| ö || /ø/ || ħerð<ref name="devenir"/> ø /'xɛrð.ˌø/
+
| ö || /ø/ || ħerð<ref name="devenir"/> ø /ˌxɛrð./
|-  
|-  
-
| ü || /y/ || ħerð<ref name="devenir"/> ü /'xɛrð.ˌy/
+
| ü || /y/ || ħerð<ref name="devenir"/> ü /ˌxɛrð.'y/
|- bgcolor="#c8c8fa"
|- bgcolor="#c8c8fa"
| colspan="3" | '''VOYELLES FIXES'''  
| colspan="3" | '''VOYELLES FIXES'''  
|-
|-
-
| æ || /ɛ/ || þreg<ref name="fixe">De '''þregħanin''', ''fixe''.</ref> æ /'θrɛg.ˌɛ/
+
| æ || /ɛ/ || þreg<ref name="fixe">De '''þregħanin''', ''fixe''.</ref> æ /ˌθrɛg./
|-
|-
-
| ø || /ø/ || þreg<ref name="fixe"/> ø /'θrɛg.ˌø/
+
| ø || /ø/ || þreg<ref name="fixe"/> ø /ˌθrɛg./
|-  
|-  
-
| y<ref>'''Y''' est parfois classé dans les voyelles simples.</ref> || /y/ || θrɛg<ref name="fixe"/> y /'θrɛg.ˌy/ <br/>''ou'' y
+
| y<ref>'''Y''' est parfois classé dans les voyelles simples.</ref> || /y/ || θrɛg<ref name="fixe"/> y /ˌθrɛg.'y/ <br/>''ou'' y
|- bgcolor="#c8c8fa"
|- bgcolor="#c8c8fa"
| colspan="3" | '''DIPHTONGUES'''  
| colspan="3" | '''DIPHTONGUES'''  
Ligne 50 : Ligne 50 :
|-
|-
| ỳ || /ye̯/ || ỳ
| ỳ || /ye̯/ || ỳ
-
|- bgcolor="#c8c8fa"
 
-
| colspan="3" | '''SEMI-CONSONNES'''
 
-
|-
 
-
| j || /j/ || jadd /'jad/
 
-
|-
 
-
| w || /w/ || wadd /'wad/
 
|- bgcolor="#c8c8fa"
|- bgcolor="#c8c8fa"
| colspan="3" | '''CONSONNES SONORES'''  
| colspan="3" | '''CONSONNES SONORES'''  
Ligne 82 : Ligne 76 :
|-
|-
| ħ || /x/ || ħet /'xɛt/
| ħ || /x/ || ħet /'xɛt/
 +
|-
 +
| j || /j/ || jadd /'jad/
|-  
|-  
| l || /l/ || elt /'ɛlt/
| l || /l/ || elt /'ɛlt/
Ligne 91 : Ligne 87 :
| r || /r/ || ert /'ɛrt/
| r || /r/ || ert /'ɛrt/
|-
|-
-
| s<br/>ſ <ref>Variante graphique de la forme finale.</ref> || /s/ || set /'sɛt/<br/>endir<ref>De '''endir''', ''fin''</ref> set /'ɛn.dir.ˌsɛt/
+
| s || /s/ || set /'sɛt
 +
|-
 +
| ſ <ref>Variante graphique du '''s''' (forme finale).</ref> || /s/ || endir<ref>De '''endir''', ''fin''</ref> set /ˌɛn.dir.'sɛt/
 +
|-
 +
| ꝡ || /ʋ/ || ꝡadd /'ʋad/
 +
|-
 +
| ն<ref>Variante graphique de '''ꝡ''' : forme initiale (art. pl.) et finale (allongement vocalique pl.).</ref> || /ʋ/ || endir<ref>Nommé '''endir''' malgré sa double position finale/initiale.</ref> ꝡadd /ˌɛn.dir.'ʋad/
</div>
</div>
<!-- =============== FIN COLONNE DE GAUCHE =============== -->
<!-- =============== FIN COLONNE DE GAUCHE =============== -->
Ligne 111 : Ligne 113 :
! bgcolor="#c8c8fa" colspan="2" | ALPHABET ET PRONONCIATION
! bgcolor="#c8c8fa" colspan="2" | ALPHABET ET PRONONCIATION
|-
|-
-
|Si on différencie 34 lettres (ou graphies) différentes, l’alphabet þünmari n’en comporte que 24 ; les variantes graphiques sont classées dans les dictionnaires selon l’entrée non diacritée ('''a''' ⊂ '''à''', '''á''' et '''ä''' ; '''æ''' ⊂ '''ǽ''' ; '''o''' ⊂ '''ó''', '''ö''' et '''ø''' ; '''u''' ⊂ '''ü''' ; '''y''' ⊂ '''ỳ''').  
+
|Si on différencie 34 lettres (ou graphies) différentes, l’alphabet þünmari n’en comporte que 24 ; les variantes graphiques sont classées dans les dictionnaires selon l’entrée non diacritée ('''a''' ⊂ '''à''', '''á''' et '''ä''' ; '''æ''' ⊂ '''ǽ''' ; '''o''' ⊂ '''ó''', '''ö''' et '''ø''' ; '''u''' ⊂ '''ü''' ; '''y''' ⊂ '''ỳ'''). On compte également deux variantes graphiques : '''ſ''' ⊂ '''s''' et '''ն''' ⊂ '''ꝡ'''.
-
L’alphabet peut donc se résumer à : '''a æ b d ð e g h ħ i j k l m n o p r s t þ u w y'''.
+
L’alphabet peut donc se résumer à : '''a æ b d ð e g h ħ i j k l m n o p r s t þ u y'''.
On trouve un seul digramme : '''sj''', prononcé /ç/ devant une voyelle et /ʃ/ devant une consonne. La grammaire þünmarie ne mentionne pas '''ng''', indifféremment prononcé /ng/ ou /ŋ/.
On trouve un seul digramme : '''sj''', prononcé /ç/ devant une voyelle et /ʃ/ devant une consonne. La grammaire þünmarie ne mentionne pas '''ng''', indifféremment prononcé /ng/ ou /ŋ/.
Voyelles et consonnes, par défaut brèves, peuvent être longues. On observe les notations suivantes :
Voyelles et consonnes, par défaut brèves, peuvent être longues. On observe les notations suivantes :
-
* voyelle longue finale (pluriel) notée avec un titlo (ex. : '''a҃''' /aː/) ou suivie d’un '''w''' si le mot suivant commence par une voyelle et appartient au même groupe grammatical (ex. : '''aw''' /aːw/),
+
* voyelle longue finale (pluriel) notée avec un titlo (ex. : '''a҃''' /aː/) ou suivie d’un '''ն''' si le mot suivant commence par une voyelle et appartient au même groupe grammatical (ex. : '''''' /aːʋ/),
-
* voyelle suivie d’une finale consonantique en C<sub>sonore</sub>C<sub>sourde</sub> (ex. : '''ögwadt''' /ø.'gwaːt/, ''jours'')
+
* voyelle suivie d’une finale consonantique en C<sub>sonore</sub>C<sub>sourde</sub> (ex. : '''ögꝡadt''' /ø.'gꝡaːt/, ''jours'')
* consonne longue notée C'''h''' (ex. '''könhung''' /'kø.nːuŋ/, ''roi'').
* consonne longue notée C'''h''' (ex. '''könhung''' /'kø.nːuŋ/, ''roi'').
Notations particulières :
Notations particulières :
-
* Entre deux voyelles de même graphie ('''a'''/'''à'''/'''á'''/'''ä''' ; '''æ'''/'''ǽ''' ; '''o'''/'''ó'''/'''ö'''<ref>Mais '''ø''', bien qu’inclus dans les variantes alphabétiques de '''o''' ne provoque pas de double graphie.</ref> ; '''u'''/'''ü''' ; '''y'''/'''ỳ'''), la consonne est notée double sans modification de prononciation (archaïsme) (ex. '''ägga''' /'ɛ.ga/, ''bouche'') ; mais ce doublement est annulé s’il y a une autre consonne (ex. '''barwan''' /'ba.rwan/, ''enfant'' et non *barrwan), sauf le '''h''' qui provoque un allongement consonantique mais n’exclue par le doublement.
+
* Entre deux voyelles de même graphie ('''a'''/'''à'''/'''á'''/'''ä''' ; '''æ'''/'''ǽ''' ; '''o'''/'''ó'''/'''ö'''<ref>Mais '''ø''', bien qu’inclus dans les variantes alphabétiques de '''o''' ne provoque pas de double graphie.</ref> ; '''u'''/'''ü''' ; '''y'''/'''ỳ'''), la consonne est notée double sans modification de prononciation (archaïsme) (ex. '''ägga''' /'ɛ.ga/, ''bouche'') ; mais ce doublement est annulé s’il y a une autre consonne (ex. '''barꝡan''' /'ba.rʋan/, ''enfant'' et non *barrꝡan), sauf le '''h''' qui provoque un allongement consonantique mais n’exclue par le doublement.
* En finale, une coda en –C<sub>sonore</sub> est muette (ex. '''ägghad''' /'ɛ.gːa/, ''oiseau'') mais se prononce néanmoins en liaison si le mot qui suit commence par une voyelle et appartient au même groupe grammatical. Elle se prononce également si elle est doublée (ex. : '''krinnigg''' /kri.nig/, ''autour'').
* En finale, une coda en –C<sub>sonore</sub> est muette (ex. '''ägghad''' /'ɛ.gːa/, ''oiseau'') mais se prononce néanmoins en liaison si le mot qui suit commence par une voyelle et appartient au même groupe grammatical. Elle se prononce également si elle est doublée (ex. : '''krinnigg''' /kri.nig/, ''autour'').
* La coda consonantique en C<sub>sonore</sub>C<sub>sourde</sub> provoque l’allongement de la voyelle qui précède et se prononce sourde (ex. : '''egk''' /ɛːk/, ''me, moi'').
* La coda consonantique en C<sub>sonore</sub>C<sub>sourde</sub> provoque l’allongement de la voyelle qui précède et se prononce sourde (ex. : '''egk''' /ɛːk/, ''me, moi'').
Ligne 177 : Ligne 179 :
! bgcolor="#c8c8fa" colspan="2" | LEXIQUE • [[Liste des dictionnaires]]
! bgcolor="#c8c8fa" colspan="2" | LEXIQUE • [[Liste des dictionnaires]]
|-
|-
-
|[[Lexique þünmari-français]].
+
|[[Lexique þünmari-français]]
|-
|-
<!-- =============== LIENS=============== -->
<!-- =============== LIENS=============== -->

Version actuelle en date du 30 août 2019 à 21:34

Minuscule Prononciation API Appellation[1]
VOYELLES
a /a/ a
e /e/, /ɛ/ et /'ɛt/
i /i/ i
o /o/, /ɔ/ o
u /u/ u
VOYELLES MUTÉES
ä /ɛ/ ħerð[2] ä /ˌxɛrð.'ɛ/
ö /ø/ ħerð[2] ø /ˌxɛrð.'ø/
ü /y/ ħerð[2] ü /ˌxɛrð.'y/
VOYELLES FIXES
æ /ɛ/ þreg[3] æ /ˌθrɛg.'ɛ/
ø /ø/ þreg[3] ø /ˌθrɛg.'ø/
y[4] /y/ θrɛg[3] y /ˌθrɛg.'y/
ou y
DIPHTONGUES
à /ae̯/ à
á /au̯/ á
ǽ /ɛu̯/ ǽ
ó /ou̯/ ó
/ye̯/
CONSONNES SONORES
b /b/ bá /'bau̯/
d /d/ dá /'dau̯/
g /g/ gá /'gau̯/
ð /ð/ ðá /'ðau̯/
CONSONNES SOURDES
k /k/ kà /'kae̯/
p /p/ pà /'pae̯/
t /t/ tà /tau̯/
þ /θ/ þà /'θae̯/
CONSONNES SANS ALLOPHONE
h /h/ het /'hɛt/
ħ /x/ ħet /'xɛt/
j /j/ jadd /'jad/
l /l/ elt /'ɛlt/
m /m/ emt /'ɛmt/
n /n/ ent /'ɛnt/
r /r/ ert /'ɛrt/
s /s/ set /'sɛt
ſ [5] /s/ endir[6] set /ˌɛn.dir.'sɛt/
/ʋ/ ꝡadd /'ʋad/
ն[7] /ʋ/ endir[8] ꝡadd /ˌɛn.dir.'ʋad/
PRÉSENTATION
Le þünmari /θyn.'ma.ri/ est une langue dont la phonologie et le vocabulaire sont inspirés de l’islandais et, moindrement, du suédois. Le vieux norrois vient aussi enrichir son vocabulaire.

Bien qu’il ne s’insère dans aucune diégèse, la culture et les symboles vikings planent autour du þünmari, l’étoffant en creux, pourrait-on dire – non sans un brin de mysticisme d’ailleurs.

De ces signes, le vegvísir[9] a inspiré le sceau þünmari et en a fait le pilier de sa philosophie. Nommé en þünmari ħeghäðir /xɛ.'gːɛ.ðir/ (de ħegr /'xɛgr/, chemin et läðir /'lɛ.ðir/, guide), il est le signe par lequel chacun trouve le chemin, celui du retour, celui de la bonne fortune, celui de lui-même. Parmi ses multiples significations, on retiendra celle de ses huit branches indiquant les huit directions (sud, ouest, nord, est et les quatre directions intermédiaires) et celle des couleurs : le rouge de l’été (lyþa /'ly.θa/, de Litha, fête du solstice d’été), le blanc de l’automne (mabon /'ma.bɔn/, de Mabon, fête de l’équinoxe d’automne), le noir (ou bleu nuit) de l’hiver (jærl /'jɛrl/, de Jól, fête du solstice d’hiver) et le vert du printemps (ósjtarra /'ou̯.ʃ͡ta.ra/, d’Ostara, fête de l’équinoxe de printemps). Mais ces quatre saison ne seraient qu’épiphénomènes sans le jaune de la cinquième saison, celle du centre (miþhirri /mi.'θːi.ri/), celle du chemin ; la saison essentielle.

ALPHABET ET PRONONCIATION
Si on différencie 34 lettres (ou graphies) différentes, l’alphabet þünmari n’en comporte que 24 ; les variantes graphiques sont classées dans les dictionnaires selon l’entrée non diacritée (aà, á et ä ; æǽ ; oó, ö et ø ; uü ; y). On compte également deux variantes graphiques : ſs et ն.

L’alphabet peut donc se résumer à : a æ b d ð e g h ħ i j k l m n o p r s t þ u ꝡ y.

On trouve un seul digramme : sj, prononcé /ç/ devant une voyelle et /ʃ/ devant une consonne. La grammaire þünmarie ne mentionne pas ng, indifféremment prononcé /ng/ ou /ŋ/.

Voyelles et consonnes, par défaut brèves, peuvent être longues. On observe les notations suivantes :

  • voyelle longue finale (pluriel) notée avec un titlo (ex. : /aː/) ou suivie d’un ն si le mot suivant commence par une voyelle et appartient au même groupe grammatical (ex. : /aːʋ/),
  • voyelle suivie d’une finale consonantique en CsonoreCsourde (ex. : ögꝡadt /ø.'gꝡaːt/, jours)
  • consonne longue notée Ch (ex. könhung /'kø.nːuŋ/, roi).

Notations particulières :

  • Entre deux voyelles de même graphie (a/à/á/ä ; æ/ǽ ; o/ó/ö[10] ; u/ü ; y/), la consonne est notée double sans modification de prononciation (archaïsme) (ex. ägga /'ɛ.ga/, bouche) ; mais ce doublement est annulé s’il y a une autre consonne (ex. barꝡan /'ba.rʋan/, enfant et non *barrꝡan), sauf le h qui provoque un allongement consonantique mais n’exclue par le doublement.
  • En finale, une coda en –Csonore est muette (ex. ägghad /'ɛ.gːa/, oiseau) mais se prononce néanmoins en liaison si le mot qui suit commence par une voyelle et appartient au même groupe grammatical. Elle se prononce également si elle est doublée (ex. : krinnigg /kri.nig/, autour).
  • La coda consonantique en CsonoreCsourde provoque l’allongement de la voyelle qui précède et se prononce sourde (ex. : egk /ɛːk/, me, moi).
ACCENT TONIQUE
En règle générale, l’accent tonique se place sur l’avant-dernière syllabe :
himnæ /'hi.mnɛ/, ciel

Cependant, on trouve de nombreuses exceptions à cet accent sur la pénultième syllabe :

  • Le mot conserve son accentuation même si le pluriel ou le cas objet rajoute une syllabe :
derreng /'de.rɛŋ/, garçonderrengur /'de.rɛ.ŋur/, garçons,
tönliſ /'tøn.lis/, musiquetönlisen /'tøn.li.sɛn/, musiques (cas objet pl.).
  • Si le mot possède une diphtongue, l’accent porte sur cette syllabe[11] :
hráðiddigg /'hrau̯.ði.dig/, terrible.
  • À part en cas d’emphase, l’adjectif monosyllabique n’est pas accentué dans le groupe nominal (sauf s’il possède une diphtongue) :
smar hyſ /smar 'hys/, une petite maison.
  • Les adjectifs possessifs plurisyllabiques, qui ferment le groupe nominal, sont accentués sur la dernière syllabe :
sjenner /çe.'nɛr/, leur.
  • Les verbes conservent l’accentuation normale même quand la conjugaison ajoute une ou plusieurs syllabes, y compris s’il s’agit d’une diphtongue. On note cependant l’apparition d’un accent secondaire sur la consonne de l’infixe de la voie moyenne, sur les infixes des particules de procès ou négatives et sur la diphtongue finale :
sjtrakká /'ʃ͡tra.kau̯/, étendresjträkeþhár /'ʃ͡trɛ.ke.ˌθːau̯r/, ils se sont étendus.
  • Les articles et les prépositions ne sont pas accentués, sauf en cas d’insistance :
nä hyſ /nɛ 'hys/, dans la maison,
mais undrä bord /'un.drɛ 'bɔrd/, sous la table (mais pas dessus) .
  • Le pluriel duel et collectif[12] en -är /ɛr/ est accentué sur la dernière syllabe :
høntɛn /'høn.tɛn/, mains (pl. simple) → hæntär /hɛn.'tɛr/, les (deux) mains.
SYNTAXE
La syntaxe est de type V2 (verbe en seconde position).

À noter :

  • Le complément d’objet indirect est toujours en début de phrase s’il n’est pas précédé d’une préposition → coi/V/S/O.
  • L’attribut du sujet précède le verbe (être, paraître, sembler) → attr./V/S.
GRAMMAIRE
Quelques points à mentionner :
  • Le þünmari ne connaît qu’un seul cas : le cas objet. Celui-ci varie en fonction de la finale du mot. Il est marqué sur les noms, les pronoms personnels[13], les prépositions et, de façon réduite, sur les adjectifs. Le cas objet est utilisé notamment pour les compléments d’objet (directs et indirects) et pour marquer les compléments des verbes de mouvements. Certaines prépositions appellent également le cas objet.
  • Les pluriels sont multiples et varient en fonction de la finale du nom. Il existe un pluriel collectif décomptant le nombre complet ; le duel est inclus dans ce collectif.
  • En ce qui concerne le système verbal, le þünmari possède 4 modes (infinitif, indicatif, subjonctif et impératif), 2 temps (présent et prétérit) et 3 voies (active, moyenne et passive.)
  • Les verbes se divisent en verbes réguliers avec une finale en -a /a/ (ex. hjeta /'hje.ta/, manger), les verbes à mutation en /au̯/ (finale non accentuée) dont la voyelle mute en fonction de la conjugaison (ex. mnaggá /'mna.gau̯/, pouvoirþu mnäger /θu 'mnɛ.gɛr/, tu peux) et les verbes monosyllabiques en /ae̯/ (ex. : trà /'trae̯/, donner). Les formes conjuguées varient selon le groupe verbal et la consonne finale de la racine.
  • Font exception aux groupes ci-dessus les verbes þà /'θae̯/, être et kyn /'kyn/, avoir qui sont irréguliers et possèdent de plus une forme négative qui leur est propre : þemnà /'θɛm.nae̯/, ne pas être et kynmi /'kyn.mi/, ne pas avoir.
  • La négation verbale, l’adjonction de particule de procès et le marquage de la voie moyenne se font par infixation entre la racine verbale et la conjugaison.
PONCTUATION
La ponctuation est peu ou prou identique à celle du français. On note toutefois l’usage du chevron ouvrant (<) et fermant (>) à la place des guillemets. L’apostrophe n’existe pas en þünmari ; on trouve quelques rares mots avec un tiret (ex. : a-siþ-an /a.'si.θan/, un à un), héritage d’une graphie archaïque.
LEXIQUE • Liste des dictionnaires
Lexique þünmari-français
LIENS
Liens internes : Lal Behi, idéolinguiste, créateur du wágelioth et du kátsit kinlillu.

Liens externes : Page personnelle de Lal Behi.

  1. API non notée pour les voyelles ou diphtongues se prononçant à l’identique.
  2. 2,0 2,1 2,2 De ħerða, devenir.
  3. 3,0 3,1 3,2 De þregħanin, fixe.
  4. Y est parfois classé dans les voyelles simples.
  5. Variante graphique du s (forme finale).
  6. De endir, fin
  7. Variante graphique de  : forme initiale (art. pl.) et finale (allongement vocalique pl.).
  8. Nommé endir malgré sa double position finale/initiale.
  9. Tel que décrit dans le Manuscrit de Huld.
  10. Mais ø, bien qu’inclus dans les variantes alphabétiques de o ne provoque pas de double graphie.
  11. Font néanmoins exception les verbes en /au̯/ et /ae̯/ qui s’accentuent sans tenir compte de la diphtongue (ex. ħastá /'xas.tau̯/, jeter).
  12. Il s’agit d’un collectif désignant un ensemble complet comme les sept jours de la semaine, les quatre saisons, les douze signes du zodiaques, etc.
  13. Les pronoms personnels sont irréguliers et possèdent deux formes distinctes pour l’objet direct et l’objet indirect.

Pages dans la catégorie « Þünmari »

Cette catégorie contient 44 pages, dont les 44 ci-dessous.

A

B

D

E

G

H

H (suite)

K

L

O

P

R

S

T

U

Á

Æ

Ð

Ø

Þ

Ħ

Outils personnels