Le heaume d'Ægis : Le conflit (S1E6)

De Wikiaegis.

Version du 14 août 2020 à 14:46 par Ziecken (discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Introduction


Le heaume d'Ægis : Aux origines d'un multivers

Le créatif Le réceptif La difficulté initiale La force juvénile L'attente Le conflit L'armée La solidarité Le pouvoir d'apprivoisement du petit La marche La paix La stagnation La communauté avec les hommes Le grand avoir L'humilité L'enthousiasme La suite Le travail sur ce qui est corrompu L'approche La contemplation Mordre au travers La grâce L'éclatement Le retour L'innocence Le pouvoir d'apprivoisement du grand Les commissures des lèvres La prépondérance du grand L'insondable Le feu L'influence La durée La retraite La puissance du grand Le progrès L'obscurcissement de la lumière La famille L'opposition L'obstacle La libération La diminution L'augmentation La percée Venir à la rencontre Le rassemblement La poussée vers le haut L'accablement Le puits La révolution Le chaudron L'ébranlement La montagne Le développement L'épousée L'abondance Le voyageur Le doux Le lac La dispersion La limitation La vérité intérieure La prépondérance du petit Après l'accomplissement Avant l'accomplissement

Chroniques du Losda Récits du monde du Losda
 


Sommaire

Synopsis

L’ère des élémentaires de feu touche à sa fin et commence celle des élémentaires de terre. Elle se conclura par l'apparition de la vie.

Mythe

   
Classification
 
Format : Mythe : Mythe fondateur
Genre : fantastique
Registre : onirique
Style : narratif
Fiche technique
 
Année : 2020
Auteur : Ziecken
Code-récit : LHDAS1E6
Statut : bloqué
Contexte
 
Époque : Premier âge
Lieux : Multivers d'Ægis, univers, monde
Personnages : élémentaires de terre
Objets : Mana

L’avènement des élémentaire de terre

Les élémentaires de feu avaient bien œuvré, leur tâche arrivait à présent son terme. Ils avaient embrasé les étoiles et initié la création des planètes. Ils se reposèrent à présent, contemplant la plus douce de leur création. Les élémentaires de terre passèrent alors à l’action. Ils atteignirent les planètes à bords de météores rocheux. La surface des planètes avaient déjà, pour la plupart, entamé une phase de refroidissement qui habillait ces astres nouvellement nés d’une fine couche de roches solidifiés. Une fois en contact avec ces roches de surfaces, les élémentaires purent se répandre sur tout la surface des planètes atteintes. Ainsi, certaines planètes se sont construites seules, sans l’aide des élémentaires alors que d’autres ont été façonnées progressivement par chaque famille d’élémentaire qui intervenaient l’une après l’autre afin de parachever le travail de ses prédécesseurs. Le froid de l’espace et l’absence d’atmosphère facilitèrent le refroidissement de cette couche de surface et permit l’élaboration d’une croûte épaisse. Désormais les élémentaires de terre recouvraient toute la surface des planètes que l’on nomma dès lors « planètes telluriques ». Le travail des élémentaires de feu disparaissant ainsi sous la surface. Les élémentaires de terre devenaient ainsi les nouveaux héros de ce projet d’envergure. Les surfaces de ces planètes à présent solidifiées et épaisses se voyaient quotidiennement éclairées et réchauffées par la lueur des milliards d’étoiles où résidaient encore les élémentaires de feu. Une certaine harmonie c’était ainsi créée entre le travail des élémentaires de feu et de terre. Un sol solide venait de faire son apparition, le décor se mettait progressivement en place. Bientôt des espèces variées pourront se mouvoir à la surface de ces planètes nouvellement formées. Bientôt la vie inondera ces univers de sa diversité. Mais, avant cela, il fallait laisser aux univers d’eau et d’air la possibilité de finir le travail. Le tableau se dessinait enfin et les élémentaires d’air firent une timide apparition. Présents pour le moment uniquement dans les gaz et est les effluves pestilentielles des volcans qui rugissaient encore à la surface, déversant leur chaleur et la roche en fusion qui venait des entrailles. Les élémentaires d’air ne trouvaient pas encore de quoi investir ces nouveaux mondes. Viendra bientôt le temps où les élémentaires d’air joueront leur rôle dans l’histoire que les élémentaires rêvent d’écrire. Le temps était à la gloire des élémentaires de terre, mais leur heure viendra.

Les élémentaires de terre jouissaient désormais d’une grande variété de supports, allant de la glaise, à la terre, du sable à la roche en passant par les minéraux les plus somptueux.

La guerre des élémentaires

Les univers comptaient à présent des milliards de planètes aux diverses que variées. Parmi elles certaines n’étaient constituées que de feu, telles les étoiles investies par les élémentaires de feu. D’autres planètes n’étaient constituées que de terre, ce qui étaient le cas de la plupart des planètes qui parfois étaient investies par les élémentaires de terre, parfois pas investies du tout. Certaines planètes n’étaient constituées que de gaz, c’était le cas des géantes gazeuses dont certaines étaient investies par les élémentaires d’air. Et, enfin ils existaient même des planètes de glaces ou couvertes d’eau à l’état liquide, elles étaient investies par les élémentaires d’eau.

Bon nombre de planètes n’étaient pas encore conquises par les élémentaires et ils cherchaient, chacun d’entre ces quatre familles, à parcourir les univers à bord des comètes et des astéroïdes à la recherche de nouvelles planètes investir, le but étant double : de ne pas disparaître d’une part et d’autre part préparer les planètes à accueillir la vie qui sera bientôt créée par les esprits.

L’action des élémentaires de terre sur l’œuvre des élémentaires de feu créa une tension certaine entre les deux premiers intervenants. Les premiers tenaient à contribuer à l’œuvre conjointe qu’ils étaient en train de dessiner alors que les seconds voyaient une manière d’occulter leur travail en créant une croûte épaisse et rocheuse sur leur cœur en fusion. Les élémentaires de feu malmenaient le travail des élémentaires de terre en ouvrant des volcans ou en secourant la surface dans des soubresauts terribles.

Les élémentaires de terre étaient, désormais, omniprésents dans les univers et les élémentaires de feu ensemençaient facilement les planètes par le fait qu’ils pouvaient voyager à bord de la lumière. En revanche, les élémentaires d’air et d’eau étaient bien moins bien lotis. Cela créa un nouveau conflit opposant les élémentaires d’air et d’eau et les élémentaires de terre et de feu cette fois-ci.

Cette inégalité provoqua l’ire des deux familles d’élémentaires restées de côté. Tandis que les élémentaires de terre et de feu dominaient le multivers, les élémentaires d’eau et d’air luttèrent pour trouver une place aussi importante que leurs compères.

Le chaos était général, chaque élémentaire essayant de faire sa place en détruisant le travail de l’autre. La vie sur ces planètes semblait devenir une utopie bien compromise.

Les élémentaires d’air se développèrent bien dans les terres volcaniques, les élémentaires d’eau eurent, quant à eux plus de mal, car la chaleur étaient encore bien insupportables dans la plupart des planètes.

Le chaos dura des millénaires durant, et ce qui avait été construit fragilement ne le restait jamais longtemps, des planètes furent détruites, d’autres ne furent constituées que de l’un ou de l’autre des éléments, mais rares sont celles qui ont vus les élémentaires travailler de concert.


Les larmes d’Alala

Il était grand temps pour élémentaires d’eau d’entrer en jeu. L’inégalité de présence et d’intervention entre les élémentaire n’avait que trop durer. Nous étions encore dans l’ère des élémentaires de terre mais leur règne touchait à sa fin.

C’est à bord de comètes gigantesques, gorgées de glaces et de gaz que vinrent s’inviter au jeu les élémentaires d’eau et de gaz.

S’écrasant sur les planètes récemment créées et en proie à la lutte acharnée qui opposait les élémentaires de terre et de feu, leur arrivée remarquée eu l’effet de les stopper dans leur belligérance, saisis par la surprise de la venue soudaine de nouveaux protagonistes.

La venue massive de glace fit apparaître l’eau sous l’état liquide et métamorphosa les paysages de ces planètes désertiques. L’eau commença à recouvrir les terres, refroidir la lave qui persistait çà et là, panser les plaies des bombardements successifs. Des rivières commencèrent à se former sur les surfaces de certaines planètes, celles qu’aujourd’hui nous appelons « exoplanètes ». Avec le temps ces rivières gonflèrent et nourrir des mers puis des océans.

Le travail conjoint des élémentaires d’eau et des élémentaires de gaz conduit à la création du cycle de l’eau, de la création des nuages et de la pluie.

Le temps passa et, l’intervention des élémentaires d’eau avait apaisé les élémentaires de feu et de terre. Ils s’accordaient alors à penser que le travail qu’ils avaient accompli était bon et que ce n’était que dès l’instant que leur œuvre était commune que le résultat était satisfaisant. Ce temps était celui de la paix et de l’harmonie.

A partir de ce temps-là, les élémentaires sont devenus plus solidaires et travaillaient de concert sur les planètes où ils étaient présents tous les quatre. Leur fonctionnement fut si fusionnel que de leur égrégore naquit le mana. Cette force puissante qui donne à chaque planète son identité, sa personnalité et auquel seuls les êtres les plus évolués pourront bien des années plus tard se connecter.

Mais, le mana ne fut pas la seule création de cette ère. La perfection du travail conjoint des élémentaires à pousser les esprits à créer l’étincelle de vie dans bon nombres de ces exoplanètes. Ainsi des organismes unicellulaires se sont multipliés et développés dans les océans de ces planètes, au travers des différents univers.

Les organismes unicellulaires étaient investis par les orbes et partirent à la conquête des mondes naissants.

La vie faisait ses premiers pas sur bon nombre de planètes et ce dans chacun des huit univers. Le rôle des esprits n’était pas de créer une multitudes d’organismes mais d’enclencher le processus et de voir comment sur chacune de ces planètes, la vie allait s’adapter et progresser.


Les récits du monde du Losda









Voir aussi : Portail du monde du Losda

 

Outils personnels