Transcription Onomastique Appliquée (kelep)

De Wikiaegis.

La Transcription Onomastique Appliquée ou plus simplement TOA est le nom donné à la technique de transcription permettant de d'obtenir des mots de vocabulaire à partir à partir de noms propres (thétymologie) dans certaines langues, notamment en elko et en kelep.


Transcription Onomastique Appliquée en kelep


Médaillon vierge Liste des trigrammes Liste des gabarits

 


Lorsque ces noms propres sont ceux de divinités on parle de théonymes et lorsqu'ils proviennent des mythologies ont parle plus généralement de hiéronymes. C'est ce dernier terme qui sera plus utilisé ici car il est plus général et englobe logiquement celui de théonyme. C'est pourquoi on parle souvent de TOAH pour préciser "Transcription Onomastique Appliquée aux Hiéronymes".

Le kelep est l'elko sont deux langues qui ont la particularité de puiser leur vocabulaire à partir de hiéronymes présents dans plus d'une quarantaine de mythologies à travers le monde. Cette étymologie particulière est appelée thétymologie ou hiérétymologie. La TOA ou plus précisément TOAH est donc la procédure concrète utilisée pour obtenir les racines des ces deux langues :

  • Des clés pour l'elko
  • Des gabarits pour le kelep.

Sommaire

Les règles de la TOAH

Le but premier de la TOAH est de parvenir à obtenir de nouveaux gabarits à partir de hiéronymes. Pour cela il existe une procédure très précise qui vous sera détaillée ci-dessous. Cette procédure est propre au kelep, l'elko dispose de sa propre TOA. Cette procédure ce décompose en deux étapes principales :

  • Extraire la base
  • Extraire le gabarit

Extraire la base

Extraire la base c'est prélever dans un hiéronyme toutes les lettres analysables.

Les lettres analysables

Les lettres analysables sont 23 lettres suivantes :

B C D F G H I J K L M N P Q R S T U V W X Y Z

Ce sont les lettres de l'alphabet latin (et français) auxquelles on enlève les trois voyelles A, E et O.

Les lettres non analysables

Les lettres n'étant pas prises en compte dans la TOA sont :

  • Les lettres O, Y : n'existent pas dans le nébou, l'alphabet du kelep.
  • Les voyelles A et E : ne disposent pas d'équivalent consonantique, et ne servent pas à former les gabarits.
  • Les diacritiques : n'existent ni dans le nébou ni dans sa translittération latine.
  • Les caractères étrangers

Notation

La base est notée aux moyen du symbole "±" suivit des différentes lettres analysables en majuscules :


Aarnivalkea → ±RNIVLK

Extraire le gabarit

Une fois que la base est extraite du hiéronyme, il faut en extraire le gabarit. Pour rappel, le gabarit est un trigramme de trois consonnes. Or, il arrive que la base contienne plus ou moins de consonnes. Extraire un gabarit à partir d'une base consiste don à retirer, transformer ou ajouter progressivement des lettres à la base pour n'en conserver que trois.

Notation

Le gabarit se note au moyen de la racine carrée "√", les lettres y figurant y sont notées en majuscules :


Athéna → ±THN → √THN

Les degrés d'analyse

Les 23 lettres analysables, et donc présentes dans les bases n'ont pas toutes la même importance dans la TOA, elles sont classées par degrés :

  • Degré 1 : B, D, G, K, L, M, N, P, R, S, T, Z
  • Degré 2 : V, C, H, F, Q, X
  • Degré 3 : I, J, U, W, Y

Le degré 1

Le degré 1 regroupe les lettres prioritaires, les lettres les plus importantes. Ce sont celles qui doivent obligatoirement apparaître dans le gabarit. Les lettres du degré 1 sont : B, D, G, K, L, M, N, P, R, S, T, Z.


Tefnout → ≠TFNUT → √TNT

Ici, le F a été supprimé car il appartient au degré 2 et le U car il appartient au degré 3.

Le degré 2

Le degré 2 regroupe les lettres secondaires, les lettres les moins importantes. Elles seront supprimées si le gabarit compte déjà 3 lettres mais, dans le cas contraire elles seront utilisées. Les lettres de degré 2 sont : V, C, H, F, Q, X, mais elles ne sont jamais utilisées sous cette forme. En effet, ces lettres secondaires sont utilisées sous leurs formes longues (digrammes formés au moyen de la lettre H) :

  • BH = V
  • DH = C
  • GH = H
  • PH = F
  • TH = Q
  • KH = X

Les digrammes ne sont utilisés qu'avec les hiéronymes ne contenant qu'une consonne de degré 1 (1), dans le cas contraire on ne conserve que la première lettre du digramme (2).


  • (1) Vane → ±VN → √BHN
  • (2) Avalon → ±VLN → √BLN

La lettre H est utilisée pour combler les gabarits ne contenant que deux lettres :


Maât → ±MT → √MTH


Le digramme GH est utilisé pour combler les gabarits ne contenant qu'une lettre :


→ ±R → √RGH


Lorsque une lettre secondaire est suivie d'un H on se réfère à la consonne de degré 1 en faisant abstraction du H :


Alfeim → ±LFHIM → √LPM


Lorsque un hiéronyme ne contient aucune lettre analysable, il est systématiquement transcrit GHH :


Ao Ao → ± → √GHH

Le degré 3

Le degré 3 regroupe les voyelles et les glides. Elles n'appartiendront à un gabarit qu'en l'absence de consonnes de degré 1 ou degré 2.


Les alternatives

On a affaire à une alternative lors il existe plus de 3 lettres possibles, et ce en dépit des degrés d'analyses. Les trigrammes sont toujours construits à partir de 3 lettres consécutives.


Nerfertem → ±NFRTM → √NRT et √RTM

L'aternative est ici le deuxième : √RTM.

Tableau de transcription

Le tableau de transcription présenté ci-dessous présente en noir les lettres analysables et en bleu les transcriptions utilisées pour la constructions des gabarits. Les lettres étant réparties par degrés et par familles phonétiques.

Fichier:Toa kelep.jpg

Les hiéronymes composés

Les hiéronymes composées sont analysés séparemment :


Ah Cimi → ±H | ±CIMI → √CJM / √JMJ

Liens

Liens internes

Liens externes

Notes et références

Outils personnels