Gäko sc

De Wikiaegis.

  Gäko sc (Gäko)  
Langue mère
Langue fille
Année de création 2006
Auteur Ziecken Azuris
Régulé par Académie elkanne
Nombre de locuteurs inconnu
Parlé en
Idéomonde associé Losda
Catégorie système de cryptage
Typologie code à subtitution
Alphabet gäko, latin
Lexique
Version

Le Gäko sc est un système de cryptage créé en 2006 par Ziecken Azuris, il s'agit du dix-neuvième projet linguistique du projet ELKO. Il se fonde sur la philosophie chinoise du Yin et du Yang. Ce code se base sur la polarité phonétique de chaque lettre.

Sommaire

Historique

Le Gäko sc est officiellement né le 17 août 2006. Son nom provient de l'association des premiers caractères de son alphabet : Gä et Ka. Le petit sigle toujours apposé à son nom : "sc" signifie système de cryptage afin qu'il ne soit pas confondu avec la langue construite du même nom : le Gäko apparue 9 ans auparavant.

Phonologie

La prononciation du Gäko sc ne pose pas de problèmes majeurs pour un francophone :

A se prononce comme le "a" de table Ä se prononce comme le "è" de problème AU se prononce comme le "aw" de nawak B se prononce comme le "b" de balle D se prononce comme le "d" de doigt E se prononce comme le "é" de Ë se prononce comme le "eu" de peu EI se prononce comme le "eil" de réveil G se prononce comme le "g" de gare H se prononce comme le "ch" de chemin I se prononce comme le "i" de hibou IA se prononce comme le "ia" de cianure IÄ se prononce comme le "ie" de hier K se prononce comme le "k" de koala L se prononce comme le "l" de lune M se prononce comme le "m" de mer N se prononce comme le "n" de noix O se prononce comme le "o" de loterie Ö se prononce comme le "oeu" de soeur P se prononce comme le "p" de petit R se prononce comme le ""r de racine S se prononce comme le "s" de soleil T se prononce comme le "t" de table U se prononce comme le "ou" de tour Z se prononce comme le "z" de zeste

Morphologie

Ce système de cryptage se caractérise par la substitution systématique des lettres avec leur complémentaire phonétique.

ex : b s'oppose à p : donc le son [b] sera remplacé par la lettre "p" et vice-versa

Les consonnes

En Gäko il existe 17 consonnes. Elles traduisent parfois plusieurs sons on parle alors de consonnes polysémiques. Elles ne sont pas nombreuses mais recquierent une certaine vigilance.

B : cette consonne transcrit le son [p] de parchemin et le son [f] de fête

D : cette consonne transcrit le son [t] de table

G : cette consonne transcrit le son [k] de calme, de képi

K : cette consonne transcrit le son [r] de robe

H : cette consonne joue le rôle d’ensemble vide consonantique. On la distingue de son homologue vocalique « AU »

J : cette consonne transcrit le son [w/ou] de ouiK : cette consonne transcrit le son [g] de gare

L : cette consonne transcrit le son [r] de barre

M : cette consonne transcrit le son [n] de nage

N : cette consonne transcrit le son fermé [m]de marée

P : cette consonne transcrit le son [b] de barre et le son [v] de vague

R : cette consonne transcrit le son [l] de lard

S : cette consonne transcrit le son [z] de zeste

Sh : cette consonne transcrit le son [j] de jardin

T : cette consonne transcrit le son [d] de damier

W : cette consonne transcrit le son [y/i] de yaourt

Z : cette consonne transcrit le son [s] de salle

Zh : cette consonne transcrit le son [ch] de chapeau

Les voyelles

En Gäko sc il existe huit voyelles. Cinq d’entre elles sont appelées voyelles simples, les trois restantes sont appelées voyelles complexes. Les voyelles complexes sont en fait celles qui sont surmontées de trémats.

A : cette voyelle transcrit le son fermé [eu] de peu et le son ouvert [oeu] de soeur.

Ä : cette voyelle transcrit le son [an] de banc.

E : cette voyelle transcrit le son [o] fermé de pot et ouvert de pomme.

Ë : cette voyelle transcrit le son [on] de bon.

I : cette voyelle transcrit le son [ou] de clou et le son [ u] de tulipe.

O : cette voyelle transcrit le son [é] de pétard et le son [è] de pelle.

Ö : Cette voyelle transcrit le son [in] de pain, de pin, de brun.

U : cette voyelle transcrit le son [i] de pile.

Les digrammes vocaliques

En Gäko sc il existe quatre digrammes vocaliques. Ce sont des assemblages de deux voyelles placées côte à côte. Ils ont pour but de traduire des sonorités rares.

EI ou Ė : ce digramme vocalique transcrit le son [a] de patte et de pâte.

AU : ce digramme vocalique joue le rôle d’ensemble vide. On la distingue de son homologue consonantique « H ».

IA : ce digramme vocalique transcrit le son [oi] de boïte.

IÄ : ce digramme vocalique transcrit le son [oin] de pointe.

Les voyelles autonomes

On appelle « voyelles autonomes », les voyelles que l’on utilise seules et à qui ont attribue un sens spécifique. Elle peuvent s’accoler aux mots s’en utiliser l’ensemble vide consonantique « h ». Notez que les articles sont souvent omis.

A : Cette voyelle est utilisée pour traduire tous les pronoms indéfinis ( un, une, des ).

E : Cette voyelle est utilisée pour traduire tous les pronoms définis ( le, la, l’, les ).

I : Cette voyelle est utilisée pour traduire la conjonction « ou ».

O : Cette voyelle est utilisée pour traduire la conjonction « et ».

U : Cette voyelle est utilisée pour traduire les pronom démonstratifs ( ce, cet, c’, cette, ces )

Grammaire

Le gäko ne possède pas de grammaire propre puisqu'il s'agit d'une transcription du français. Totefois il est a noter que les articles ne sont jamais traduits.

Lexique

Puisqu'il s'agit d'un système de cryptage et non d'une langue, on comprend que le vocabulaire est le même en français qu'en Gäko.

Chiffres et nombres

Voir aussi : noms de nombres en différentes idéolangues

Pour compter en 'Gäko il n'y a que dix chiffres à connaître, il sont empruntés au Gäko. Les nombres se forment par simple juxtaposition : 10 = akinnou

  • 0 = hau
  • 1 = ka
  • 2 = gä
  • 3 = te
  • 4 = dë
  • 5 = si
  • 6 = zau
  • 7 = lo
  • 8 = rö
  • 9 = bu
  • 10 = pei
  • 100 = mau
  • 1000 = nau

Textes

Exemple de texte

Zukeir o bilnu (Jean de la Fontaine)

Zukeir ouä zädo di rodo, za daulipei bel tobilpi Gä pus bi pami Beissö zar nelze Ta niz i ta polnuze Or eirei gluo beinum Zo pilnu zei piasum, Rei bluä ta riu blodo Gorga klö bil zipsuzdo Sizgei zosë mipor. « Sappi boualo, riu tuddor, Eipä ri, bia teimuneir, Ödolo o blözubeir. » Bilnu mobbei blodas : Zorrei zë niätaul tobe. « Ga bosuoppi e dä ze ? Tuddor hei zod häblödas. Miuddo sil heiddi pomä Sa zädo, mappi tobros. Pi zäduo ? Sä ziu pelddos : O puö täzo nödamä. »

La cigale et la fourmi (Jean de la fontaine)

"La Cigale, ayant chanté Tout l'été, Se trouva fort dépourvue Quand la bise fut venue : Pas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau. Elle alla crier famine Chez la Fourmi sa voisine, La priant de lui prêter Quelque grain pour subsister Jusqu'à la saison nouvelle. "Je vous paierai, lui dit-elle, Avant l'Oût, foi d'animal, Intérêt et principal. " La Fourmi n'est pas prêteuse : C'est là son moindre défaut. Que faisiez-vous au temps chaud ? Dit-elle à cette emprunteuse. - Nuit et jour à tout venant Je chantais, ne vous déplaise. - Vous chantiez ? j'en suis fort aise. Eh bien! dansez maintenant."

Liens Internes

Liens externes

Outils personnels