Crct'nl

De Wikiaegis.

Cette langue est la langue véhiculaire des Cités Unies. Elle est généralement la deuxième langue qu'apprennent les Citoyens, leur première langue étant le dialecte de leur ville d'origine. La seule région à parler cette langue comme langue maternelle est la région entourant la Cité des Trois mille.

Sommaire

Phonologie

Elle se caractérise par l'absence de toute voyelle grammaticale. En effet, ce sont les consonnes qui jouent le rôle de noyau syllabique dans tous les mots. La prononciation requiert donc un certain entrainement mais il est parfaitement possible de parler cette langue. Il arrive fréquemment que les locuteurs posent un schwa ou une autre voyelle entre deux consonnes, celui-ci n'est pas véritablement là mais c'est un résidu dû à la prononciation d'une consonne voisée.

Voici les consonnes du Crct'nl :

OCCLUSIVES :

  • p [ p ]
  • b [ b ]
  • t [ d ]
  • d [ d ]
  • ty [ t` ]
  • dy [ d` ]
  • c [ c ]
  • j [ J\ ]
  • k [ k ]
  • g [ g ]

FRICATIVES :

  • f [ f ]
  • t' [ T ]
  • s [ s ]
  • sy [ s` ]
  • h' [ C ]
  • x [ x ]
  • q [ X ]
  • h [ h ]
  • l [ K ]

NASALES :

  • m [ m ]
  • n [ n ]
  • ny [ n` ]
  • n' [ N ]
  • my [ J ]

LIQUIDES :

  • r [ r_0 ]
  • i [ j ] ou [ i ]
  • w [ w ] ou [ u ]

Grammaire

La grammaire est de type polysynthétique. Elle intègre en un seul lexème tous les éléments d'une même proposition, voire même ceux de toute une phrase. On distingue de manière générale les noms des verbes, les autres classes grammaticales sont dérivées de ces deux classes. L'exception reste la classe des mots grammaticaux, plutôt réduite elle concerne tous les mots dont le sens n'existe pour ainsi dire pas.

Racines lexicales

Forme des racines lexicales

On distingue deux types de racines lexicales, toutes deux trilitères :

  • Les racines nominales (qui désignent quelque chose de concret)
  • Les racines verbales (qui désignent quelque chose de non concret).

Il est possible de transformer une racine en l’autre par la suffixation de i pour transformer en racine verbale et de w pour transformer en racine nominale.

  • Ex : Crc « langue écrite » -> Crci « écrire »
  • Ex : Nft « penser » -> Nftw « pensée »

Dérivations des racines nominales

Ces suffixes correspondent aux cas du mot dans la phrase. Ils sont aussi utilisés en composition interne.

  • Nom d’agent : -Ø (sert aussi de sujet à des morphèmes nominaux, généralement des verbes substantivés)
  • Passif : -n (sert aussi de COD aux morphèmes substantivés)
  • Génitif de qualité, de composition : -t
  • Complément d’attribution : -ty
  • Moyen : -n’
  • Manière : -m
  • Génitif de possession : -r
  • Lieu d’origine : -p
  • Direction : -d
  • Lieu où l’on passe : -s
  • Lieu où l’on est : -sy
  • But : -l
  • Complément de temps : -my
  • Résultat : -q
  • Cause : -f
  • Conséquence : -g
  • État source : -j
  • Thème ("de" latin) : -x
  • "Troisième plan" : -nt
  • accompagnement : -it

Dérivation des racines verbales

Elles sont variables en temps, la voix n’existe pas car ce sont les dérivations des racines nominales qui traduisent la diathèse. On distingue l’accompli de l’inaccompli et ce pour deux valeurs : réelle ou possible.

  • Réel accompli : -x
  • Réel inaccompli : -h’
  • Possible accompli : -i
  • Possible inaccompli : -h


Dérivations à l’aide de racines

On peut aussi dériver une racine grâce à d’autres racines. Par exemple, les valeurs optatives, impératives, gnostives ou autres seront rendues grâce à une modification de la racine par agglutination. La première racine ajoute la valeur et est appelée racine dérivant. La deuxième donne le sens général et est appelée racine dérivée.

Ex : Fn’t (vouloir) + iht (aimer) -> Fn’tiht (vouloir aimer)

Dans ce cas, les racines dérivantes perdent leur classe grammaticale.

Pronoms

Ce sont des racines de deux phonèmes. Ils sont les seuls mots variables en nombre et en personne. Comme les noms, ils prennent les mêmes suffixes de dérivations

  • 1èS : tn
  • 2èS : lr
  • 3èS : sty
  • 1èP : tm
  • 2èP : tl
  • 3èP : syt
  • 1èDuel (nous deux) : myc

Adjectifs et adverbes dérivés

On ne distingue pas ces classes grammaticales des classes nominales et verbales. Les adjectifs existent sous deux formes :

Sous leur forme verbale ils se présentent comme des verbes se traduisant par « être […] » il est possible d’utiliser des racines de composition pour transformer ce sens. Ex : Tnqfrh’ (Tn-qfrh’) « je suis beau »

Sous leur forme nominale ils sont dérivés de noms. Généralement leur sens n’est pas exactement celui d’un adjectif mais il montre le sens précis de l’adjectif. Ex : Stsp « venant de l’île » ; Ex : Dnytr « Royal » (relatif au roi, appartenant au roi)

Les adverbes eux sont toujours dérivés d’un nom. Ils le sont à l’aide de suffixes :

  • Ex : Wlhn’ « Divinement » (à la manière d’un dieu)
  • Ex : Qfrwn’ « de belle manière «  (par substantivisation de qfr « être beau » littéralement : à la manière du fait d'être beau)

Les adjectifs se placent toujours après le nom qu’ils décrivent. Ils sont aussi très souvent incorporés.

Adjectifs indéfinis et pronoms associés

Ils se forment sur la base du pronom et reçoivent une terminaison propre qui leur donne leur valeur adjectivale (-i). Leur base est monoconsonantique. t (ti) tous f (fi) aucun n (ni) chacun d (di) les uns et les autres (les uns envers les autres)

Conjonctions de coordination

Elles ont toutes la forme : I/W + C It : et (souvent omis) Wx : ou

Polysynthèse

Il est habituellement recommandé de mettre en un seul lexème tous les éléments d’une même proposition. L’ordre de la composition est habituellement du type :

Autre compléments + COD + Sujet + Verbe

Mais l’élément le plus important est souvent à la fin.

  • Ex : Sytrdtnptyrx (sytrd-th-ptyrx) « je vais à la maison »
  • Ex : Rfrnstydlkx (rfrn-sty-dlkx) « il a vu la fleur »

Par contre, il ne peut y avoir qu’un morphème verbal par composition, on pourra rendre des formes plus complexes par l’utilisation des noms verbaux. Dans ce cas on obtiendra un système où chaque morphème "verbal" délimite une proposition, la terminaison du morphème indiquant le rôle de la proposition.

Ex : Sytrdtnptyrwfrfrntnptyrx (Sytrd-tn-ptyrwf-rfrn-tn-ptyrx)« je vais à la maison parce que j’ai vu la fleur »

Outils personnels